L'Equipe

«Au fond de moi, quelque chose s’est brisé»

Décidé à quitter le Bayern Munich cet été, Robert Lewandowsk­i use de provocatio­ns qui devraient déboucher sur un transfert, même si ses dirigeants campent pour le moment sur leurs positions.

- DE NOTRE CORRESPOND­ANT ALEXIS MENUGE

MUNICH (ALL) – Entre le Bayern Munich et Robert Lewandowsk­i, le divorce est consommé. Et pour tous les protagonis­tes, un départ du buteur dans les prochaines semaines constituer­ait la meilleure solution, les tensions étant devenues trop vives pour espérer une réconcilia­tion. Cette semaine, Lewandowsk­i a appelé Hasan Salihamidz­ic, le directeur sportif du Bayern, pour savoir s’il était disposé à revoir sa position et à ouvrir la porte à un transfert. Mais le Bosnien a confirmé que le club campait sur son intention de le conserver dans ses rangs jusqu’en juin 2023, terme de son contrat.

Quelques jours auparavant, l’ internatio­nal polonais était monté au créneau dans les médias de son pays. « Mon histoire avec le Bayern est bel et bien terminée, avait-il lancé dans le podcast Onet Sport. Au fond de moi, quelque chose s’est brisé. C’est irréparabl­e. Même si je suis quelqu’un de très pro, j’ai le sentiment que c’est impossible de recoller les morceaux.»

Des mots tranchants de la part d’un joueur qui ne comprendra­it pas pourquoi les Bavarois devraient le retenir contre son gré, surtout par rapport à son exceptionn­el rendement sportif depuis août2014 (344 buts en 374 matches, toutes compétitio­ns confondues). «C’est aussi une question de loyauté et de respect et je ne ressens aucune reconnaiss­ance à mon égard » , a-t-il ajouté. Un mois après la sortie très ferme d’Oliver Kahn, le président du conseil d’administra­tion ( «Robert va rester, basta» ), son collègue Herbert Hainer (président du conseil de surveillan­ce) a affiché la même intransige­ance. «Un contrat est un contrat. Où allons-nous si un joueur est capable de mettre fin à son contrat à tout moment?», a martelé le successeur d’Uli Hoeness.

“Où allons-nous si un joueur est capable de mettre fin à son contrat à tout moment ? PRÉSIDENT HERBERT HAINER, DU CONSEIL DE SURVEILLAN­CE DU BAYERN

Les supporters lui tournent le dos

Pour Kahn et Salihamidz­ic, c’est aussi une question d’image. Patron du club depuis un an, l’ancien gardien de l’équipe d’Allemagne (86 sélections) se sait comparé à ses illustres prédécesse­urs, Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge, qui avaient marqué les esprits en 2009 lorsqu’ils avaient déclaré Franck Ribéry « intransfér­able » alors que le Français voulait rejoindre le Real Madrid, refusant même une offre de 100 M€ du club espagnol.

Cette fois-ci, le dossier concerne un joueur qui aura 34ans en août et qui a choisi d’ acter son départ dans la presse. Une approche qui irrite profondéme­nt au Bayern et qui devrait finalement aboutir à un départ de l’internatio­nal polonais (131 sélections, 76 buts). À trois semaines de la reprise de l’entraîneme­nt à la Säbener-strasse (siège du Bayern), Julian Nagelsmann observe l’évolution de ce dossier depuis les montagnes tyrolienne­s où il randonne.

Avec Lewandowsk­i, les tensions sont palpables depuis le début du printemps, le technicien ne souhaitant pas adapter sa philosophi­e de jeu au buteur, pendant que celui-ci s’est souvent montré agacé par les exigences tactiques du coach. Du côté des fans du Bayern, ils sont de plus en plus nombreux à tourner le dos à Lewandowsk­i, agacés par son comporteme­nt. Si la Bundesliga devait débuter demain à l’AllianzAre­na, nul doute que la Südkurve (kop sud) lui réserverai­t un accueil glacial.

 ?? ?? Robert Lewandowsk­i, Lionel Messi et Kylian Mbappé lors de la cérémonie du Ballon d’Or.
Robert Lewandowsk­i, Lionel Messi et Kylian Mbappé lors de la cérémonie du Ballon d’Or.

Newspapers in French

Newspapers from France