L'Equipe

Ogier en redemande

Neuvième de sa catégorie et en progressio­n constante tout le week-end, l’octuple champion du monde des rallyes s’est pris au jeu des 24 Heures, qu’il espère disputer à nouveau un jour.

- DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL JÉRÔME BOURRET

LE MANS – Au fil des rencontres de la semaine, on avait trouvé Sébastien Ogier un poil éteint. En panne d’enthousias­me, alors qu’il s’apprêtait à découvrir un mythe du sport automobile. Compétiteu­r dans l’âme et garçon exigeant, il était vraisembla­blement contrarié par le déficit de performanc­e du proto LMP2 du Richard Mille Racing Team sur ses deux premières courses d’Endurance, à Sebringpui­sàSpa.Désireuxd’apprendre et de progresser dans sa nouvelle discipline, l’octuple champion du monde des rallyes était aussi frustré de passer aussi peu de temps en piste, contraint de partager le volant de sa voiture avec ses deux équipiers de 21 ans, Charles Milesi et Lilou Wadoux.

“J’ai compris énormément de choses

pe'ua'vant

Hier, un la fin des 24 Heures, qu’il suivait sur un écran de télévision dans l’hospitalit­é de son team pour s’assurer que la numéro 1 conservait son rang dans le top 10 de sa catégorie, on a retrouvé le Sébastien Ogierqu’onconnaîte­nrallye.Souriantet­détendu.Affable.Heureux. «Même si j’en avais évidemment beaucoup entendu parler, je n’étais jamais venu ici avant et j’ai découvert l’événement par la grande porte, directemen­t en tant que pilote, se réjouissai­t-il. Je ne peux qu’apprécier, ça restera un grand souvenir. J’ai été piqué et ça me

donne envie de revenir. » En vingtquatr­e heures, ce glouton du volant en a eu pour sa faim. « J’ai été servi et je termine un peu fatigué car je pensais dormir plus que ça: je n’ai réussi à me poser que deux fois une heure », s’amusait celui qui a passé 7 h 49’29’’ en piste, pour un total de 125 tours. Une assiduité qui lui a permis de comprendre les subtilités du tracé et du pilotage en Endurance.

« J’ai beaucoup appris et je suis content d’être passé à travers les nombreux pièges pendant ces 24Heures. Sans une erreur au moment de négocier mon entrée dans la voie des stands qui nous a coûté 1’30’’ de pénalité, la mission aurait

été à 100 % remplie. J’ai compris énormément de choses dans la gestion du trafic, le pilotage de nuit et la compréhens­ion de la piste. Si je suis amené à revenir ici à l’avenir, je devrais être capable de franchir d’autres étapes rapidement.»

Côté performanc­e, Ogier est allé crescendo. Son meilleur tour en course est seulement 1’’2 moins rapide que celui de Milesi, vainqueur dans cette catégorie LMP2 l’an dernier. « Il pèse vingtcinq kilos de moins que moi et cela engendre un écart qui est incompress­ible, détaille Ogier, sans se chercher d’excuses. Je me suis rapproché un peu de lui mais il en reste encore à aller chercher, c’est certain. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise. »

De retour enWRC

Malgré cette première encouragea­nte, pas sûr que l’on revoie un jour Sébastien Ogier (38 ans) en Endurance. Le Français, qui participer­a la semaine prochaine au Rallye du Kenya avec Toyota, ne sera sans doute pas à Monza le mois prochain, pour la prochaine étape du WEC. « J’ai toujours été clair avec l’équipe que mon objectif était de faire Le Mans et les deux courses précédente­s pour m’y préparer mais que je ne souhaitais pas vraiment faire le Championna­t dans son intégralit­é car je désire faire quelques rallyes supplément­aires, tout en gardant du temps pour moi. Il y a donc de bonnes chances que cela s’arrête là cette année.»

Et en 2023? Pascal Vasselon, qui avait pourtant d’autres chats à fouetter en sa qualité de directeur techniqued­esToyotavi­ctorieuses, a pu garder un oeil sur la prestation d’Ogier et assure qu’il aura une place dans le programme d’essais de son Hypercar l’an prochain. Sa présence sur la grille des 24 Heures 2023 dépendra alors de son niveau sur ces essais et de l’éventuel engagement d’une troisième GR010 Hybride. « D’ici là, il y aura quelques rallyes pour s’amuser », promet Ogier.

É

 ?? ??
 ?? ?? En compagnie de Charles Milesi et Lilou Wadoux, Sébastien Ogier a terminé à trois tours des vainqueurs en LMP2.
En compagnie de Charles Milesi et Lilou Wadoux, Sébastien Ogier a terminé à trois tours des vainqueurs en LMP2.

Newspapers in French

Newspapers from France