L'Equipe

THOMAS TUCHEL

À peine écarté du Paris-SG, l’entraîneur allemand est attendu par le club londonien, avec lequel il devrait s’engager aujourd’hui.

- DAMIEN DEGORRE

Laurent Blanc demeure l’exception à ce qui paraît une règle : les entraîneur­s qui ne restent pas au Paris-SG, pour une raison sportive ou pour une autre volonté de Doha, rebondisse­nt très vite dans un grand club européen. Après Carlo Ancelotti, au Real Madrid, en 2013 et Unai Emery, à Arsenal, en 2017, voici Thomas Tuchel qui s’apprête à signer aujourd’hui à Chelsea. L’entraîneur allemand sera donc à peine resté un mois sans club, lui qui n’envisageai­t pas nécessaire­ment retrouver un banc avant l’été, abasourdi par son éviction du PSG.

Abasourdi, Frank Lampard, à qui il succède, l’est un peu moins. Le désormais ex-manager des Blues sentait le vent tourner depuis un moment et la qualificat­ion, dimanche, contre Luton (Division 2, 3-1), pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Angleterre, n’a rien changé à l’affaire. La décision de ses dirigeants, qui avaient déjà pris contact avec Tuchel depuis la défaite à Leicester (0-2, le 19 janvier), en Championna­t, était prise. Arrivé en juin 2019, en remplaceme­nt de Maurizio Sarri, l’ancien milieu de terrain emblématiq­ue du club n’a jamais semblé en mesure de répondre aux attentes de ses patrons, dont l’objectif est de réduire l’écart qui sépare aujourd’hui le club londonien de Liverpool et Manchester City.

La première saison, les Blues étaient interdits de recrutemen­t et leur 4e place de Premier League synonyme de qualificat­ion en Ligue des champions était porteuse d’espoirs. Mais, à l’intersaiso­n, le club a investi plus de 240 millions d’euros sur sept joueurs et les résultats ont suivi une trajectoir­e contrariée : 6 défaites en 19 matches de Championna­t et l’impression, tenace, d’une défiance grandissan­te de l’effectif. Lampard est le manager de Chelsea qui affiche la pire moyenne de points par match (1,67) de l’ère Abramovitc­h, le propriétai­re du club.

En se retournant vers Tuchel, Chelsea ne s’adressait pas tout à fait à un inconnu. Déjà, en 2017, des contacts avaient été noués mais l’ancien coach de Dortmund avait préféré le projet parisien et la perspectiv­e d’entraîner Neymar et Kylian Mbappé. Trois ans et demi plus tard, lorsque Chelsea est revenu à la charge, Tuchel n’a pas hésité. « En fait, c’était le seul club qui pouvait le faire replonger tout de suite dans le bain » , confie un proche. Manchester United et même Barcelone l’avaient approché dans la perspectiv­e de l’été mais à Chelsea, l’Allemand avait une idée assez précise d’où il mettait les pieds.

D’abord, il considère la Premier League comme le meilleur Championna­t au monde. Ensuite, il sait qu’il aura un droit de regard sur la politique de recrutemen­t.

Au PSG, Tuchel a été affecté par sa relation biaisée avec Leonardo.

Il a vu, à ses dépens, qu’un entraîneur pouvait être exclu du processus de décision, et même de celui de réflexion, lors du mercato. Il avouait ainsi, en privé, avoir découvert le nom des dernières recrues d’ octobre 2020 quelques heures, seulement, avant leur officialis­ation. À Londres, il sait que cela ne se passera pas comme ça. Il y retrouvera aussi Thiago Silva, un joueur qu’il désirait conserver à tout prix à Paris à l’été 2020 et pour lequel il a souvent déclaré sa flamme. Et réciproque­ment, d’ailleurs. Le défenseur central avait affirmé, en décembre, sur le site de la Confédérat­ion brésilienn­e, que Tuchel faisait partie de ses 3 entraîneur­s préférés, avec Carlo Ancelotti et Tite.

“En fait, c’était le seul club qui pouvait le faire ,, replonger tout de suite dans le bain UN PROCHE DE THOMAS TUCHEL

L’espoir d’accrocher le « top 4 » du Championna­t

Mais Chelsea n’a pas choisi l’Allemand seulement parce qu’il s’entend bien avec son ancien capitaine à Paris ou parce que trois de ses compatriot­es figurent dans l’effectif (Rüdiger, Havertz et Werner). Le profil du technicien, porté sur un jeu offensif et capable de faire éclore des jeunes, et son expérience du très haut niveau ont été déterminan­ts.

D’une certaine manière, les Blues espèrent avoir trouvé leur Jürgen Klopp. Comme Liverpool l’avait fait avec son entraîneur, Chelsea laissera à Tuchel jusqu’à la fin de saison pour prendre ses marques, en espérant néanmoins qu’il parviendra à accrocher le « top 4 » du Championna­t (l’équipe, 9e, ne pointe qu’ à 5 points de Liverpool, 4e ) . Mais, pour l’ex-coach du PSG, c’est à partir de l’été prochain qu’un véritable objectif lui sera assigné : lutter pour le titre.

 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France