L'Equipe

Le Barça dans les pas de l'OL

Profession­nelle depuis un peu moins de trois ans, la section féminine blaugrana suit les traces de son homologue lyonnaise.

- FLORENT TORCHUT

BARCELONE ( ESP) – « Un grand club se doit d’avoir une grande équipe féminine. » Fraîchemen­t élu à la tête du Barça, Josep Maria Bartomeu révèle, à l’été 2015, l’une des priorités de son mandat. Sous son égide, les féminines deviennent la quatrième section profession­nelle du Barça, à l’instar de leur pendant masculin, du handball et du basket- ball.

« Lyon mise depuis longtemps sur son équipe féminine, relève Markel Zubizarret­a. C’est un modèle stable sur lequel nous nous calquons, même si nous suivons notre propre voie. » Le manager des féminines barcelonai­ses écoute d’une oreille attentive les conseils de Marino Faccioli, le président délégué de l’OL, lors des congrès de l’ECA ( Associatio­n européenne des clubs) et des tirages au sort à l’ UEFA. « On parle de nos équipes, mais aussi des spécificit­és de nos Championna­ts et de nos Fédération­s » , détaille le fils du directeur sportif marseillai­s.

Sur le point de disparaîtr­e il y a une décennie, le FC Barcelone est devenu l’an dernier la première équipe espagnole à atteindre les demi- finales de la Ligue des champions, battu par le Paris- SG ( 1- 3, 0- 2), qui l’avait déjà sorti en quarts de finale en 2016 ( 0- 0, 0- 1). Ces deux beaux parcours européens lui ont coûté la Liga, après quatre sacres d’affilée ( de 2012 à 2015), qui en ont fait la référence absolue du football espagnol. « À l’instar de l’Olympique Lyonnais, le Barça domine son Championna­t et attire de plus en plus de cracks dans l’idée de franchir un palier en Europe » , relève Natalia Arroyo, la sélectionn­euse de l’équipe féminine de Catalogne. Si son budget est loin de celui de l’OL ( entre 2 et 3 millions d'euros, contre 7,5 M€), le club catalan a recruté plusieurs pointures ( Andressa Alves, Lieke Martens, et les anciennes Lyonnaises Line Roddik et Élise Bussaglia) afin d’encadrer les joueuses formées au club ou chipées à ses princi- paux rivaux nationaux ( Levante, Espanyol, Valence, Atlético), à l’instar de l’OL. « On ne veut pas les copier, se défend toutefois l’entraîneur blaugrana, Fran Sanchez. Nous avons notre propre identité, notre façon de jouer. »

Cette philosophi­e va s’exporter, puisque le Barça a prévu de lancer l’an prochain une franchise au sein du Championna­t des États- Unis, afin de se développer au pays du soccer et de capter de nouvelles pépites. Avec l’objectif avoué de regarder un jour l’OL les yeux dans les yeux.

“Nous avons notre propre , , identité, notre façon de jouer

FRAN SANCHEZ, ENTRAÎNEUR DU FC BARCELONE

 ??  ?? Les joueuses du FC Barcelone se congratule­nt, le 11 octobre, lors du seizième de finale retour gagné face aux Norvégienn­es d'Avaldsnes ( 2- 0, 4- 0 à l'aller).
Les joueuses du FC Barcelone se congratule­nt, le 11 octobre, lors du seizième de finale retour gagné face aux Norvégienn­es d'Avaldsnes ( 2- 0, 4- 0 à l'aller).

Newspapers in French

Newspapers from France