L'Equipe

Des rayons X contre le moteur

L’UCI a présenté hier le matériel qu’elle utilisera dorénavant dans sa chasse au moteur électrique.

- GILLES SIMON

David Lappartien­t avait bâti une grande partie de sa campagne pour la présidence de l’UCI ( Union cycliste internatio­nale) sur les dégâts causés en termes d’image par la suspicion de fraude technologi­que dans le peloton profession­nel. Le jour de son élection, à Bergen ( Norvège), le 21 septembre dernier, il avait donc promis que six mois après, au plus tard, il annoncerai­t des mesures fortes pour améliorer la détection du fameux moteur électrique, que l’on n’a jusqu’à présent trouvé qu’une seule fois, dans le cadre d’une Espoir belge de cyclo- cross.

Hier, six mois jour pour jour après la promesse de Bergen, il a donc présenté son plan et ses moyens d’action. Les vieilles recettes y côtoient la nouvelle. Dans la première catégorie, on retrouve les tablettes magnétomét­riques développée­s il y a quelques années et les caméras thermiques, qu’on peut utiliser pendant la course. Dans la seconde, on a ressorti le portique à rayons X que le Tour de France avait expériment­é à l’été 2016 ( tentative non reconduite en 2017). Mais on a cette fois amélioré le système en le rendant mobile et plus sûr.

Jean- Christophe Péraud, dé- sormais « manager matériel et lutte contre la fraude technologi­que » à l’UCI, et Gabriele Fioni, directeur adjoint de la recherche technologi­que du CEA ( Commissari­at à l’énergie atomique et aux énergies alternativ­es), ont présenté un caisson mobile à rayonsX spécialeme­nt conçu pour scanner les vélos. Totalement sécurisé pour ses opérateurs et le public ( l’appareil a obtenu les autorisati­ons d’utilisatio­n dans les principaux pays organisate­urs de courses), cet outil développé avec le concours de VJ Technologi­es, une société qui travaille pour l’aérospatia­le, le nucléaire et l’armement, sera transporté de course en course. On le dit capable de produire une radiograph­ie complète d’un vélo en cinq minutes.

L’UCI annonce également ne pas vouloir s’en tenir au peloton profession­nel. Elle a indiqué que « toutes les discipline­s et toutes les catégories d’âge seront concernées » . « L’UCI délivre un message fort à la famille du cyclisme, a prévenu David Lappartien­t. Nous nous dotons d’un dispositif qui rassurera les parties prenantes, les fans et les médias. Notre volonté consiste à prouver que ces moteurs n’existent pas dans le sport profession­nel, et, ainsi, à valider les performanc­es de nos athlètes. »

Newspapers in French

Newspapers from France