Fa­ti­gué par les chan­ge­ments au sein du mam­mouth

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - De Vous À Nous - Jacques Ro­main / Ville­quiers / 18 / @

Je l’avoue bien vo­lon­tiers, je suis fa­ti­gué de tous ces chan­ge­ments au sein du « mam­mouth ». Chaque fois qu'un nou­veau mi­nistre de l’Edu­ca­tion Na­tio­nale est nom­mé, il éprouve le be­soin de dé­tri­co­ter les ré­formes de ses pré­dé­ces­seurs et de tout re­mettre à plat. Pire en­core en cas d'al­ter­nance po­li­tique.

Étaient-ils si mau­vais que ça tous ces mi­nistres qui se sont suc­cé­dés et dont les ré­formes sont pas­sées à la trappe ? Quelle perte de temps, quel gas­pillage d'éner­gie.

Il me semble que le mi­nistre nou­vel­le­ment nom­mé au­rait mieux à faire qu'à ré­for­mer pour ré­for­mer, ou pour ins­crire son nom sur une loi ; sur­tout quand il sait per­ti­nem­ment que sa ré­forme fi­ni­ra à la pou­belle dès le pro­chain re­ma­nie­ment gou­ver­ne­men­tal.

Exit les NAP-TAPs qui avaient pour­tant trou­vé leur ré­gime de croi­sière, même dans les écoles de nos com­munes ru­rales ; bon­jour les mer­cre­dis consa­crés aux sports. Je suis un peu idiot peut-être, mais l’un al­lait-il for­cé­ment sans l’autre ? Culture et sport ne font pas né­ces­sai­re­ment mau­vais mé­nage, bien au contraire : Mon­taigne sou­li­gnait « Une tête bien faite dans un corps sain ».

J’es­saye de me mettre à la place des en­sei­gnants qui su­bissent ces ré­formes conti­nuelles, qui s’ef­forcent de s’y adap­ter et qui se re­mettent en ques­tion à chaque fois. Ce doit être usant, à force, d’exer­cer son mé­tier (un sa­cer­doce sou­vent) dans ces condi­tions ; et même si je ne mets pas en doute les grandes qua­li­tés pro­fes­sion­nelles et pé­da­go­giques de nos pro­fes­seurs des écoles, les en­fants ne risquent-ils pas d’en souf­frir ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.