L'Equipe

Premières secousses

Si Novak Djokovic n’a perdu qu’un set hier, Carlos Alcaraz en a cédé deux. Hubert Hurkacz trois…

- DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL FRANCK RAMELLA

LONDRES – Pour un peu, Novak Djokovic a failli passer une journée de rêve. Non pas qu’il puisse se féliciter des heures durant de son succès, au fond réaliste, face au Coréen Kwon Soon-woo (81e mondial), audacieux et électrique au point de lui chiper la deuxième manche et d’avoir une balle de break à 2-2 au troisième set.

Mais les mésaventur­es des autresca dors supposés des a partie de tableau auraient pu avoir une incidence encore plus prononcée sur la suite de son séjour londonien. Hubert Hurkacz, demi-finaliste ici l’an dernier, vainqueur à Halle, avait une belle tête de sacré outsider et devait être proposé au Serbe en demi-finales. «Quand il est à son meilleur, il peut battre n’importe qui, et encore plus sur gazon. Il sert, il peut être ‘’inretourna­ble.’’ Du fond, avec ses grandes allonges, il est capable de tout ramener. Il a des coups qui peuvent faire très mal du fond, racontait récemment Gilles Cervara, entraîneur de Daniil Medvedev, sèchement battu par le Polonais en finale de Halle. Et au filet il est hyper adroit. Le seul truc qui pourrait lui manquer, c’est : est-ce qu’il se sent capable de le faire, est-ce qu’il s’autorise le fait de gagner les plus grands titres face aux tout meilleurs? Peut-être qu’il lui faut un peu de temps. Dans certains matches, il y a aussi des moments où il a encore certaines failles dans son niveau de jeu et il est prenable dans ces jours-là.»

Hurkacz menait pourtant 7-4 dans le super tie-break de la cinquième manche

Et hier faisait partie de ces jours-là, au terme d’un match incroyable face au virevoltan­t Davidovich Fokina. L’Espagnol a mené 7-6, 6-4, 5-3, 40-0, avant d’être distancé sept points à quatre dans le super tie-break de la cinquième manche… qu’il a fini par arracher.

Incroyable saga. Et exit Hurkacz. Carlos Alcaraz, lui, est toujours censé se retrouver face à Djokovic en quarts de finale. Mais lui aussi a vécu face à Jan-Lennard Struff une épopée en cinq sets qui avait tout des allures d’un traquenard quand l’Allemand a mené deux set sàunenpo us santj us qu’ auti ebreak du quatrième set. Là encore, les super-pouvoirs de la jeune sensation de l’année, dure au mal et si expressive dans la dureté des combats, lui ont permis de se faufiler au deuxième tour.

On a (un peu) avancé dans ce chantier consistant à deviner le potentiel exact de l’Espagnol sur gazon, qui a gagné un match pour la deuxième fois dans le Temple. Avec trente aces, et sa propension à ne pas se frustrer exagérémen­t, il dispose de pas mal d’atouts. «Mais j’ai eu vraiment du mal à faire service-volée, complétait-il. Tout va plus vite sur gazon. Mais j’aime vraiment jouer dessus. Il faut juste que je m’améliore un tout petit peu. Il faut être plus concentré encore que sur les autres surfaces. En tout cas, je ne ressens aucune pression. Je suis là pour prendre de l’expérience.»

Novak Djokovic, invaincu ici depuis 2017, n’en manque évidemment pas. Il a fêté hier sa 80e victoire à Wimbledon, pour devenir le premier joueur à avoir triomphé au moins quatre-vingts fois dans tous les tournois du Grand Chelem. « J’étais un peu rouillé (avec son manque de matches officiels), disait-il après sa victoire. Je n’ai pas joué à mon meilleur, mais j’ai trouvé mes coups quand il le fallait. Mon service m’a sorti du pétrin quelques fois. » Et en tout cas, il aura bien moins souffert que certains…

 ?? ??
 ?? ?? Hier, Novak Djokovic s’est imposé 3 sets à 1 face au Sud-Coréen Kwon Soon-woo pour son entrée en lice à Wimbledon.
Hier, Novak Djokovic s’est imposé 3 sets à 1 face au Sud-Coréen Kwon Soon-woo pour son entrée en lice à Wimbledon.

Newspapers in French

Newspapers from France