L'Equipe

À Milan, les vases communican­ts

Adversaire­s en Coupe et en Championna­t, les deux clubs de la ville ont des perspectiv­es d’évolution totalement différente­s.

- DE NOTRE CORRESPOND­ANT VALENTIN PAULUZZI

MILAN (ITA) – La ville de Milan a récupéré sa place centrale en Serie A après la longue traversée du désert de ses deux clubs. Samedi, l’AC Milan a été sacré champion d’hiver avec seulement deux points d’avance sur l’Inter. Voilà dix ans que les deux équipes n’avaient pas terminé la phase aller aux deux premières places. Les cousins ne se quittent plus puisqu’ils s’affrontent ce soir en quarts de finale de la Coupe d’Italie avant de remettre ça dans un mois pour le derby retour en Championna­t.

Mais chacun adopte une politique différente, et en totale contradict­ion avec la feuille de route établie l’été dernier, à l’amorce de cette seconde partie de saison. Elliott, le fonds d’investisse­ments américain propriétai­re de l’AC Milan, avait opté pour le trading joueurs afin d’assainir des comptes dans le rouge. Or la mayonnaise a tellement bien pris entre ces jeunes espoirs que le club se retrouve à lutter pour le titre. Et même si l’objectif ouvertemen­t déclaré reste le top 4 et un retour en Ligue des champions, Paolo Maldini, le directeur technique, a convaincu son employeur de consentir un effort financier et de miser sur l’expérience pour renforcer l’effectif.

Ainsi, Mario Mandzukic, 34 ans, ancien de la Juventus et du Bayern et libre de tout contrat, est venu épauler «l’ancien» Ibrahimovi­c, 39ans depuis le 3octobre. D’autres recrues ont été officialis­ées: le milieu Soualiho Meité et le défenseur Fikayo Tomori, respective­ment prêtés par le Torino et Chelsea. Les Rossoneri cherchent aussi un arrière gauche. Il y a trois ans, Elliott avait récupéré le club à la suite de l’insolvabil­ité de son débiteur, le Chinois Mr Li, et n’avait pas d’autre ambition que de le revendre après l’avoir revalorisé, quand l’Inter baignait dans l’opulence de Suning, colosse financier de l’empire du Milieu.

Pas de mercato pour l’Inter

Aujourd’hui, les rôles se sont inversés à cause des directives du gouverneme­nt chinois qui ordonne désormais à ses entreprise­s de ne plus investir dans le football. Après avoir dépensé près de 700M€ en quatre ans dans le but de faire de l’Inter une équipe de nouveau compétitiv­e, Suning a fermé les robinets. Il n’y a donc aucune enveloppe à dispositio­n cet hiver. Pourtant, l’entraîneur Antonio Conte avait demandé un attaquant et un milieu. « Notre mercato est déjà clos, nous sommes compétitif­s avec cet effectif. Nous étions à la recherche d’opportunit­és qu’il n’y a pas et nous devons prendre en considérat­ion la période délicate du club » , a affirmé, samedi, à Sky, Giuseppe Marotta, administra­teur délégué du club.

Il y a un an, l’Inter s’offrait le luxe de dépenser 20M€ pour Christian Eriksen à qui il restait six mois de contrat avecTott en ham. Placé sur la liste des transferts pour incompatib­ilité tactique, le Danois reste finalement au club et Conte tente de reposition­ner ce milieu offensif un peu plus bas, dans un registre à la Pirlo, pour épauler Marcelo Brozovic. Les Nerazzurri ne sont pas démobilisé­s mais ont l’obligation de bricoler pour tenir tête au rival qui, lui, est pour l’instant le club européen le plus actif de ce mercato hivernal. Une conjonctur­e complèteme­nt inattendue il y a encore quelques semaines.

 ??  ?? L’interiste Romelu Lukaku se jette pour gêner le défenseur de l’AC Milan Theo Hernandez lors du derby (succès rossonero 2-1, le 17 octobre 2020).
L’interiste Romelu Lukaku se jette pour gêner le défenseur de l’AC Milan Theo Hernandez lors du derby (succès rossonero 2-1, le 17 octobre 2020).

Newspapers in French

Newspapers from France