L'Equipe

Bernstein, l’ultra devenu président

Pour la première fois de l’histoire de la Bundesliga, un ancien leader d’un groupe de supporters a été élu à la tête d’un club de l’élite, au Hertha Berlin.

- DE NOTRE CORRESPOND­ANT ALEXIS MENUGE

MUNICH (ALL) – Dimanche soir, dans l’immense salle de réunion des entrailles du stade olympique de Berlin, les cris de joie ont ré sonné de longues mi nu tes.Kay Bernstein ,41 ans, est devenu président duHe rt haBSC.Del’ autre côté du Rhin, cette élection aeul’ effet d’un séisme: c’est la première fois qu’un cofondateu­r et capo d’un groupe ultra est élu à la tête d’un club de Bundesliga. Bernstein a recueilli près de 54 % des voix (1 670 voix sur 3 040) : une nette victoire acquise faceà ses deux principaux concurrent­s, le président de la section handball et homme politique du CDU (parti de centre droit) Frank Steffel (1280 voix) et le constructe­ur Marvin Brumme (26).

E ch auffo urées et bannisseme­nts

Bernstein a assisté pour la première fois à une rencontre du club de la capitale allemande en 1994. Un véritable coup de foudre pour le natif de Marienberg (Saxe), devenu cofondateu­r du grouped’ ult ras Harlekins Berlin' 98.Timide à ses débuts, il est progressiv­ement monté en grade pour finir par devenir l’un de ses membres les plus influents. Pendant de longues années, c’est même lui qui a mis l’ambiance au stade avec son mégaphone. Il a aussi dérapé à plusieurs reprises, se retrouvant au centre d’échauffour­ées. Reconnu comme étant l’instigateu­r principal de jets d’objets sur le terrain qui avaient notamment blessé un supporter à l’automne 2018, il a été banni des stades à trois reprises.

À seulement 41ans, il va s’atteler dès à présent à sa nouvelle tâche, cinq semaines après la démission attendue deWernerG eg en bauer,quie st intervenue quelques heures après le maintien duHert ha en Bundes liga,àl’ issue des barrages face à Hambourg (0-1, 2-0). Pour ses cent premiers jours, il a même fixé dix mesures à engager coûte que coûte. L’objectif : redonner une image plus attrayante d’un club moqué par le reste du pays depuis plusieurs années à cause de ses déboires sportifs et ce, malgré l’aide de près de 400M€ de Lars Windhorst, un richissime investisse­ur allemand. Parmi ses dix objectifs, Bernstein souhaite notamment un Hertha « plus humble, plus proche de ses fans». Il s’est également engagé à ce que chacune des réunions des responsabl­es du club soit diffusée en direct sur internet,

« dans le but d’être totalement transparen­t ». Sa première initiative a été d’organiser un barbecue avec l’ensemble de l’équipe et du staff technique, qui viennent de reprendre le chemin de l’entraîneme­nt. Malgré son manque d’expérience en tant que dirigeant, après avoir suivi ces derniers mois les matches à domicile depuis la tribune d’honneur de l’Olympiasta­dion, il s’estime capable d’assumer ses toutes nouvelles responsabi­lités.

«J’ai toujours donné mon maximum, toute mon énergie pour le Hertha, a lancé Bernstein lors de son élection, lui qui est aussi devenu homme d’affaires à la tête d’une entreprise de communicat­ion et aime déambuler dans les rues berlinoise­s au volant d’une Porsche. Notre Hertha est actuelleme­nt en soins intensifs, mais je suis persuadé que nous allons le guérir en travaillan­t main dans la main. Il faut relancer ce club qui a un potentiel formidable, mais j’ai bien conscience que les chantiers sont nombreux et importants.»

L’ancien ultra est intronisé à une période cruciale, sachant que le Hertha flirte avec la relégation depuis plusieurs années, qu’il n’est plus que numéro2 sur le plan local derrière l’Union Berlin, qu’il vient de changer d’entraîneur pour la neuvième fois en seulement trente-quatre mois et que son effectif va être chamboulé cet été. Le Hertha est-il prêt à s’adapter à un patron aussi original? Dans les organes du club, aucune figure emblématiq­ue berlinoise n’a réagi, cette élection ne suscitant guère d’engouement particulie­r. «Je félicite Kay Bernstein pour son triomphe, a simplement commenté Windhorst, le propriétai­re du Hertha. Son programme et ses mesures sont prometteus­es. De toute manière, la situation globale du club ne peut que s’améliorer après que nous ayons quasiment touché le fond .»

“Notre Hertha est actuelleme­nt en soins intensifs, mais je suis persuadé que nous allons le guérir

KAY BERNSTEIN, NOUVEAU PRÉSIDENT DU HERTHA BERLIN

 ?? ??
 ?? ?? Kay Bernstein, micro à la main, harangue les supporters du Hertha Berlin au stade olympique, le 9 avril 2005.
Kay Bernstein, micro à la main, harangue les supporters du Hertha Berlin au stade olympique, le 9 avril 2005.

Newspapers in French

Newspapers from France