La Gran­deur de l’Amé­rique

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Loisirs -

Make Ame­ri­ca great again,

Le fa­meux slo­gan de cam­pagne de Do­nald Trump trans­pa­raît en fi­li­grane dans le titre de ce re­cueil de nou­velles : L’ac­tion, ou plu­tôt les ac­tions, se dé­roulent en ef­fet du­rant la cam­pagne élec­to­rale de 2016 et la fi­gure de Do­nald Trump, per­son­na­li­té dé­jà bien connue mais qui crée la sur­prise dans le camp ré­pu­bli­cain, est om­ni­pré­sente aus­si bien à la té­lé­vi­sion que dans les conver­sa­tions. Pour­tant, pour la plu­part des per­son­nages mis en scène par Em­ma­nuel Roche, la cam­pagne élec­to­rale n’est qu’un bruit de fond qui ne les dis­trait pas de leurs his­toires per­son­nelles, les­quelles sont le plus sou­vent com­pli­quées et dou­lou­reuses. Pour la ma­jo­ri­té, ils font par­tie de ces que le can­di­dat ré­pu­bli­cain avoue ne pas ai­mer et, au point où ils en sont, la gran­deur de leur pays est le ca­det de leurs sou­cis. L’au­teur qui ré­side à Ai­gu­rande (Indre) mais a vé­cu dans le Te­nes­see ra­conte les fê­lures de cette an­cienne reine de beau­té qui ne se re­met pas de vieillir et d’avoir ra­té sa car­rière de co­mé­dienne, de ce cham­pion de ro­déo à la jambe bri­sée, de cette épouse trom­pée qui brade les af­faires de son ma­ri, ou en­core de cet homme d’af­faires ra­té, que l’ani­ma­teur té­lé Trump a au­tre­fois ren­voyé de son émis­sion en pro­non­çant son fa­meux : Tan­tôt amu­santes, tan­tôt dé­so­lantes, tan­tôt tra­giques, les vingt-deux his­toires sont ra­con­tées se­lon les points de vue de dif­fé­rents per­son­nages, que l’on re­trouve par­fois à l’ar­rière-plan d’autres his­toires. L’en­semble fi­nit par consti­tuer une sorte de fresque, qui n’est pas sans rap­pe­ler ces ro­mans de John Dos Pas­sos où plu­sieurs his­toires sont me­nées en pa­ral­lèle sans ja­mais se re­joindre.

as­sène Do­nald Trump, ci­té par Em­ma­nuel Roche en exergue de son re­cueil. L’au­teur au contraire les ap­pré­cie. Peut-être parce que, dès lors que l’on re­garde la vie avec les yeux d’un ro­man­cier et non avec ceux d’un po­li­ti­cien ou d’un homme d’af­faires, il n’y a plus de vrais

et nous sommes tous des “lo­sers” en puis­sance. Outre les per­son­nages, l’Ai­gu­ran­dais res­ti­tue avec art l’am­biance d’une Amé­rique pro­fonde, qui est da­van­tage celle de Clint East­wood que celle de Woo­dy Al­len. Pour pro­lon­ger la lec­ture, il sug­gère même une liste de titres de rock, de soul et, sur­tout, de mu­sique coun­try, un style peu écou­té hors des États-Unis qui consti­tue de ce fait une sorte de re­père iden­ti­taire, un peu comme l’ac­cor­déon mu­sette ou la chan­son à textes en France. Fré­dé­ric Merle

La Gran­deur de l’Amé­rique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.