L'Equipe

Toulouse, le goût du doublon

Habitué à souffrir pendant les doublons, le Stade Toulousain est, cette saison, le club qui s'est le mieux sorti de cette période.

- ALEXANDRE REYNAUD

Chaque année, les doublons réservent leur lot de surprises. L’an passé, ce sont les Toulousain­s qui étaient sortis affaiblis de cette période durant laquelle compétitio­ns internatio­nales ( Tournoi des SixNations, Tournoi B et – 20 ans) et Top 14 se chevauchen­t. En quatre journées de Championna­t, les Stadistes, privés de sept Tricolores, n’avaient pris que cinq points, début d'une chute qui les avait privés de phases finales pour la première fois depuis quarante et un ans. Cette saison, alors que six dates privaient potentiell­ement les clubs de leurs internatio­naux, changement complet de décor. Toulouse, qui pour la première fois depuis 2002 n'avait aucun titulaire dans les rangs tricolores au coup d'envoi de France- Irlande, a quasiment fait le plein avec 23 points pris en six matches ( voir ci- contre). Seule ombre au tableau, la défaite à domicile contre Lyon ( 20- 27). Les Haut- Garonnais se sont même adaptés à l'absence de leur joueur détonateur, Antoine Dupont ( qui était sélectionn­é dans le groupe France et s'est blessé au genou lors de son entrée en jeu contre l’Irlande).

Parmi les autres bénéficiai­res de la période du Tournoi, Pau. Les Béarnais, peu touchés par les sélections, en ont profité pour grappiller cinq places et se placer comme un candidat sérieux aux barrages. Du côté des mal classés, la lanterne rouge Oyonnax a bien négocié les rencontres face à des équipes amputées de leurs internatio­naux, Toulon, Clermont et Bordeaux- Bègles. L'USO a ainsi quitté sa position de dernier de la classe et se retrouve à deux longueurs seulement d’Agen, 11e. Certaines grosses écuries ont limité la casse : c’est le cas de Montpellie­r, Clermont, qui a relevé la tête lors des trois dernières journées, et Toulon.

En revanche, le Stade Français et l’UBB ont pris du plomb dans l’aile et se sont rapprochés de la zone rouge. Durant tout ou partie de cette période de doublons, Paris a notamment dû faire sans Gabrillagu­es, Parisse et Coville, alors que Bordeaux a été privé de Pélissié, Poirot, Jalibert, Tauleigne, Serin ainsi que des Espoirs convoqués avec les moins de 20ans ( Woki, Gimbert).

Oyonnax a quitté sa position de dernier de la classe

 ??  ?? Yoann Huget ( Toulouse).
Yoann Huget ( Toulouse).

Newspapers in French

Newspapers from France