L'Equipe

Verona, la gloire du sans-grade

Gregario exemplaire chez Movistar, l’Espagnol a signé sa première victoire chez les pros à 29 ans, en profitant de la défaillanc­e de son leader Enric Mas.

-

VAUJANY – Tout arrive, il suffit de se montrer patient. En onze ans de profession­nalisme au niveau World Tour, Carlos Verona n’avait jamais ressenti les frissons que procure une victoire. Au sommet de Vaujany, l’Espagnol de l’équipe Movistar (29 ans) est parvenu à mettre fin à des années de disette en allant s’imposer en solitaire pour la première fois de sa carrière au terme de l’avant-dernière étape du Critérium du Dauphiné. « Cette victoire signifie beaucoup pour moi, expliquait le natif de San Lorenzo de El Escorial, près de Madrid. J’ai eu l’opportunit­é de jouer ma carte personnell­e aujourd’hui (hier) et de briller enfin. Personnell­ement, c’est une joie indescript­ible et un grand bonheur pour l’équipe.»

Depuis ses débuts, Verona n’avait jamais vraiment eu l’occasion d’avoir carte blanche. Valeureux serviteur depuis toujours, il avait cru pouvoir donner un vrai sens à sa carrière en étant enrôlé chez Patrick Lefévère à l’âge de 21 ans. L’Espagnol aura long

temps côtoyé chez Quick Step Sylvain Chavanel, Jérôme Pineau ou Julian Alaphilipp­e sans jamais avoir pu émerger. Après une nouvelle expérience à l’étranger au sein de l’équipe australien­ne Orica-GreenEdge puis chez Mitchelton-Scott, Verona est rentré au pays rejoindre la formation Movistar en 2019, à qui il a offert une sixième victoire cette saison. Sur

le prochain Tour, il se remettra naturellem­ent au service de son leader Enric Mas, défaillant hier (68e à 16’38’’ de son coéquipier). Et peut-être qu’avec la bénédictio­n des tauliers il pourra se lancer à nouveau à l’avant comme en 2020 à Loudenviel­le où il avait fini par prendre la troisième place de l’étape remportée par Nans Peters.

 ?? ?? Après s’être débarrassé de Kenny Elissonde au pied de la montée finale, Carlos Verona a su résister au retour de Primoz Roglic.
Après s’être débarrassé de Kenny Elissonde au pied de la montée finale, Carlos Verona a su résister au retour de Primoz Roglic.

Newspapers in French

Newspapers from France