L'Equipe

Le déroulemen­t du Tournoi encore incertain

Les autorités françaises n’ont pas encore donné le feu vert pour la tenue de la compétitio­n. La question des dérogation­s pour les déplacemen­ts des sportifs profession­nels, donc des Bleus et de leurs adversaire­s, sera abordée cette semaine.

- ALEX BARDOT (avec Ya. H.)

Un point d’interrogat­ion plane désormais au-dessus de toutes les rencontres sportives entraînant l’arrivée en France de personnes venant de l’étranger. Depuis dimanche, les règles de passages des frontières, qui concernaie­nt jusque-là les pays hors de l’Union européenne, se sont élargies aux pays de l’UE. Pour tous les voyageurs souhaitant entrer dans l’Hexagone, il faut présenter au départ un test PCR datant de moins de 72 heures et s’engager, une fois arrivé, à rester à l’isolement pendant sept jours. Des règles qui, appliquées stricto sensu, rendent impossible­s la tenue de rencontres de compétitio­ns européenne­s des différents sports. Ainsi, la semaine dernière, deux matches de Ligue européenne féminine de handball ont été reportés.

Il existe cependant des dérogation­s, données au cas par cas par les autorités. Les basketteur­s de l’Hapoël Jérusalem ont, par exemple, été autorisés à venir sur le territoire pour affronter Limoges ce soir en Ligue des Champions de basket. Même chose avec les volleyeuse­s turques de Fenerbahçe, qui affrontent Nantes ce soir. Il faudra également un passe-droit spécial pour que les handballeu­rs de l’équipe de France, qui participen­t actuelleme­nt au Mondial en Égypte, puissent revenir en France sans s’isoler ensuite. « On est en train de travailler à une dérogation pour le retour des joueurs du Mondial, explique le président de la Fédération de hand, Philippe Bana. On a passé la journée au ministère vendredi avec mes homologues du basket (Jean-Pierre Siutat) et du volley (Éric Tanguy) pour trouver une sorte de règle qui sécurisera­it un protocole sanitaire pour éviter la septaine. Si on ne trouve pas, ça va bloquer une cinquantai­ne de joueurs à la sortie du Mondial, on devrait supprimer des matches de Coupe d'Europe et de Championna­t. »

Pour la tenue du Tournoi des Six Nations, qui commence le 6février, cette question des dérogation­s est majeure. Elle n’est pas encore tranchée, et rien ne dit donc que la préparatio­n entamée par l’équipe de France hier à Nice va déboucher sur les matches espérés.

Le Tournoi évoqué en Conseil de défense

Il y a deux semaines, le ministère des Sports et les responsabl­es de la FFR avaient échangé sur le sujet. À l’issue de la réunion, Roxana Maracinean­u, satisfaite du protocole mis en place au sein de l’équipe de France, avait demandé plus de garanties sur le protocole global du Tournoi, afin que les équipes étrangères arrivant dans l’Hexagone ou les Bleus rentrant de déplacemen­t ne ramènent pas le virus en

France. Depuis, le Comité des Six Nations a transmis un dossier au ministère, qui a demandé des précisions avant de l’envoyer à la Cellule interminis­térielle de crise, chargée de se pencher sur les questions liées au Covid-19.

Le Tournoi aura-t-il droit aux dérogation­s mentionnée­s plus haut ? Rien ne l’assure encore. Car cette compétitio­n concerne des nations britanniqu­es, où le variant « anglais », que les autorités françaises craignent particuliè­rement en raison de sa plus grande contagiosi­té, est omniprésen­t. Par ailleurs, de source ministérie­lle, tout dépendra également de l’évolution de la situation épidémique en France au fil des semaines à venir. La question des déplacemen­ts des sportifs profession­nels, et donc des rugbymen appelés à participer au Tournoi, sera évoquée cette semaine en Conseil de défense.

 ??  ?? Les Bleus, ici face à l’Angleterre en Coupe d’automne des nations, seront-ils le 6 février prochain au rendezvous du Tournoi face à l’Italie ? L’épidémie de Covid-19 pourrait bien perturber la bonne tenue de la compétitio­n.
Les Bleus, ici face à l’Angleterre en Coupe d’automne des nations, seront-ils le 6 février prochain au rendezvous du Tournoi face à l’Italie ? L’épidémie de Covid-19 pourrait bien perturber la bonne tenue de la compétitio­n.

Newspapers in French

Newspapers from France