L'Equipe

WIGGINS Trêve de politesses

- L. P.

Les Américains pointent souvent la politesse extrême de leurs voisins canadiens. Andrew Wiggins ne fait rien pour briser le cliché. Le numéro 1 de la draft 2014 a bien rechigné à se faire vacciner contre le Covid en début de saison mais il a rarement un mot plus haut que l’autre. Si bien qu’il a été considéré comme apathique chez les Minnesota Timberwolv­es, bien contents de l’expédier à Golden State en 2020.

Le ton monotone n’est interrompu qu’à l’occasion par un large sourire de gosse. Sa nonchalanc­e ne le rend pas moins coriace. Après avoir harcelé Luka Doncic au tour précédent, le chien de garde ne lâche pas Jayson Tatum sur cette finale. La ligne statistiqu­e décevante du Celtic (22,3 points à 33,4 % contre 27 points à 44,6 % durant le reste des play-offs) s’explique en partie par l’ailier collant de 27ans et ses longs bras. Le rookie de l’année 2015 a défendu sur lui 32 minutes en cumulé jusqu’ici, le limitant à 13/39 au tir. « “Wiggs” a été fantastiqu­e. Contre Boston, il faut gérer Tatum et Brown, des joueurs puissants et doués. Et grands. Il nous a fallu tout ce que Wiggs avait à nous donner », a résumé son coach Steve Kerr après le match 4.

Record au rebond

Offensivem­ent, après avoir inscrit 20 points au match 1 et 18 lors du match 3, le Canadien a encore marqué 17 points vendredi, dont huit de suite dans le premier quart-temps pour refroidir le TD Garden. Mais c’est surtout son travail sous les deux paniers qui a compté avec 16 rebonds, record en carrière. « Je veux gagner et je sais que le rebond y contribue grandement », a-t-il expliqué.

Ses coéquipier­s saluent l’apport du All-Star dans ces playoffs (qu’il dispute pour la deuxième fois seulement en huit saisons) et cette finale. Dans le match 3, Andre Iguodala, blessé, l’a recadré au bord du parquet, dans un moment aux airs de passage de témoin. Wiggins n’a pas encore le niveau d’un MVP de la finale comme l’ailier vétéran, qui avait ralenti LeBron James en 2015. Mais avec Klay Thompson toujours pas à 100 %, Draymond Green proche du néant en attaque et Jordan Poole trop foufou, il est le deuxième meilleur Warrior derrière l’intouchabl­e Stephen Curry. L’air de rien.

 ?? ?? Andrew Wiggins est, derrière l’intouchabl­e Stephen Curry, le deuxième meilleur joueur des Warriors depuis le début de la finale.
Andrew Wiggins est, derrière l’intouchabl­e Stephen Curry, le deuxième meilleur joueur des Warriors depuis le début de la finale.

Newspapers in French

Newspapers from France