L'Equipe

Pau reste dans la course aux play-offs

Vainqueurs de Limoges hier, les Palois restent en course pour les play-offs dans une saison bizarre, sur le terrain et en dehors.

- PIERRE MENJOT

PAU – Au bord du terrain, Pierre Seillant a apprécié. L’ex-président historique de l’Élan Béarnais le sait, battre Limoges embellit une saison. Comme à l’aller, les Palois ont dominé leur meilleur ennemi, hier (84-68), dans un palais des sports pas plein – chose rare face au CSP – mais bouillant quand, dans les dernières minutes, les paniers à trois points se sont multipliés pour écarter pour de bon les Limougeaud­s, revenus tout près (63-60, 35e). « C'était une grande nuit », savourait Chris Dowe, homme du match (23 points, dont 18 après la mi-temps) avec Ken Horton (24 points).

Battre Limoges, voilà à peu près la seule constante dans la saison des Béarnais. Après le succès à l’aller, ils pointaient à la 2e place (5 victoires-2 défaites), dans la lignée de la belle saison dernière (quart-finaliste du Championna­t, huitième s de finale de Coupe d’ Europe ). Puis il sont coincé, avec une série bien sale (deux victoires en onze matches, 14es), ayant conduit au départ de l’entraîneur Serge Crèvecoeur, arrivé l’été dernier pour succéder à Éric Bartecheky, parti au Mans un an avant la fin de son contrat. Le coach belge aura cristallis­é pas mal de critiques, incapable de garder la main sur son groupe comme de trouver un plan B une fois le jeu de son équipe davantage étudié par les adversaire­s.

« Je ne regrette strictemen­t rien, assure Didier Gadou, directeur exécutif, qui avait lui-même appuyé la candidatur­e de Crèvecoeur.

Le profil de Serge était différent, il a donné des orientatio­ns sur l’extrasport­if qui sont positives, comme avoir des bains froids ou refaire les vestiaires. Le bilan sportif n’est pas bon mais il ne manque que ça. Si c’était à refaire, je le referais. »

Gadou sous pression

Et il aurait encore le dernier mot puisque l’ex-gloire du club l’a sur beaucoup de choses. Plus que le président du club, Didier Rey, que Seillant, toujours écouté, ou que la mairie, actionnair­e majoritair­e de la société d’économie mixte (SEM) Élan Béarnais Pau-LacqOrthez.

C’est Gadou qui, en fin de saison, devra rendre compte de la situation financière du club. Dans le rouge la saison dernière. La collectivi­té avait remis au pot et s’en était émue dans la presse locale. Et cette fois ? Pau, neuf contrats pros seulement, est l’une des rares équipes à ne pas avoir modifié son effectif en cours de saison. Et chaque sou compte. « On était ambitieux, mais on a une masse salariale inférieure à l’an dernier, on n’a même pas de préparateu­r physique, souligne Gadou. Les gens nous voient plus beaux qu’on est parce qu’on a le palais des sports et un grand passé. Mais aujourd’hui, l’Élan a des problèmes de ressources. »

En attendant, il se bat donc avec un collectif retrouvé. « On a connu des mauvais moments, pas mal de bas mais enfin, à la fin de la saison, on se révèle ! », savourait Dowe. Ce qui coïncide avec la nomination de Laurent Vil a, l’ ancien adjoint, qui compte désormais cinq victoires en six matches dirigés. De quoi replacer son équipe dans le top 8 alors qu’il l’avait pris aux portes de la zone rouge .« Quand je suis arrivé, les joueurs voulaient montrer d’ entrée leur véritable capacité, apprécie le Catalan. Ils se sont solidarisé­s. Maintenant, on ne réfléchit plus et on avance avec le bon état d’esprit. Mais attention, certains peuvent encore passer à côté. Il reste dix matches et on doit garder la tête froide. Même si notre ambition ne fait que grandir. »

 ??  ?? L'arrière palois Chris Dowe a inscrit 23 points hier soir, dont 18 en seconde mi-temps.
L'arrière palois Chris Dowe a inscrit 23 points hier soir, dont 18 en seconde mi-temps.

Newspapers in French

Newspapers from France