L'Equipe

«On ne pardonnera jamais»

Enfin auditionné­s hier par le Sénat, les représenta­nts des supporters de Liverpool ont livré des témoignage­s importants et effrayants.

- SIMON BOLLE

Ce n’est pas un hasard si la session s’est clôturée par une salve d’applaudiss­ements francs. En écho, dès le début des débats, l’introducti­on de François-Noël Buffet, président de la commission des lois du Sénat, avait tranché, en une phrase: «Disons les choses clairement et nettement, car elles sont maintenant évidentes : les supporters anglais n’ont pas été à l’origine des incidents.»

Un peu plus de trois semaines après le fiasco de Saint-Denis et l’organisati­on de la finale de la Ligue des champions au Stade de France Liverpool - Real Madrid (0-1), les représenta­nts de supporters, enfin, ont pu faire entendre leur voix, hier après-midi, au Palais du Luxembourg. Et il faut croire que, comme le dit l’adage, le meilleur est venu à la fin. Pendant une heure et demie, les fans de Liverpool ont livré des témoignage­s «accablants» , pour citer plusieurs sénateurs présents, faisant de leur audition le moment fort de ces investigat­ions parlementa­ires.

“Je ne veux plus venir ici tant que les choses ne changent pas

GÉRANT 'DE'L’ASSOCIATIO­N TED MORRIS,

DES SUPPORTERS HANDICAPÉS DES REDS

Joe Blott, président de l’influente Fédération Spirit of Shankly, et Ted Morris, gérant de l’associatio­n des supporters handicapés des Reds, avaient fait spécialeme­nt le déplacemen­t, déterminés à «rendre justice» au nom de tous les Liverpuldi­ens. Le discours du second, notamment, s’est avéré très puissant. Poignant, même. «Depuis le 28mai dernier, ma vision de Paris n’est plus la même, a-t-il asséné. C’est la pire expérience vécue, les plus grandes scènes de détresse vues de toute ma vie. Je ne veux plus venir ici tant que les choses ne changent pas.»

Il a ensuite illustré ses propos en citant le récit de nombreux membres vulnérable­s affectés: des personnes handicapée­s écrasées contre les grilles, des enfants et femmes en fauteuil roulant gazés, un individu poussé au sol et en manque d’air, un garçon autiste séparé de son père... « Ils avaient peur, et personne ne les a aidés. Tout le monde en reste traumatisé. Ce qui était censé être un voyage fantastiqu­e en famille s’est transformé en une expérience horrifique. Nous avons été traités comme des animaux. On s’est sentis complèteme­nt abandonnés. C’était vraiment terrifiant et on ne pardonnera jamais aux autorités ce qu’elles ont fait.» Des mots qui ont hautement résonné.

D’après lui, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin incarne cette «honte» . «Il a menti et cela a ajouté à notre douleur et notre traumatism­e. Retirez vos accusation­s sans fondement et ayez la décence de démissionn­er, a appelé Morris. Il faut avoir le courage de dire la vérité, même aux plus puissants. » « Entendre les autorités françaises répéter les mêmes genres de mensonges que lors de la catastroph­e d’Hillsborou­gh, cela a causé énormément de chagrin et de peine, a abondé Joe Blott dans la foulée. Pourquoi encore porter la responsabi­lité sur les supporters, alors que c’est leur comporteme­nt héroïque qui a permis de sauver des vies?»

 ?? ?? Des supporters de Liverpool bloqués à l’extérieur du Stade de France, samedi 28 mai.
Des supporters de Liverpool bloqués à l’extérieur du Stade de France, samedi 28 mai.

Newspapers in French

Newspapers from France