L'Equipe

MasterChef

La performanc­e historique de Stephen Curry, vendredi, à Boston, a permis aux Golden State Warriors d’égaliser contre les Celtics lors de la finale NBA (2-2).

- DE NOTRE CORRESPOND­ANT ANTOINE BANCHAREL ment.

BOSTON (USA) – Le buzzer final a retenti depuis une demi-heure, vendredi (97-107). Stephen Curry enlace son père, Dell, près du parquet: «Je vais bien. Qu’est-ce que je t’avais dit? Je ne me suis jamais mieux senti» , glisse le double-MVP (2015, 2016) à son oreille. Au-dessus d’eux, le jumbotron surplomban­t le parquet du TD Garden de Boston témoigne: 43 points, 10 rebonds, 4 passes décisives. Une performanc­e gravée dans les annales, qui a permis aux Golden State Warriors, jusque-là menés 2-1 dans cette finale par les Celtics, de revenir à hauteur. Et de reprendre l’avantage du terrain qu’ils avaient perdu dès le premier match (108-120, le 3juin).

Les doutes sur l’état physique du « Chef », qui, quarante-huit heures plus tôt, criait de douleur alors que les 109kg d’Al Horford venaient de tomber sur son pied gauche blessé en mars, peuvent cesser. La prétendue pénurie d’un véritable chef-d’oeuvre de sa part sur la plus haute marche, aussi. «Je ne classe pas mes performanc­es » , a assuré le triple champion (2015, 2017, 2018) en toute fin de soirée. Pas grave, ses coéquipier­s l’avaient déjà fait pour lui : « Probableme­nt numéro 1» , suggérait Klay Thompson, surtout dans un «match à gagner » . « Incroyable. Il nous a portés sur son dos» , illustrait de son côté Draymond Green. « Il a eu un peu de mal ce ( vendredi) soir, ironisait d’abord son entraîneur, Steve Kerr. Non, sérieuseme­nt, il a été fabuleux. Boston a la meilleure défense de la ligue, des costauds à chaque poste. Il n’a jamais été aussi fort physiqueme­nt dans sa carrière.»

Le public de Boston a fini par s’incliner et l’acclamer

Son récital, Curry l’a démarré d’entrée. Un trois points sur Jaylen Brown avant de traverser le terrain pour chauffer le public, juste devant le banc des Celtics; un tir à une main au-dessus du pivot Robert Williams III – pourtant omniprésen­t, comme lors du match 3, avec notamment 12 rebonds et 2 contres – suivi d’un double-pas au contact sur le géant (2,06m, 108kg): le premier quart-temps a donné le la d’une soirée où le meneur a récité une partition sans faute (14 sur 26 au tir dont 7 sur 14 à 3 points).

Et quand les Celtics ont voulu hausser le ton au cours d’un troisième quart historique­ment faste pour les Californie­ns, ils ont systématiq­uement vu Curry trouver la bonne réponse: de loin, de près, avec la faute, en sortie de

dribble, pour recoller, égaliser, passer devant... L’ancien de l’université de Davidson leur a tout fait.

Et, alors que l’équipe de Boston avait jusque-là remporté le quatrième quart-temps lors des trois premières manches (+24, +4, +12), vendredi, les Warriors, dans le sillage de leur chef de file, ont inversé la tendance. D’abord sans Curry, laissé quelques instants au repos par Kerr. «Il n’était pas content» , a admis le stratège. Boston est alors repassé à +5. Pas de quoi stresser le coach, qui voulait «croire en ses tripes » , comme il l’a affirmé après coup. Pari réussi : après deux minutes de repos, clairvoyan­t, l’octuple All-Star a trouvé Thompson quand trois défenseurs fondaient sur lui: tir primé de l’autre «Splash Brother» pour passer devant.

Quelques actions de grande classe plus tard, le natif d’Akron (Ohio) pouvait célébrer sous les 17 bannières de champions et les 23 maillots retirés des Celtics. En toute fin de match, quand beaucoup étaient déjà partis s’imbiber sur Causeway Street, à l’image de certains tee-shirts, distribués avant le match, qui traînaient dans des flaques de bières entre les travées, on a même entendu des « M-V-P ! » lorsque l’artiste était aux lancers. À 34 ans, avec 34,3 points de moyenne depuis quatre matches, Curry n’a jamais semblé aussi proche du trophée de meilleur joueur de la finale. Surtout en cas de victoire à domicile dans la nuit de lundi à mardi (3heures, heure française). Mais le Chef insiste, il voulait «juste gagner le match» . Et le titre, assuré

 ?? ??
 ?? ?? Stephen Curry a marqué 43 points dans la victoire des Golden State Warriors sur le terrain des Boston Celtics, samedi soir (97-107).
Stephen Curry a marqué 43 points dans la victoire des Golden State Warriors sur le terrain des Boston Celtics, samedi soir (97-107).

Newspapers in French

Newspapers from France