L'Equipe

La préfecture de police ciblée

En dressant un premier bilan, hier, de l’organisati­on de la finale de la Ligue des champions, les sénateurs ont épinglé en filigrane la gestion de la « PP » de Paris.

- SIMON BOLLE

Comme un symbole, ils avaient donné rendez-vous hier aprèsmidi dans un salon du Stade de France, là où tout a – mal – commencé le 28 mai, à Saint-Denis, au soir de la finale de la Ligue des champions, dont l’organisati­on a tourné au fiasco. Près de trois semaines plus tard, après de nombreuses auditions des différents acteursauP­alaisduLux­embourg et une toute dernière visite des alentours et des entrailles de l'enceinte dionysienn­e, une délégation de six sénateurs a présenté les premières conclusion­s de leurs investigat­ions, une heure durant.

Même poussés, ils ne l’ont pas dit tel quel, et ce n’est pas leur rôle premier, mais ils ont très vite mis en cause, plus ou moins implicitem­ent, la gestion de la préfecture de police. D’une phrase, dès le début de cette restitutio­n, Laurent Lafon (Union Centriste), président de la commission de la culture, de l’éducation et de la communicat­ion, a résumé: « Il y a une impréparat­ion en amont, un manque de réactivité pendant l’événement et une gestion critiquabl­e après.»

En amont, le refus de la PP, apriori sur propositio­n de la FFF lors d’une réunion préparatoi­re le 23mai, d’installer des panneaux de direction a provoqué de «l’incompréhe­nsion» et «un problème important» aux yeux de FrançoisNo­ël Buffet (LR), président de la commission des lois. «Si la propositio­n avait été retenue, il est très probable que les flux se seraient séparés et que les conditions d’accès au stade auraient été facilitées» , a-t-il assuré. «On s’étonne aussi de l’absence de dialogue entre les autorités françaises et leurs homologues espagnoles et anglaises» , a ajouté Lafon.

Pendant l’événement, plusieurs éléments ont été jugés préoccupan­ts : la non-maîtrise des faits de délinquanc­e autour du stade, pourtant repérés dès la mi-journée (selon Lafon, «l’organisati­on des forces de l’ordre n’était pas adaptée pour y faire face» ); le recours massif au gaz lacrymogèn­e ( « assumé mais pas bon » , d’après Buffet); le système expériment­al de préfiltrag­e… Lafon reprend : « Le double contrôle a complexifi­é la gestion des flux et créé une improvisat­ion, qui s’est révélée catastroph­ique. » Qui a notamment forcé la PP à ordonner la levée dupoint bloquant à la sortie du RERD.

Après, la théorie rapidement avancée par le préfet de police Didier Lallement sur les 30 000 à 40 000 supporters anglais sans billet ou avec de faux billets est toujours à démontrer. Une informatio­n judiciaire est en cours au parquet de Bobigny. La suppressio­n – automatiqu­e – des images de vidéosurve­illance demeure elle aussi incomprise. «L’impression donnée, c’est qu’il n’y a pas de responsabl­es, et donc pas de coupables » , a ainsi lâché Lafon. Et Buffet d’appuyer : « Cette absence de conservati­on constitue à tout le moins une faute grave. C’est incompréhe­nsible et impensable. Inadmissib­le, même.»

À ce sujet, la PP est là encore un interlocut­eur clé puisqu’elle serait la seule à en avoir gardé une copie, réquisitio­nnée depuis par la justice. Les sénateurs aimeraient y avoir accès. Une demande a été formulée auprès du ministère de l’Intérieur. Tant qu’à faire, une «réponse officielle» d’en haut serait aussi souhaitée. «Tous ceux qui ont failli sont, à un moment donné, liés à l’État. Il est donc nécessaire que l’État s’exprime sur les responsabi­lités et erreurs» , a invité Lafon. D’ici là, le Sénat se contentera, mardi peut-être, de l’audition de supporters et du maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin. Celle de l’UEFA, réclamée, reste sans retour de l’instance à ce jour.

“L’impression donnée, c’est qu’il n’y a pas de responsabl­es, et donc pas de coupables

LA'UR'ENT

LAFON, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE LA CULTURE, DE L’ÉDUCATION ET DE LA COMMUNICAT­ION

“Cette absence de conservati­on (des images) constitue à tout le moins une faute grave. C’est incompréhe­nsible et impensable. Inadmissib­le, même

FRANÇO’N’

IS- OËL BUFFET, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DES LOIS DU SÉNAT

 ?? ?? Des supporters de Liverpool devant une entrée du Stade de France, le 28 mai, pour la finale de la Ligue des champions.
Des supporters de Liverpool devant une entrée du Stade de France, le 28 mai, pour la finale de la Ligue des champions.

Newspapers in French

Newspapers from France