L'Equipe

Les princes veulent régner

Frustré lors des finales 2018 et 2019, Monaco tient une nouvelle chance de décrocher son premier titre de champion de France, devant son public.

- DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL SAMI SADIK

MONACO – Attaché aux grilles d’une tribune de la salle Gaston-Médecin, le drapeau monégasque n’a pas bougé entre les matches 3 et 4. « Le début d’une équipe de légende » , indique fièrement le tissu rouge et blanc, agrémenté d’une liste manuscrite de noms choisis par des supporters de la Roca Team. Battues au match 5 de la finaleduCh­ampionnat,lesescouad­es de 2018 et 2019 (Elmedin Kikanovic, Amara Sy, Gerald Robinson, Sergii Gladyr…) s’y taillent la part du lion. Ce soir, quelques noms plus contempora­ins ont l’occasion de les rejoindre. Mike James et ses coéquipier­s sont à quarante minutes d’offrir à l’ASM le premier titre de champion de France de son histoire et d’éviter au massif trophée Jacques-Bulot un voyage incertain à l’Astroballe samedi soir. « Tout le monde en ville nous parle de ce premier titre, nous félicite pour le travail accompli, assure le meneur Paris Lee. Mais on a déjà mené contre l’Asvel dans la série et on a vu le résultat ( défaite 54-91 au match 2). On doit prendre cette rencontre avec attention et j’espère qu’on pourra soulever le trophée dès ce soir. »

Lescénario–untitreetu­nefête à la maison – doit trotter dans toutes les têtes, y compris celles du prince Albert, ovationné à son arrivée lors du match 3, et du propriétai­re monégasque Alexey Fedorychev, à la tête du club depuis fin janvier. Comme lundi avec une brochette d’acteurs du Festival de télévision de Monte-Carlo présentés à tour de rôle par le speaker, plusieurs VIP sont attendus en tribunes dont l’ailier-fort Adrien Moerman, double vainqueur de l’Euroligue avec l’Efes Istanbul.

Dernière chance avant le renouvelle­ment de l’équipe?

Il y a beaucoup d’attente et j’adore être dans cette situation, mais il faut rester concentrés, je l’ai dit aux joueurs. On ne doit surtout pas penser que c’est notre dernier match, si c’est finalement le cas, ce sera super, mais c’est juste un autre match pour nous » , prévient pourtant l’entraîneur Sasa Obradovic, déjà sur le banc en 2019 quand le titre s’était envolé au match 5 à l’Astroballe (55-66), transformé­e en étuve par des températur­es caniculair­es. « Le passé, c’est le passé. C’était deux équipes totalement différente­s, on ne gagne rien à y repenser » , balayait le technicien serbe hier avant de filer en séance vidéo avec son groupe.

Quart de finaliste en Euroligue pour la première participat­ion du club de la Principaut­é, l’effectif 2021-2022 joue aussi une part de son héritage en abattant sa dernière chance de titre avant un été qui pourrait le disloquer. « On en est conscients, on ne veut pas avoir joué jusqu’à fin juin pour se retrouver sans rien au bout » , sourit Paris Lee. Comme le groupe de Sasa Obradovic, la salle Gaston-Médecin tournera aussi une page de son histoire dès le buzzer du match 4. Les équipes de l’ASM ont moins de trois mois pour rénover plusieurs tribunes et porter la capacité de l’antre monégasque à 5 000 places pour satisfaire l’Euroligue. Elles aussi espèrent une fête ce soir avant de sortir la boîte à outils.

 ?? ?? Marcos Knight avec le ballon devant Mike James, lundi, lors de la victoire de Monaco face à l’Asvel (83-80).
Marcos Knight avec le ballon devant Mike James, lundi, lors de la victoire de Monaco face à l’Asvel (83-80).

Newspapers in French

Newspapers from France