L'Equipe

La fête des Jeux

- RACHEL PRETTI

La journée olympique s’est déroulée, hier, aux abords du Stade de France dans une ambiance familiale et festive. Plusieurs milliers de personnes sont venues assister à des démonstrat­ions, rencontrer des champions et s’essayer à plus de trente sports olympiques et paralympiq­ues.

Du soleil, des enfants qui veulent tout essayer, de la musique et des gens qui attendent bien tranquille­ment pour tenter ici de mettre un panier, là de tenir sur un paddle sur le canal de Saint-Denis. Les acteurs de Paris 2024 ne pouvaient rêver meilleur scénario pour cette journée olympique et paralympiq­ue 2022 en SeineSaint-Denis. Toutes les fédération­s olympiques, non olympiques, paralympiq­ues ont joué le jeu en installant un stand avec des clubs, des coaches et des bénévoles pour initier petits et grands.

Thierry Reboul, le directeur de la marque de Paris 2024 et metteur en scène de la journée, avait le sourire. Après la piste d’athlétisme sur la Seine en 2017 et la place de la Concorde transformé­e en immense terrain de jeu en 2019, cette première journée XXL en Seine-Saint-Denis a tenu ses promesses. Mathieu Hanotin, le maire de Saint-Denis, a lâché, entre le stand de skate et celui de basket: «L’ambiance est bon enfant. Il y a beaucoup d’habitants de la ville, cela montre qu’il n’y a pas que des voyous à Saint-Denis. » Allusion aux incidents ayant eu lieu en marge de la finale de la Ligue des champions de football, il y a tout juste un mois. «Ce n’est pas le top départ des Jeux. Mais la journée est un vrai virage qui nous emmène dans la dernière ligne droite. C’est magnifique, on montre cette envie de sport dans toute l’Île-deFrance et que l’on peut faire la fête sans feu d’artifice, en faisant du sport », a poursuivi l’élu socialiste.

Une centaine de sportifs ont participé

Croisé un peu plus tôt, Michel Cadot, délégué interminis­tériel aux Jeux Olympiques et Paralympiq­ues, était souriant lui aussi. « L’ambiance est bienveilla­nte, la circulatio­n des gens est fluide, on est bien dans l’esprit des JO, dans la communion avec le sport» , a-t-il glissé, avant d’aller voir le stand aviron au bord du canal.

Le thermomètr­e affichait déjà plus de 27°C quand le handballeu­r Michaël Guigou, le légendaire ailier gauche des Bleus qui vient de raccrocher, est arrivé sur la scène installée sur le terrain d’entraîneme­nt en contrebas du Stade de France pour être applaudi par plusieurs milliers de personnes. Comme lui, une centaine de sportifs, dont le boxeur Souleymane Cissokho, médaillé de bronze aux Jeux de Rio, la joueuse de rugby Anne-Cécile Ciofani, médaillée d’argent aux Jeux de Tokyo, ou encore Sofyane Mehiaoui, internatio­nal en fauteuil basket, ont participé à cette édition 2022, la première après deux ans de crise sanitaire.

«On est super fier de cette journée qui s’est passée dans un très bon état d’esprit, au contact avec la population. Elle avait du sens en Seine-Saint-Denis car c’est le territoire qui va le plus bénéficier des Jeux», a insisté Tony Estanguet, président de Paris 2024. Le triple champion olympique de canoë (C1) ne sait pas encore quel sera le décor de la journée olympique 2023, ni si elle sera aussi XXL. Mais interrogée sur la possibilit­é que la fête du sport se tienne une nouvelle fois aux abords du Stade de France, la ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiq­ues Amélie Oudéa-Castéra a répondu: « Chiche! »

En attendant, le rendez-vous est pris en septembre, probableme­nt le dimanche 25, pour la première édition de la journée paralympiq­ue à l’initiative de Paris 2024 et du Comité paralympiq­ue et sportif français (CPSF).

 ?? ?? De nombreux stands ont été mis en place près du Stade de France.
Ici, les visiteurs s’essaient à la lutte.
De nombreux stands ont été mis en place près du Stade de France. Ici, les visiteurs s’essaient à la lutte.

Newspapers in French

Newspapers from France