L'Equipe

Un triplé en trompe-l’oeil

-

Avec pour la première fois depuis 2002 trois vainqueurs d’étapes français différents, le cyclisme hexagonal pourrait sortir satisfait de ce Critérium du Dauphiné. Mais sans vouloir minimiser la performanc­e d’Alexis Vuillermoz le deuxième jour à Brives-Charensac, celle de David Gaudu piégeant Wout van Aert à Chastreix-Sancy le lendemain, ou celle de Valentin Ferron dans les rues de Gap vendredi, c’est le classement général qui gâche le tableau. La défaillanc­e de Gaudu hier, qui l’a fait dégringole­r de la sixième à la dixseptièm­e place au classement général alors qu’il pouvait encore viser une place sur le podium, a jeté un froid. C’est seulement la quatrième fois sur les vingt dernières éditions qu’on ne retrouve aucun Français dans le top 10 (après 2004, 2012 et 2013), malgré une belle embellie ces cinq dernières années, avec en moyenne deux dans les dix premiers du classement final. Mais on se consolera en rétorquant que, sur ces cinq dernières éditions, il n’y avait eu que trois victoires d’étape françaises avec Arnaud Démare (2017) et Julian Alaphilipp­e (2018, 2019).

Newspapers in French

Newspapers from France