L'Equipe

La double nationalit­é aurait fait gagner du temps à la Roja

- M.- A. M.

Courtisé par le staff de l’équipe d’Espagne, Lucas Hernandez pourrait porter les couleurs de la Roja. Le joueur est né à Marseille mais a grandi à Madrid : selon la loi espagnole, une personne ayant vécu au moins dix ans sur le territoire peut prétendre à acquérir la nationalit­é espagnole. Mais la demande de naturalisa­tion de Lucas Hernandez est compliquée par ses problèmes judiciaire­s ( voir par ailleurs). S’il possédait la double nationalit­é, le défenseur de l’Atlético de Madrid pourrait d’ores et déjà jouer pour la Roja, comme l’explique le règlement de la FIFA : « Si un joueur possède plusieurs nationalit­és, en reçoit une nouvelle ou est autorisé à jouer pour plusieurs équipes représenta­tives en raison de sa nationalit­é, il peut, une seule fois, obtenir le droit de jouer en match internatio­nal pour une autre associatio­n dont il a la nationalit­é. » Il n’est pas possible pour un joueur de changer de nationalit­é sportive s’il a déjà joué en match officiel avec les A mais Lucas Hernandez n’est pas concerné puisqu’il a seulement évolué avec l’équipe de France Espoirs ( 9 matches). Cela signifie aussi que, même s’il participe aux deux matches amicaux à venir, il pourra toujours rejoindre l’Espagne pour la Coupe du monde : les matches amicaux ne sont pas considérés comme des matches officiels.

Newspapers in French

Newspapers from France