L'Equipe

Un pas de plus vers l’élite mondiale

L’équipe de France a gagné, en dominant largement la Croatie, hier soir en demi-finales de la Ligue européenne, le droit de disputer l’accession au niveau mondial fin juillet.

- DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE BÉATRICE AVIGNON

ORLÉANS – Le petit pas de danse est en passe de devenir leur marque de fabrique. Après les victoires, mais aussi entre les points, les Bleues ne manquent pas de partager leur joie. « À chaque fois qu’une fille fait un ace, on fait une petite danse, c’est une routine qu’on a mise en place qui nous permet de nous lâcher » , explique Héléna Cazaute. Hier soir à Orléans, elles ont pu l’offrir neuf fois à leurs supporters, avant de plier leur demi-finale de Ligue européenne en trois sets et moins d’une heure et quart face à des Croates visiblemen­t écoeurés (25-16; 25-17; 25-13).

Seul le début du match a vu l’équipe de France en difficulté. Menées 6-1, puis 9-3 dans le premier set, les Bleues ont ensuite aligné 14 points sur les services d’Amélie Rotar, et nettement dominé le reste de la rencontre. «Si un jour on m’avait dit que c’est moi qui allais lancer le truc au service, je n’y aurais jamais cru, parce que mon service n’est pas fameux, souriait Rotar (21ans), pointue de métier reconverti­e réceptionn­euse-attaquante pour le bien de l’équipe. Je suis contente car tout est parti de là, ensuite on les a empêchées de jouer leur jeu.»

La Croatie, déjà qualifiée pour la Challenger cup (28-31 juillet à Zadar) en tant que pays organisate­ur, se passe de sa meilleure pointue, Samanta Fabris, en Ligue européenne, mais elle n’en reste pas moins une équipe redoutable et coutumière des compétitio­ns mondiales, contrairem­ent aux Françaises. «Je n’ai jamais cru que ça pouvait être aussi facile, admettait Émile Rousseaux, le sélectionn­eur belge des Bleues depuis 2018. Les Croates ont un style de jeu qui ne nous aide pas, avec énormément de vitesse, à la passe notamment, et des attaquante­s très joueuses. Il fallait bien servir et être bien organisées en block défense, c’est ce que nous avons fait parfaiteme­nt.»

La capitaine Héléna Cazaute (12 points hier) ne cachait pas sa fierté de voir cette équipe de France poursuivre sur sa lancée, après un sans-faute en quatre matches de poules contre la Bosnie-Herzégovin­e et l’Espagne, et une première finale de Ligue européenne à jouer dimanche, face à la République tchèque, victorieus­e de la Roumanie 3-2 hier. «On a tout donné, appliqué les consignes à la lettre, ce n’est que du bonheur ! Ça aurait été compliqué si on n’avait pas bien servi, on savait que c’était la clé. On a été très présentes en block défense, elles n’ont pas pu dérouler leur jeu.»

Au-delà de la qualificat­ion en finale, les Bleues peuvent voir plus loin, puisque cette victoire face aux Croates leur ouvre les portes de la Challenger cup, tournoi mondial à huit équipes par éliminatio­n directe, dont le vainqueur accédera à la Ligue des nations la saison prochaine.

Les Françaises ne savent pas encore qui, de la Croatie, la République tchèque, la Colombie, Porto Rico, le Cameroun, le Kazakhstan ou la dernière de l’actuelle Ligue des nations elles devront affronter en quarts de finale. Mais ce sera une première occasion de se frotter à encore plus fort. «On sait que ce sera le niveau supérieur, mais on va garder cet état d’esprit et on peut encore créer la surprise» , ajoute Cazaute. Pour peut-être, esquisser de nouveaux pas de danse.

“Je n’ai jamais cru que ça pouvait être aussi facile. Les Croates ont énormément de vitesse. Il fallait bien servir et être bien organisées en block défense

ÉM'ILE 'ROUSSEAUX, SÉLECTIONN­EUR DES BLEUES

 ?? ?? Amélie Rotar, qui transperce ici la défense croate, a inscrit 10 points hier soir à Orléans.
Amélie Rotar, qui transperce ici la défense croate, a inscrit 10 points hier soir à Orléans.

Newspapers in French

Newspapers from France