L'Equipe

Lucu, façon Dupont

Particuliè­rement inspiré hier, le demi de mêlée bordelais a étrangemen­t fait écho à son homologue toulousain.

- DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL LAURENT CAMPISTRON

BORDEAUX – Dans une partie marquée par un affronteme­nt féroce sur la ligne d’avantage et partout ailleurs, le demi de mêlée de l’UBB Maxime Lucu a été l’un des rares joueurs à apporter un peu de poésie. Son pied droit longue portée a régulièrem­ent soulagé son équipe en revoyant le jeu dans la moitié de camp adverse, ses passes laser ont généré de la vitesse et des décalages sur les extérieurs, régalant notamment les centres Yoram Moefana et Ulupano Seuteni, et son sens du jeu a fait très mal aux Francilien­s.

Cris et poings rageurs

C’est d’ailleurs une de ses initiative­s personnell­es, une pénalité rapidement jouée à la main alors que les avants des deux camps s’expliquaie­nt au sol dans une énième empoignade, qui amena le premier essai des Girondins. Il cassa la ligne adverse avant de servir Matthieu Jalibert au soutien. Le jeu rebondit jusqu’à Moefana qui allongea sa passe pour un essai de l’ailier Santiago Cordero (8-3, 20e).

L’action ne vous rappelle rien? On aurait dit un copier-coller d’une des inspiratio­ns de son homologue toulousain Antoine Dupont, la veille, lors du premier barrage entre Toulouse et La Rochelle (33-28). Même lecture du jeu, même réactivité, même explosivit­é pour échapper aux premiers défenseurs.

Après la pause, c’est sa rage de vaincre qui a le plus marqué les esprits. Cris et poings rageurs, comme sur cette action en fin de match où il trouva un magnifique 50-22 de ses propres 22 m, il n’a jamais cessé d’en appeler au soutien du public et d’encourager ses partenaire­s. Un vrai patron sur le terrain qui a joué soixantequ­inze minutes avant de sortir sous une standing ovation du public de Chaban-Delmas. Une sortie de roi. À la Dupont.

Newspapers in French

Newspapers from France