L'Equipe

Remili, l’étincelle n’a pas duré

Après avoir semblé relancer les Bleus en début de seconde période, le Parisien s’est éteint comme ses partenaire­s.

- Ya. H.

De rage, il a frappé du poing le sol de la salle de Zrenjanin, où résonnait un écho de gymnase du dimanche matin. Nedim Remili a fini la rencontre gorgé de frustratio­n, hier.

Resté sur le banc en première période, l’arrière droit parisien avait pourtant semblé relancer les Bleus dès son entrée en jeu à la reprise. Il était en jambes, malgré l’éreintant Final Four de Ligue des champions disputé avec le PSG une semaine plus tôt. Pendant que Wesley Pardin, entré en même temps que lui, fermait la cage bleue, Remili apportait tout ce qui avait manqué auparavant en attaque: de l’énergie, de la percussion, du leadership en somme.

Résultat, deux buts inscrits et deux penalties obtenus en huit minutes pour ramener la France à une longueur (16-15, 38e).

Rattrapé par les balles perdues

Le gaucher a continué à courir, à oser, à distiller quelques passes décisives aussi. Mais petit à petit, il a été rattrapé par les maux bleus. Maladresse au tir face au gardien Dejan Milosavlje­v, manque de réussite sur un but refusé de manière inexplicab­le par les arbitres (41e), puis les balles perdues qui se succèdent…

À la sirène finale, alors que les Serbes faisaient tourner la sarabande de la victoire, Remili affichait un médiocre2/5aushoot.Coupléau1/5deDika Mem, cela fait à peine 30 % de réussite pour les arrières droit (Valentin Porte n’a pas tiré quand il jouait à ce poste hier), qui sont censés être le gros point fort de l’attaque française… Le symbole de l’ampleur du chantier auquel fait face Guillaume Gille.

 ??  ?? L’arrière droit des Bleus a fini la partie avec un médiocre 2/5 au shoot.
L’arrière droit des Bleus a fini la partie avec un médiocre 2/5 au shoot.

Newspapers in French

Newspapers from France