L'Equipe

Fortin se maintient

Bousculé début janvier, le président de Caen a gardé lundi soir son fauteuil lors d’un très long mais infructueu­x conseil de surveillan­ce. Prochaine réunion le 23 avril...

- GUILLAUME DUFY

Le Stade Malherbe de Caen, treizième de L1, n’est pas au mieux de sa forme. Sur le terrain, les joueurs du club normand ont perdu trois des quatre derniers matches de Ligue 1. Et en coulisses, ça tangue depuis que des actionnair­es ont voulu chasser de son fauteuil de président, Jean-François Fortin (71 ans). C’était en janvier, et on évoqua même une tentative de putsch avec aux commandes Gilles Sergent, le président du conseil de surveillan­ce, et Jacky Rihouet, homme d’affaires, président-directeur général d’Intersport.Une informatio­n démentie avec force par les deux principaux intéressés.

Lundi soir, tout ce joli petit monde s’est retrouvé pour un conseil de surveillan­ce exceptionn­el. La réunion s’est achevée tardivemen­t. Il fut bien difficile de recueillir des informatio­ns sur le déroulé de cette rencontre au sommet. Ni Jean-François FortinniGi­llesSergen­tn’ontdécroch­éleur téléphone pour répondre à nos questions. Le premier à répondre fut Jacky Rihouet, auquel on a prêté l’objectif très personnel dedevenirp­résident.Maisilrefu­sades’exprimer : «Je suis un actionnair­e comme les autres, je n’ai rien à dire. C’est à Jean-François Fortin et à Gilles Sergent de prendre la parole pour raconter. Merci. Au revoir. »

Une voix off d’un participan­t a fini par nous renseigner sur la teneur des échanges : « Ce fut très long mais aussi très enrichissa­nt. Ça s’est bien mieux passé que la dernière fois, sans éclats de voix. La réunion a été constructi­ve. Le but est de permettre à Jean-François Fortin et à Xavier Gravelaine (le directeur général) de continuer à travailler, mais à travailler différemme­nt. Des propositio­ns ont été faites. Elles vont être étudiées et on se reverra le 23 avril pour avancer. » Un calendrier qui ne convient pas à JeanFranço­is Fortin, qui avait déclaré le 8 mars dans les colonnes de Ouest-France qu’il attendait avec une certaine impatience cette date du 19 mars afin que des décisions soient prises. Fortin s’imaginerai­t très mal poursuivre une histoire avec des hommes qui ont projeté de l’écarter. Cette nouvelle donne ralentira peut-être la finalisati­on de dossiers importants, celui de l’entraîneur notamment, Patrice Garande, qui arrive en fin de contrat et qui n’a toujours pas discuté de son avenir. Et qui selon des proches du club pourrait ne pas prolonger…. Son cas n’a pas du tout été abordé lundi soir. «Encore une fois, poursuit notre interlocut­eur, l’idée est de ne pas tout révolution­ner mais d’améliorer les choses. Il y a eu deux ou trois dysfonctio­nnements regrettabl­es. » De nombreux actionnair­es reprochent à Gravelaine et à Fortin de ne pas suffisamme­nt consulter avant de prendre une décision, un grief qui n’avait guère plu au premier nommé, qui s’en était ému dans une interview qu’il nous avait accordée le 9 février.

Garande pourrait ne pas prolonger

 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France