L'Equipe

Gasly s’est régalé

Pour la première fois cette saison, le pilote français a enchaîné un week-end sans connaître le moindre souci. Sur un circuit qu’il aime bien et qui convient à son Alpha Tauri, il décroche une belle cinquième place.

- ERIK BIELDERMAN

Tiens! Revoilà le Pierre Gasly 2021. Celui qui saisit ses opportunit­és. Celui qui s’en va gratter de jolis points. Sait se positionne­r comme candidat au titre de meilleur des autres. Et s’en va parfois jusqu’à puncher avec les gros bras du Championna­t. Le pilote que l’on aime voir sourire. Un sourire aperçu parfois le vendredi à l’issue de quelques séances d’essais libres bien gérées. Plus rarement le samedi en qualificat­ions et pas encore le dimanche.

Cette fois, ce fut le week-end aux trois sourires. Certes, il y eut le coup de ruban adhésif pour sauver le DRS (aileron arrière) en charpie du Japonais Yuki Tsunoda, mais pour une fois le Normand allait échapper au moindre souci. «Cela dit, quand on m’a annoncé que Yuki avait une panne de DRS, forcément, ça t’interpelle sur la piste.» Et encore plus quand Gasly, au vu des images, allait réaliser que l’ aileron mobile del’ Alpha Taurines‘ ouvrait que sur la moitié gauche.

Dans le top 10 du Championna­t

Parti sixième, Gasly allait vite récupérer deux places par la grâce des volutes de fumée des Ferrari devant lui. « Mais, franchemen­t, je n’ai aucun regret de ne pas avoir pu lutter avec les Mercedes et surtout Lewis (Hamilton) qui est resté longtemps derrière moi. J’ai bien essayé de résister à ( sa) remontée, de bien défendre, mais ça n’était pas jouable. Il était bien trop rapide.»

Avec désormais 16 points, le Français dépasse son coéquipier (11points pour Tsunoda) et intègre le top 10 du Championna­t à égalité avec Fernando Alonso. « Je suis hyper content de ce weekend. On n’a juste pas eu de chance sur le dernier safety car virtuel après l’abandon de Kevin Magnussen (31e tour), Hamilton a pu chausser des gommes dures, nous, il ne nous restait que des tendres. On ne pouvait espérer aller au bout avec…»

Même pas de la frustratio­n, juste expliquer. Ré-expliquer. Et se projeter. « Nous étions bien à Monaco, bien ici, ce sont des circuits où il y a des virages lents, voire très lents. Comme nous manquons de charge aérodynami­que, on sait être en difficulté sur les tracés rapides. C’est pourquoi, après avoir gâché une belle opportunit­é à Monaco, il ne fallait pas se louper ici. Ça redonne le sourire à toute l’équipe. On a beaucoup travaillé après Monaco pour se dire les choses, comprendre nos erreurs et essayer d’y remédier.»

Et ne plus se contenter pour Pierre Gasly d’avaler sans sourciller les excuses des membres de son équipe.Et ce, à un moment où après avoir été informé de la reconducti­on logique du contrat de Sergio Perez chez Red Bull, le Français voit ses perspectiv­es d’évolution pour 2023 se réduire. Avec pour seule vision l’opinion d’Helmut Marko, le patron de la filière pilotes Red Bull, expliquant que Gasly roulerait encore en 2023 chez Alpha Tauri. Sauf jeu de chaises musicales provoqué par un éventuel départ de Daniel Ricciardo chez McLaren et marché de transferts en folie. Pure hypothèse d’école, juste bonne à alimenter la gazette du paddock.

 ?? ?? Pierre Gasly retrouve le sourire. Le long des murailles du château de Bakou, le pilotage du Français a fait merveille.
Pierre Gasly retrouve le sourire. Le long des murailles du château de Bakou, le pilotage du Français a fait merveille.

Newspapers in French

Newspapers from France