L'Equipe

Le bla­son pour Gas­ton

À 20ans, le Tou­lou­sain a rem­por­té hier face à Maxime Jan­vier son pre­mier match dans le ta­bleau prin­ci­pal d’un tour­noi du Grand Che­lem. Un acte fort dans la construc­tion de sa car­rière.

- D. L. Sports · Aix-en-Provence · Félix Auger-Aliassime

Le mo­ment vaut pour­tant son pe­sant d’émo­tion. Quand on a 20ans et que l’on gagne son pre­mier match dans un ta­bleau fi­nal en Grand Che­lem, que l’on entre dans la grande confré­rie, ce­la pour­rait avoir de quoi vous bou­le­ver­ser, vous em­me­ner loin dans le res­sen­ti, le beau sen­ti­ment et la grande ph­rase. Sû­re­ment qu’Hu­go Gas­ton l’a vé­cu ain­si, très in­ten­sé­ment, mais alors, tout en re­te­nue et très in­té­rieu­re­ment aus­si.

Une grosse heure après sa vic­toire en trois sets (7-6 [5], 6-4, 6-3) face à son com­père Maxime Jan­vier, la­quelle lui ou­vrait sym­bo­li­que­ment la porte d’un nou­veau royaume, le Tou­lou­sain n’avait pas l’air bou­le­ver­sé ni rat­tra­pé par un in­di­cible bon­heur. «Oui, il y a beau­coup de joie for­cé­ment. Je suis très content, c’est quelque chose de spé­cial pour moi. Je vais pro­fi­ter et ré­cu­pé­rer pour le pro­chain match» , lâ­chait-il d’un ton étale, sans en­ro­ber l’évè­ne­ment plus que ce­la.

Il faut dire qu’avec son coach, Marc Bar­bier, le tandem du Bla­gnac Tennis Club avait sen­ti le bon coup. Face à Maxime Jan­vier, le ti­rage avait été plu­tôt clé­ment et l’af­faire était jouable pour le 239e mon­dial, op­po­sé au 204e. D’au­tant qu’il y a trois se­maines, au Chal­len­ger d’Aix-en-Pro­vence, Gas­ton l’avait fa­ci­le­ment em­por­té face au Pi­card (6-3, 6-0). Alors, même si la scène et le contexte n’avaient plus rien à voir, l’opportunit­é était là. «Si Maxime est un joueur qui peut être très dan­ge­reux, on ne pou­vait pas se ca­cher, le ti­rage était plu­tôt fa­vo­rable. Mais il fal­lait être ca­pable de bien gé­rer les émo­tions, de faire un re­set du match pré­cé­dent, re­par­tir d’une feuille blanche et Hu­go l’a plu­tôt bien fait» , consta­tait son coach.

Ef­fec­ti­ve­ment, hor­mis une pe­tite ab­sence à 5-1 en sa fa­veur dans le pre­mier set, Hu­gon a contrô­lé les dé­bats. Avec so­li­di­té du fond du court et une patte gauche ha­bile, sur des sché­mas simples et une sé­quence amor­tie-pas­sing qui fit mille mi­sères à Jan­vier.

«J’ai su gar­der mon calme, ma concen­tra­tion. Je suis res­té so­lide » , consta­tait le «pe­tit» Fran­çais d’1,73m, qui au­rait tant ai­mé croi­ser le Ca­na­dien de sa gé­né­ra­tion, Fé­lix Au­ger-Alias­sime (20 ans), au pro­chain tour, mais qui se col­ti­ne­ra fi­na­le­ment un autre pe­tit ga­ba­rit, en l’oc­cur­rence le Ja­po­nais, Yo­shi­hi­to Ni­shio­ka (1,70 m), avec une idée dé­jà en tête: «Je sais que le tour­noi n’est pas fi­ni » , glis­sait-il, avant de fi­ler en douce, dans le calme et sans bruit.

 ??  ?? Hu­go Gas­ton se­ra au ren­dez-vous du deuxième tour à Ro­land-Gar­ros pour la pre­mière fois.
Hu­go Gas­ton se­ra au ren­dez-vous du deuxième tour à Ro­land-Gar­ros pour la pre­mière fois.

Newspapers in French

Newspapers from France