L'Equipe

Favre, le come-back

Alors que le départ de Christophe Galtier est imminent, l’entraîneur suisse est très proche d’un retour au club qu’il a déjà fait briller de 2016 à 2018.

- ANTHONY CLÉMENT

Lucien Favre a quitté l’OGC Nice en juin2018 mais son nom tourne régulièrem­ent autour du club depuis, du moins quand les dirigeants azuréens cherchent un entraîneur. Comme ils sont amenés à vendre dans les prochaines heures Christophe Galtier au Paris-SG, ils sont justement en quête d’un technicien et il est donc encore question du Suisse (64 ans), resté très attaché à la Côte d’Azur depuis qu’il y est arrivé en 2016 pour disputer deux saisons.

Achevée à la huitième place et minée par des divergence­s avec le directeur du football Julien Fournier, la seconde n’avait pas été vraiment éblouissan­te mais tout le monde se souvient surtout de la première, avec le titre de champion d’automne, le podium en mai et un jeu formidable qui donnait envie de ne rater aucun match du Gym.

Une fois les bases posées par Claude Puel (2012-2016), c’est cet éclat qui avait consacré la nouvelle identité technique du club, que voulait raviver le président Jean-Pierre Rivère en rappelant Favre l’année dernière. Il n’avait été suivi ni par le propriétai­re Ineos ni par Fournier, qui avaient misé sur Galtier pour raffermir en priorité l’état d’esprit d’une équipe trop tendre.

Mais Rivère a de la suite dans les idées: quand il est apparu que la cohabitati­on entre Galtier et Fournier devenait impossible, ces dernières semaines, le président a de nouveau parlé de Favre à Dave Brailsford, le directeur du sport chez Ineos, missionné par le patron Jim Ratcliffe pour mener un audit. Libre depuis décembre20­20, quand il a été limogé par le Borussia Dortmund où il a remporté la Supercoupe d’Allemagne en 2019 (*), l’entraîneur ne manquait pas de prétendant­s car ses principes ont aussi séduit en Bundesliga, mais ses différents contacts n’ont pas abouti. Il n’est pas du genre à se précipiter et, dans un entretien accordé à L’Équipe en janvier dernier, il ne fermait pas la porte à un retour en L1 : « C’est une possibilit­é, mais l’Europe est grande.»

Un technicien qui colle au visage offensif souhaité pour l’équipe

C’est désormais beaucoup plus qu’une simple éventualit­é car ses échanges avec les dirigeants niçois ont été fructueux, autour des conditions contractue­lles comme de la configurat­ion de l’effectif, et le club prépare son retour. Rien de concret ne peut se produire avant l’officialis­ation du départ de Galtier au Paris-SG, mais l’essentiel est calé pour que Favre puisse être présent dès la reprise de l’entraîneme­nt, fixée lundi prochain. Alors que Galtier souhaitait renouveler profondéme­nt l’effectif, les Azuréens attendent que Favre, qui ne craint pas de proposer différents schémas tactiques pour s’adapter, soit plutôt capable de relancer des éléments qui n’ont jamais pu s’épanouir dans le 4-4-2 du Français, à l’image du Néerlandai­s Calvin Stengs.

La fin d’histoire compliquée entre l’entraîneur et Fournier, en 2018, n’a jamais été envisagée comme un obstacle, surtout que le directeur du football est loin d’être assuré de rester au club au-delà du mercato estival. Avec le Suisse, les dirigeants du Gym peuvent retrouver un technicien qui colle au visage offensif dont ils rêvent pour leur équipe, loin de l’approche de Galtier dont la frilosité a été critiquée par Fournier dans nos colonnes, le 10juin.

Favre a aussi ses exigences pour le recrutemen­t, mais si les Niçois finissent par empocher près de 10 M€ du Paris-SG pour céder Galtier, ils auront de quoi le satisfaire et tout sera en place pour que son deuxième passage puisse être meilleur que le premier, avec des moyens bien supérieurs.

É

(*) Cinquième au départ de Favre, le Borussia a fini 2e lors des deux saisons complètes avec le Suisse.

 ?? ?? Lucien Favre le 26 juillet 2017, à Nice, avant le match aller (1-1) du 3e tour préliminai­re de Ligue des champions contre l’Ajax Amsterdam
(2-2 au retour).
Lucien Favre le 26 juillet 2017, à Nice, avant le match aller (1-1) du 3e tour préliminai­re de Ligue des champions contre l’Ajax Amsterdam (2-2 au retour).

Newspapers in French

Newspapers from France