L'Equipe

L’OL, opération grands changement­s

Après avoir recruté un nouveau propriétai­re, le club a aussi modifié l’approche de sa saison, Peter Bosz souhaitant imposer ses vues afin de se doter d’un onze tout de suite performant.

- HERVÉ PENOT

Dès la fin de la plus mauvaise saison de l’OL au XXIesiècle, scellée par une huitième place, Jean-Michel Aulas avait cherché à rebondir avec la prolongati­on pour trois ans de Maxence Caqueret, le 11 mai, celle d’Anthony Lopes puis le retour d’Arsenal du héros local, Alexandre Lacazette, jusqu’en 2025 tous les deux. L’arrivée de John Textor, le futur actionnair­e majoritair­e, a aussi soulagé le président lyonnais. Aulas a réussi, en plus, à conserver son poste de président d’OL Groupe pendant trois ans. Cette séquence a déclenché une vague d’optimisme chez les supporters, dont les rencontres récentes avec les dirigeants sont considérée­s comme fructueuse­s.

Ces derniers ont modifié leur approche de l’intersaiso­n tout en conservant leur entraîneur, Peter Bosz : son maintien peut paraître risqué aux yeux des nouveaux investisse­urs mais le projet de l’OL se base sur l’entraîneur néerlandai­s et les décideurs lyonnais veulent cette fois lui donner rapidement une équipe proche d’un onze idéal, tant l’entame de la saison sera cruciale.

Malacia (Feyenoord) visé

En interne, on sait que les cinq sorties du mois d’août (réceptions d’Ajaccio, Troyes et Auxerre; déplacemen­ts à Lorient et Reims) donneront le ton. Le crédit de Bosz sera réduit, d’où l’obligation d’être opérationn­el tout de suite. Or le recrutemen­t de l’an passé, avec des arrivées de dernière minute comme celles de Xherdan Shaqiri, le 23 août, ou Jérôme Boateng, le 1er septembre, est apparu avec le recul comme une erreur. Bosz a aussi été étonné du niveau de la L1. Cette première saison lui a servi à mieux appréhende­r à la fois le Championna­t et son groupe.

Le technicien, qui devrait être plus rigoureux sur les comporteme­nts individuel­s, s’est déjà entretenu à la fin de saison avec certains éléments et leur aurait expliqué qu’ils ne partiraien­t pas comme titulaires. À première vue, Moussa Dembélé, même s’il s’imagine dans une attaque à deux têtes, Léo Dubois, Boateng et Houssem Aouar ont déjà un vrai retard. Même Lucas Paqueta, qui a demandé à partir comme Aouar avant lui, s’est un peu éloigné du projet collectif. Bosz compte imposer ses vues et personne ne doit sortir du cadre.

L’OL a prolongé de deux ans Thiago Mendes (2025), qui pourrait descendre en défense à côté de Castello Lukeba, a récupéré Johann Lepenant (Caen, 19ans, contrat de 5ans) et signé pléthore de jeunes du centre. À gauche, le club poursuit sans relâche sa quête pour engager le latéral néerlandai­s Tyrell Malacia, 22ans, mais il ne s’est pas encore entendu avec Feyenoord, qui réclame 15M€ et des bonus.

Les dirigeants sont aussi sur la bonne voie pour le Brésilien Tetê: les discussion­s se poursuiven­t avec le Chakhtior Donetsk pour un possible rachat mais, tant que rien n’est définitif, l’OL ne s’avance pas. Ce dossier devrait connaître un épilogue en fin de semaine.

Cherki, pas titulaire d’entrée

Sans Coupe d’Europe, Lyon va aussi devoir affiner son effectif pour s’éviter une concurrenc­e trop vive. Mais, côté départs, le club n’a pour l’instant rien reçu de concret. Pas plus de l’AS Rome pour Aouar, comme évoqué dans la presse italienne (dans le cadre d’un échange avec Jordan Veretout), que pour d’autres. Pour les plus gros salaires, comme Paqueta ou Aouar, il faudra attendre que le marché se décante, même si l’internatio­nal français (1 sélection) peut tout à fait aller au bout de son contrat (2023) et signer libre en janvier. Une certitude: il ne prolongera pas.

Autre cas épineux : Rayan Cherki, sous contrat jusqu’en 2023. Aulas veut poursuivre l’aventure, et l’enfant du cru, 18ans, aimerait s’imposer mais Bosz n’en fera pas un titulaire d’entrée. Il le trouve éloigné de ce qu’il recherche en termes d’investisse­ment sans le ballon ou de courses. Sa qualité technique n’est pas remise en cause, son interpréta­tion de ses consignes un peu plus.

L’OL 2022-2023 devrait partir sur une formation qui donnera la part belle à des jeunes encadrés par Lacazette, Lopes, Thiago Mendes et Karl Toko Ekambi, entre autres, si ce dernier reste. En attendant le retour au Groupama Stadium, samedi, chacun a eu le droit à un programme personnali­sé. Et toutes les données entrées dans les GPS seront étudiées comme un signe d’une première reprise en main.

 ?? ?? John Textor aux côtés de Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, lors de la conférence de presse de présentati­on du futur actionnair­e majoritair­e du club, le 21 juin.
John Textor aux côtés de Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, lors de la conférence de presse de présentati­on du futur actionnair­e majoritair­e du club, le 21 juin.

Newspapers in French

Newspapers from France