L'Equipe

Souvenirs d’un fils

-

Dominique Chapatte, animateur de Turbo, depuis sa création sur M6 en 1987, n’a jamais marché dans les pas de son père. Mais il se souvient de quelques moments mémorables, installé à l’arrière d’une voiture du Tour, à ses côtés. « Un jour, quelques kilomètres après le début d’une étape, Eddy Merckx se pointe à la portière. Comme le peloton n’attaquait pas, ils se sont mis à discuter. Multiple vainqueur du Tour quand même, il a montré à mon père son développem­ent pour l’étape du jour : “Qu’est-ce que t’en penses ?” C’était surréalist­e. Mais mon père avait la confiance des coureurs, la légitimité. »

Une autre fois, le fils assiste à un échange en direct, orchestré par son père, entre deux écrivains, Paul Guimard, « un Breton, fou de pêche en mer » et Antoine Blondin, chroniqueu­r à L’Équipe. « Il appelle le père Blondin dans l’après-midi qui roupillait dans sa voiture parce qu’il ne buvait pas que de l’Evian et de la Volvic. Il lui lance : “Deux écrivains qui vont converser sur le Tour de France, c’est un événement.” On a alors entendu dans un élan de spontanéit­é : “C’est bien la première fois, moi, Antoine Blondin, que j’ai un pêcheur au bout de la ligne !” Mon père était écroulé de rire. » Ses formules étaient toutes aussi croustilla­ntes. « Après son commentair­e, il filait en salle de presse rédiger ses papiers pour la presse. Il écrivait toujours au stylo alors que la plupart des gars étaient sur des machines à écrire. Lorsqu’il m’y a emmené un jour, il me l’a présentée avec cette formule délicieuse : “Dominique, voici la salle des lapins-tambours.” »

 ?? ?? Dominique Chapatte et son père Robert en 1990.
Dominique Chapatte et son père Robert en 1990.

Newspapers in French

Newspapers from France