L'Equipe

La vente de l’OL se précise

Un conseil d’administra­tion de Lyon s’est tenu hier, un autre est programmé mardi. Les dossiers des trois repreneurs potentiels, dont Foster Gillett, sont à l’étude.

- ARNAUD HERMANT et HUGO GUILLEMET

La vente de l’Olympique Lyonnais semble s’accélérer et entrer dans une phase décisive. Comme annoncé sur notre site, hier midi, un conseil d’administra­tion du club s’est tenu dans l’après-midi avec le dossier de la cession pour ordre du jour. Un autre est programmé dès mardi prochain, toujours sur le même thème.

À l’issue du CA d’hier, aucune décision n’a été prise. L’ensemble des administra­teurs, et notamment les actionnair­es-Au las qui détient 27,72% d’OL Groupe via sa holding Holnest, Pathé (19,38 %) et IDG Groupe (19,85 %) - ont étudié les offres au rachat des trois candidats (Foster Gillett, Iconic sports acquisitio­n et John Textor), ainsi que l’origine de leurs fonds.

Ces trois postulants, dont le favori Gillett, choisi par Jean-Michel Aulas, qui est prêt à racheter l’OL contre 600 millions d’euros en conservant«JMA» dans l’organigram­me, avaient jusqu’à hier matin pour fournir un dossier complet et les garanties bancaires nécessaire­s à l’acquisitio­n. Ils ne l’avaient pas encore fait en début de semaine. Cet ultimatum a été fixé par Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, qui veut vendre rapidement ses parts.

Pour rappel, Seydoux avait assuré il y a trois mois qu’il favorisera­it les candidats disposés à travailler de concert avec Aulas. Mais si les garanties n’arrivent pas à temps, il pourrait aussi choisir ce week-end de céder ses parts à John Textor, l’un des premiers à avoir fourni des garanties il y a plusieurs semaines comme l’avait révélé L'Équipe le 27 mai.

Textor se replace dans la course, Iconic postule toujours

Textor, qui dans un premier temps s’était montré peu enclin à conserver Aulas dans un rôle opérationn­el après le rachat, semble être moins intransige­ant sur cette question. Ce qui, en plus des garanties de son offre, a permis à cet homme d’affaires américain, déjà présent à Botafogo (D1 brésilienn­e) ou au RWD Molenbeek (D2 belge), de se replacer dans la course, d’autant que son projet serait vu d’un bon oeil par Pathé.

Le fonds Iconic Sports Acquisitio­n, dont les fondateurs, Jamie Dinan et Alex Knaster, sont déjà impliqués en NBA au sein de la franchise des Milwaukee Bucks, postule toujours, de même que Foster Gillett, même si l’Américain n’a pas encore pu justifier de l’origine de ses fonds. Selon nos informatio­ns, une partie serait constituée de cryptomonn­aie.

Compte tenu des enjeux, il est normal que les propriétai­res lyonnais portent une attention toute particuliè­re à la provenance de l’argent qui doit servir au rachat des parts de Pathé et IDG Groupe ou de l’ensemble du capital.

Les prochains jours s’annoncent chargés. D’autres réunions sont prévues et les négociatio­ns vont s’enchaîner avec les trois candidats afin de finaliser ce dossier avant le 23 juin, soit jeudi prochain, comme l’a déclaré le président Aulas.

 ?? ?? Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, avec Jean-Michel Aulas, le président de l’OL.
Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, avec Jean-Michel Aulas, le président de l’OL.

Newspapers in French

Newspapers from France