L'Equipe

«Pour lʼinstant, tout se passe bien»

Le médecin de la Seleçao s’exprime pour la première fois depuis l’opération réalisée sur le pied droit de la star du PSG.

- DENOTRECOR­RESPONDANT ÉRIC FROSIO

RIO DE JANEIRO –« Notre sixième Coupe du monde est entre les mains du docteur Lasmar !» Devant l’hôpital Mater Dei de Belo Horizonte, où Neymar allait se faire opérer, le 3 mars, une poignée de savait décidé de faire du médecin brésilien le premier héros de la conquête du Hexa ,la sixième étoile. Plus de quinze jours après la pose d’une vis dans le cinquième métatarsie­n du pied droit de Neymar, Rodrigo Lasmar (45 ans), qui est aussi chef du service médicaldel’ Atletico Mineiro,a trouvé le temps pour évoquer son patient le plus célèbre.

«Ressentez-vousla -pression quand tout le Brésil a les yeux rivés sur vous avant l’ opération pratiquée sur Neymar ?

Je suis évidemment conscient de ma responsabi­lité et des attentes que cela sus cite auprès des millions de fans de Ne ymar, mais ça ne me perturbe pas plus que ça. J’ ai assez d’ expérience pour ne pas être gêné partout ça. Après, je dois reconnaîtr­e que, face à ce genre de situation, je suis encore plus concentré que d’ habitude. Ce sont des moments atypiques dans une carrière de médecin, car on parle d’ une opération de notre joueur majeur à trois mois de la Coupedumon­de.

D’ autant que cette opération est presque ordinaire pourvous,non?

Oui, c’ est une interventi­on fréquente dans le milieu du foot. Par exemple, dans l’ effectif pro de l’Atletico Mineiro, ilyatrois athlètes qui ont déjà connu ce genre d’ opération et qui se sont parfaiteme­nt rétablis. C’ est quelquecho­se de commun pour unjoueur.

Comment a réagi Ne ymar en apprenant la nature de sa blessure ?

Il était vraiment très triste quand il a appris la gravité de la blessure et qu’ il a compris que cela nécessitai­t une opération. À la veille d’ une compétitio­n comme la Coupe du monde, c’ est toujours un peu angoissant. Il était vraiment énervé les premières heures. Sa capacité de récupérati­on et sa force mentale lui ont permis de surmonter tout ça. Quand on a établi son programme avec les délais pour la convalesce­nce, il a vite tourné la pageetila regardéver­sl’ avant.Il s’ est alors mis en condition de surmonter cette épreuve, car il veut retrouver les terrains le plus vitepossib­le.

“Il y a eu une totale ,, harmonie entre le PSG et nous !

Cetépisode­a-t-ilmarqué une cas sure dans vos relations avec lePSGets on docteur, Éric Rolland ?

Pas du tout ! Notre relation avec le d oct eurRolland­esttr ès bonne et elle ne date pas d’ hier. Ça fait très longtemps que nous nous connaisson­s. Au fil de sans, nous avons développé une relation profession­nelle, mais aussi amicale. Avant la blessure de Ne ymar, il n’ yaja mai seule moindre problème ou malentendu­aveclePSG.Et j’ insiste, car c’ est important, il n’ ya jamais eu au cours de cet épisode la moindre divergence entre la CBF( la Fédération brésilien ne) et le PSG ! Depuis le premier jour, nous avons été sur la même longueur d’ onde concernant le diagnostic et le traitement qu’ il fallait suivre. Il y a eu une totale harmonie entre nous. Quand les histoires( de désaccord) sont sorties dans la presse, cela nous a surpris, mais il s’ agit seulement de rumeurs et de spéculatio­ns. É ri cRol land est un ami, on se parle tout le temps, y compris depuis l’ opération. De tous les club se uropéens,lePSG est même le club avec lequel nous entre tenons les meilleures relations.

Alors pourquoi cette différence de diagnostic entre la fissure évoqué eparlePSG et la fracture que vous avez décrite?

C’ est une question de sémantique, de détails. Au Brésil, quand on parle de fracture, ça en globe le terme de fissure. C’ est la même chose. Depuis les premiers examens, nous avons été en accord avec lePSG sur le diagnostic. Ce qu’ ils considèren­t être une fissure, nous le qualifions de fracture. On parle de la même chose.

Certains estiment que le délai de trois mois que vous avez établi pour son retour est pessimiste et qu’ il peut revenir plus tôt…

Ce qui est sûr, c’ est qu’ il a envie de revenir le plus vite possible. Mais, après l’ opération, nous avons fixé un délai de six semaines avant d’ examiner l’ évolution des a récupérati­on( il en reste quatre ). À partir delà, nous ferons de nouvelles radios et des examens plus détaillés qui nous permettron­t d’ affiner le délai d’ indisponib­ilité. On doit attendre encore pour savoir comment tout cela évolue. On pourra alors dé tailler les prochaines étapes et définir une date pour son retour surlesterr­ains.

Comment se déroule sa récupérati­on ?

Je viens justement de raccrocher avec Ra fael( Martini, l' un des deux préparateu­rs physiques de Ne ymar ). On se parle deux, trois fois par jour et ils me rendent compte de tous les détails de la récupérati­on de Ne ymar. Pour l’ instant, tout se passe bien. Ils travaillen­t dur, de façon très profession­nelle, pour qu’ il soit de retour le plus vite possible et surtout sans la moindre séquelle ou gêne pour son pied et ses appuis. »

Newspapers in French

Newspapers from France