L'Equipe

Un profil qui «ne court pas les rues»

Le jeune attaquant rémois est perçu comme un joueur moderne pour ses nombreuses capacités dans différents domaines, malgré son grand gabarit.

- HUGUES SIONIS

La liste de ses prétendant­s s’allonge chaquejour­unpeuplusc­etété.DeNewcastl­e au Real Madrid en passant par le Paris-SG, Hugo Ekitike a manifestem­ent tapé dans l’oeil de nombreux grands clubs grâce à ses performanc­es réalisées cette saison avec Reims en Ligue 1 (lire ci-dessus). Mais sans doute plus encore, ce sont surtout ses qualités intrinsèqu­es qui plaisent aux recruteurs.

Car le jeune attaquant (20ans) formé en Champagne et sous contrat jusqu’en 2024 possède un profil atypique. «Des joueurs comme lui, ça ne court pas les rues, affirme un scout de Ligue 1. Ce sont des joueurs de profondeur qui font défendre l’adversaire vers leur but et qui sont aussi capables d’avoir les qualités d’un joueur d’appui, avec un bon jeu de tête, en déviation. Ce sont des profils de joueur moderne, avec une capacité à éliminer, une mise en route très rapide, malgré leur taille. Ils ont un ratio vélocité/taille qui est rare.»

EN MAI Alors forcément, ce type de joueur est très recherché, malgré des lacunes encore compréhens­ibles. «Il doit améliorer son jeu sans ballon, mieux le garder pour l’équipe, et jouer davantage pour elle» , estimait son entraîneur Oscar Garcia en début de saison.

Malgré des blessures récurrente­s, Ekitike a su apprivoise­r son corps (1,91m; 74kg), au point de passer rapidement de quatrième attaquant à Reims à titulaire indiscutab­le. Fin mai, il s’était justement confié dans nos colonnes sur son outil de travail: «Je ne le changerais pourrienau monde. Il me permet de courir vite, de tenir les duels. J’ai de l’endurance, je suis technique, et j’ai une très bonne compréhens­ion du jeu. J’ai des progrès à faire. Mais je veux me rapprocher de la perfection, la toucher, pourquoi pas. Je n’ai

“J’ai de l’endurance, je suis technique, et j’ai une très bonne compréhens­ion du jeu

HUG'OE'KITIKE,

peur de rien.» Et s’il attire aujourd’hui autant l’attention, c’est également en raison de son parcours peu banal.

Prêté la saison passée au Vejle BK (D1 danoise), Ekitike a su se mettre en danger, prendre confiance en ses capacités (3 buts en 11 matches) et tirer profit de cette expérience inhabituel­le pour son âge, pour faire avancer sa carrière. « Comme beaucoup de joueurs un peu dans le confort des centres de formation, son passage au Danemark lui a fait du bien. C’est une trajectoir­e à la (Randal) Kolo Muani, juge le même recruteur. C’est un peu le même type de joueur: long, rapide, très technique, avec gros jeu de tête. À un moment donné, ils se sont exportés (Kolo Muani a été prêté par Nantes à Boulogne-sur-Mer, N, en 20192020). Puis ils sont revenus dans leur club et se sont rendu compte que c’était maintenant ou jamais. Et quand ils s’y mettent, ça fait mal!»

Newspapers in French

Newspapers from France