L'Equipe

Laporte: «Excitant de courir après le Maillot Jaune»

Le Français a été retenu au sein du prestigieu­x collectif Jumbo-Visma pour participer au Tour de France et tenter d’accompagne­r ses leaders jusqu’à la victoire.

- DOMINIQUE ISSARTEL

Lundi soir, quand le manager de Jumbo-Visma, Merijn Zeeman, l’a convoqué dans le chalet de Tignes où les coureurs tiennent leurs réunions, Christophe La porte se doutait un peu de sa sélection pour le Tour de France. Ses résultats depuis son arrivée au sein de la formation néerlandai­se cet hiver (victoire d’étape sur Paris-Nice, 2e à Gand-Wevelgem) et son travail au service de ses leaders plaidaient pour lui. Ses qualités de sprinteur-puncheur, aussi, qui lui permettron­t d’aider P ri mozRoglice­tJ on as Vingegaard lors d’une première semaine propice aux bordures et aux attaques de loin. «La sélection dans votre équipe a été longue à se dessiner: il y a d’ abord eu une liste de six partants certains en janvier; il y a un mois, ils n’ étaient plus quetrois(Roglic,Vingegaard­etVan Aert).C’ ests tressant, cette attente, quand on est coureur? Pas vraiment, non. Déjà, je crois que je ne savais même pas qu’ il y a eu une liste de six noms à un moment! Dans ces cas-là, on est focalisé sur soi. J’ avais exprimé mon envie de participer au Tour de France dès nos premiers échanges avec le staff de Jumbo-Vis ma, avant même de faire partie de l’ équipe. On m’ a laissé entendre que c’ était possible mais que vu la densité du collectif, on ferait un premierpoi­ntaprèsPar­is-Niceetles classiques.

“On va servir à protéger Primoz (Roglic) et Jonas (Vingegaard) avant d’essayer d’emmener Wout (van Aert) pour les sprints

Nice' ,v' otre première course Sur Paris-aux côtés de P ri mozRoglic, vous passiez une sorte de test? Oui, c’ est un peu ça. Je devais le protéger des bordures lors des premières étapes et aussi emmener les sprints pourWout(v an Aert ). Cela s’ est bien passé, on avait tiré un bilan positif et je n’ ai pas spécialeme­nt douté depuis. Ensuite, j’ ai confirmé sur le

Dauphiné, mêmes iles trois premiers jour sont été compliqués car on arrivait de trois semaines en Sierra Nevada et que ce n’ est pas tellement une course pourmoi. Tout le monde parle beaucoup des dangers de la première semaine, avec des étapes aux airs de classiques. Vous l’ avez particuliè­rement évoquée en interne? Oui, on a même fait plusieurs réunions spéciales sur ces sept premiers jours, jusqu’àlaPlanche-des-BellesFill­es. On a tous reconnu l’ étape des pavés( la 5 e, qui arrive àArenb erg) etGrischa Nier mann,und en osdi recteurs sportifs, a parcouru les autres, au Danemark, dans le Nord de la France et en Suisse. C’ est clair que c’ est pour cela que je suis sélection né, comme TiesjBenoo­t et Nathan VanHooydon­ck. C’ est le terrain qui nous correspond et on va servir à protéger P ri mozetJ on as avant d’ essayer d’ emmener W out pour les sprints. Ça veut dire qu’ on va devoir être placés à l’ avant, pour éviter les chutes. Ce n’ est pas compliqué comme stratégie sauf que tout le monde veut faire pareil et que c’ est difficile à réaliser, plusieurs jours de suite. Il faut vraiment savoir frotter. C’ est comment de préparer le Tour de France dans une équipe qui va jouer la victoire? Déjà, cela ne m’ était jamais arrivé. C’ est super excitant des avoir que je vais être là, dans une des formations les plus fortes, et de courir après le Maillot Jaune. Préparer le Tour avec Jumbo-Vis ma, ça commence l’ hiver et ça ne cesse de grossir. On a gagné Paris-Nice et le Dauphiné avec trois étapes à chaque fois, plus le maillot vert. Et sur les trois derniers mois, on en a passé deux ensemble: trois semaines en Sierra Nevada, le Dauphiné et à nouveau deux semaines àTign es. On en chaîne les gros blocs d’ entraîneme­nt où on fait des sorties très longues. En Sierra Nevada, on faisait des trucs de7h 30, plus de 215 bornes. Faire ça une fois, ça m’ était déjà arrivé mais plusieurs fois en trois semaines,jamais!»

 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from France