La vie de Paul Je­dra­siak

Avant la ré­cep­tion de Pau en Top 14, le deuxième ligne in­ter­na­tio­nal ber­ri­chon a réa­li­sé un gros bloc phy­sique à l’en­traî­ne­ment avec l’ASM.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Sports - An­toine Ber­taux

Mine de rien, on se rap­proche tout dou­ce­ment du sprint fi­nal en Top 14. Si Tou­louse, lea­der in­vain­cu de­puis sep­tembre, réa­lise une sai­son ex­cep­tion­nelle, Cler­mont n’a pas en­core dit son der­nier mot. Dau­phin des Haut-Ga­ron­nais en cham­pion­nat, l’ASM a par­fai­te­ment re­bon­di après un exer­cice 2017-2018 man­qué. Et les Au­ver­gnats ne vont as­su­ré­ment rien lâ­cher dans leur duel à dis­tance face au Stade Tou­lou­sain. Les co­équi­piers de Paul Je­dra­siak ont d’ailleurs pro­fi­té de la trêve in­ter­na­tio­nale pour re­dou­bler d’ef­forts à l’en­traî­ne­ment. « Comme il n’y avait pas de com­pé­ti­tion le wee­kend der­nier, nous avons pu faire un gros tra­vail phy­sique, ra­conte Paul. Ce­la per­met­tra d’al­lé­ger un peu le pro­gramme en fin de sai­son afin de gar­der du jus pour les matchs. » Après cette se­maine in­tense, le deuxième ligne in­ter­na­tio­nal ber­ri­chon a tou­te­fois pu bé­né­fi­cier d’un pe­tit break pour re­gar­der l’équipe de France à la té­lé­vi­sion. Les Bleus se dé­pla­çaient en ef­fet à Du­blin en Ir­lande di­manche der­nier pour y dé­fier le XV du Trèfle, à l’oc­ca­sion de la 5e jour­née du Tour­noi des 6 Na­tions. Et comme beau­coup de sup­por­ters tri­co­lores, le Cas­tel­rous­sin est res­té im­puis­sant face à la nou­velle dé­mons­tra­tion ir­lan­daise (vic­toire 26-14). « C’est dif­fi­cile de par­ler d’un match au­quel je n’ai pas par­ti­ci­pé mais, ce qui est sûr, c’est quand tu ne fais que dé­fendre, c’est tout de suite com­pli­qué, ré­sume-til. C’est dur pour les joueurs. » Le Ber­ri­chon com­pa­tit d’au­tant plus à la mau­vaise passe des Bleus qu’il a de bons co­pains, no­tam­ment beau­coup de Cler­mon­tois, au sein du XV de France. « Quand les gars re­viennent, ce­la nous ar­rive de par­ler un peu entre nous de ce qui se passe en sé­lec­tion mais on ne s’at­tarde ja­mais beau­coup sur le su­jet, dé­taille Paul. C’est nor­mal car quand on est à Cler­mont, on se concentre juste sur le club. D’au­tant qu’il y a d’autres joueurs qui ne sont pas sé­lec­tion­nés et des étran­gers. » D’ailleurs, si les per­for­mances ac­tuelles de la France sus­citent par­fois des plai­san­te­ries chez les ad­ver­saires des Tri­co­lores, à en croire le deuxième ligne de 26 ans, les in­ter­na­tio­naux étran­gers de Cler­mont res­tent rai­son­nables sur le cham­brage : « Il y a des pe­tites plai­san­te­ries mais ça reste mi­gnon, sou­rit Paul. De toute fa­çon, le plus grand bla­gueur du ves­tiaire est Fran­çais. C’est Ré­my Gros­so. Lui, il a vrai­ment la palme d’or (rires). » Heu­reu­se­ment pour Cler­mont, l’ai­lier tri­co­lore, en grande forme cette an­née, fait preuve de beau­coup plus de sé­rieux sur le ter­rain. Une bonne chose car, de­vant, Tou­louse ne plai­sante pas. Pour s’as­su­rer de ne pas se faire dé­cro­cher, les Cler­mon­tois de­vront donc se dé­faire de Pau (11e), di­manche, au stade Mar­cel Mi­che­lin. Un match à la sa­veur par­ti­cu­lière pour Paul qui re­trou­ve­ra dans le camp d’en face un bon ami et an­cien Cler­mon­tois, Tho­mas Do­min­go.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.