L'Equipe

Pigrée, dos à la médaille

À 20 ans, la Guyanaise a battu son record de France pour s’inviter en finale du 50 m dos avec le troisième temps (27’’29).

- DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE CÉLINE NONY

BUDAPEST – Elle l’affirme dans un immense sourire : « C’était ma course phare et je voulais faire quelque chose. Je bats le record de France, le mien, mais ça fait plaisir de le battre. Je n’étais pas en forme depuis le début de saison. Ça fait du bien de retrouver le haut niveau.»

À 20 ans, Analia Pigrée est une jeune femme pressée. Dans l’eau. Hier, elle a donc raboté d’un dixième sa propre marque nationale lors de la demi-finale du 50m dos. En 27’’29, elle réalise même le troisième temps de la soirée et le deuxième de sa demie. Avait-elle seulement senti que ce serait possible? «Pas du tout, éclate-t-elle de rire. J’étais dans ma course, je ne regardais pas trop le temps. Je suis étonnée et en même temps, contente. Maintenant, je n’ai absolument rien à perdre. Je suis jeune, je vais tout faire pour arriver au podium. » Qu’elle se souvienne, si besoin, de la raison qui l’a poussée à traverser l’Atlantique à l’âge de 15 ans, après avoir tanné ses parents pour quitter sa Guyane natale et s’installer dans les montagnes de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). «Quand j’étais petite, je gagnais tout le temps. Il fallait que je me confronte à plus grand» , reconnaît-elle. Des rêves de grandeur qu’elle n’a pas tardé à entrevoir.

Le déclic à Kazan l’année dernière

Même s’il a fallu s’adapter à son nouvel environnem­ent, à de nouvelles cadences et de drôles de températur­es pour elle, Pigrée et ses qualités aquatiques ont fini par s’exprimer sur le dos. Un choix inspiré par son entraîneur, Philippe Schweitzer, qui lui a offert ses premiers accessits. La révélation? C’était à la fin de l’année dernière, lors des Championna­ts d’Europe en petit bassin à Kazan (Russie) où elle avait effacé Laure Manaudou des tablettes et brillé en étant la seule Française médaillée (argent sur 50m dos, bronze sur 100m dos). Et si une blessure à l’épaule a compromis son début de saison estival et ralenti sa progressio­n, la jeune femme un peu solitaire veut prendre la vague de cette jeune génération bleue aussi talentueus­e qu’ambitieuse.

«Il faut rester dedans, devine-telle. Ne pas s’exciter parce qu’on est bien placée. Il faut se reposer et se dire que c’est possible de le refaire. Ce soir (hier), il y a récup, repas et au dodo. Sans oublier le massage!» Pigrée est prête, elle veut se nourrir de l’ambiance. «Ça joue beaucoup, acquiesce-telle. Au bassin d’échauffeme­nt, à chaque fois que quelqu’un nage, on s’entraide, on l’encourage. Les très belles perfs de Léon (Marchand) ou Marie (Wattel), ça joue beaucoup, beaucoup sur notre moral. C’est génial.» Et si elle rejoignait ce cercle ce soir?

 ?? ?? Dans sa demi-finale hier, la Française Analia Pigrée a seulement été devancée par la Canadienne Kylie Masse (27’’22). Elle signe le troisième temps de la soirée sur 50 m dos.
Dans sa demi-finale hier, la Française Analia Pigrée a seulement été devancée par la Canadienne Kylie Masse (27’’22). Elle signe le troisième temps de la soirée sur 50 m dos.

Newspapers in French

Newspapers from France