La vie en rose de So­fiane Gui­toune

Le centre vier­zon­nais a en­core brillé avec le Stade Tou­lou­sain lors du quart de fi­nale de Cham­pions Cup face au Ra­cing 92.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Sports - An­toine Ber­taux

On vient, on gagne, on part ! De­puis plu­sieurs mois, ce cé­lèbre chant des sup­por­ters tou­lou­sains ré­sonne qua­si­ment dans tous les stades de l’Hexa­gone. Et pour cause, Tou­louse est tout sim­ple­ment in­ar­rê­table. In­vain­cus de­puis sep­tembre en Top 14, les HautGa­ron­nais n’ont pas chan­gé leurs bonnes ha­bi­tudes en coupe d’Europe en al­lant s’im­po­ser di­manche sur la pe­louse du Ra­cing 92 (21-22), en quart de fi­nale de Cham­pions Cup. Un ex­ploit ma­jus­cule d’au­tant plus que les co­équi­piers de So­fiane Gui­toune ont évo­lué pen­dant près d’une heure en in­fé­rio­ri­té nu­mé­rique après l’ex­pul­sion de Zack Holmes pour un pla­quage haut. « En ce mo­ment, tout nous réus­sit mais c’est aus­si parce que nous al­lons cher­cher cette chance, sou­rit le centre vier­zon­nais de 30 ans. Nous sa­vons que nous avons un groupe fort et so­li­daire. Ce­la au­rait trop fa­cile d’aban­don­ner juste à cause d’un car­ton rouge. » Quand d’autres équipes au­raient pu som­brer men­ta­le­ment, la jeune équipe

tou­lou­saine s’est donc re­le­vée en­core plus forte, dans le sillage de ses in­ter­na­tio­naux Dupont, Mé­dard et Gui­toune. « Juste après le rouge, on s’est res­ser­ré sur le ter­rain et on s’est dit qu’on pou­vait le faire quand même, ra­conte So­fiane. Le capitaine s’est ex­pri­mé et j’ai aus­si sou­hai­té prendre la pa­role dans ce mo­ment im­por­tant. » Si Tou­louse a tou­jours cru en l’ex­ploit, le coach Ugo Mo­la a aus­si en­voyé un si­gnal fort en sor­tant un troi­sième ligne pour faire ren­trer un de­mi de mê­lée, Sébastien Be­zy, après l’ex­pul­sion. Quitte à mou­rir, le Stade Tou­lou­sain ne vou­lait pas re­nier ses prin­cipes de jeu « Sur le mo­ment, on ne ré­flé­chit pas trop à la con­sé­quence de ce chan­ge­ment, tem­père le Ber­ri­chon. Mais après coup, on s’est dit que c’était osé. Et ce­la nous a sou­ri puisque nous avons ins­crit deux es­sais juste der­rière. » Si cette in­fé­rio­ri­té nu­mé­rique n’a donc pas cou­pé les ailes aux Tou­lou­sains, ce­la a tout de même don­né lieu à des scènes in­ha­bi­tuelles comme lorsque So­fiane Gui­toune s’est re­trou­vé au poste de flan­ker pour dis­pu­ter... une mê­lée ! « Contrai­re­ment à ce que les gens peuvent croire, ce­la ar­rive as­sez ré­gu­liè­re­ment, as­sure l’in­ter­na­tio­nal tri­co­lore. C’est quelque chose que l’on tra­vaille à l’en­traî­ne­ment même si ce n’est pas chaque se­maine. Et si c’est moi qui m’y colle, c’est sim­ple­ment parce que je suis l’un des plus cos­tauds à l’ar­rière. Il y avait aus­si Lu­cas Tau­zin mais ce­la ne ser­vait à rien de mettre en­core de lui plus de pres­sion. Il est en­core jeune. » Dé­sor­mais qua­li­fié pour les de­mi­fi­nales de Cham­pions Cup face au Leins­ter et so­lide lea­der du Top 14, Tou­louse peut dé­sor­mais voir ve­nir. Mais pas ques­tion pour au­tant de lâ­cher les pro­chaines ren­contres de Top 14 face à Lyon (3e), sa­me­di, et face à Cler­mont (2e), le 14 avril pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.