L'Equipe

Fenêtre à double battant

Les Bleus s’envolent ce matin pour le Monténégro, où ils doivent s’approcher d’une qualificat­ion pour le Mondial 2023, avec l’Euro de septembre en point d’horizon.

- AMAURY PERDRIAU (avec S. Sa.)

Sur le parquet du Palais Maurice-Thorez de Nan terre, seize Bleus écoutent religieuse­ment Vincent Collet. Parmi eux, deux champions de France (Élie Okobo et Paul Lacombe avec l’Asvel) et quatre vice-champions olympiques (Andrew Albicy, Frank Ntilikina, Petr Cornelie et Vincent Poirier).

Un joli casting en sortie de saison pour le sélectionn­eur. Son été très chargé, avec l’Eurobasket en ligne de mire (1er – 18 septembre), débute par la gestion d’une fenêtre de qualificat­ion pour la Coupe du monde 2023, soit deux matches: au Monténégro vendredi, et contre la Hongrie à Mouiller on-leCaptif( Vendée) mardi prochain.

Dernier tremplin pour l’Euro

« Cette fenêtre est particuliè­rement mal placée, pestait hier le technicien en début de conférence de presse. Les saisons s’allongent de plus en plus, la finale du Championna­t de France s’est terminée samedi soir alors que nous étions déjà réunis. Certains joueurs ont arrêté depuis longtemps, d’autres n’ont pas eu de vacances. On voit de vraies différence­s d’états de forme mais on n’a pas le choix, on modère et on module. »

À quelques heures du décollage, ce matin du Bourget, pour le Monténégro, le staff a été contraint de se passer d'Isaïa Cordinier et de Frank Ntilikina, tous les deux diminués physiqueme­nt. Au concours à trois points de fin de session matinale, Théo Maledon, dont l’exercice américain avec l’Oklahoma City Thunder s’est achevé mi-avril, s’offre le scalp d’Okobo. Les deux meneurs, qui n’ont plus été vus en sélection depuis la préparatio­n pour la Coupe du monde 2019, font partie de ces joueurs qui peuvent ambitionne­r de passer tout un été en bleu. La semaine à venir peut leur servir de tremplin afin d’obtenir un des rares sésames à dispositio­n pour l’Euro.

Chacun l’envisage à demimot, tout en se retranchan­t derrière le sens du devoir internatio­nal. « Les possibilit­és sont là avec les absences de certains cadres (Nando De Colo et Nicolas Batum notamment), chuchote Okobo, MVP de la finale hexagonale. Mais je veux simplement prouver que je peux être performant, m’intégrer dans un groupe et gagner les deux matches à venir. »

Le staff n’occulte pas ce double enjeu collectif et individuel, mais il s’évertue à le faire passer au second plan. « On ne leur en parle pas, on sait qu’ils s’en doutent, valide Collet. Il faut garder la concentrat­ion, on les observe. Mais on a déjà dans la tête une idée de ceux qui vont rejoindre le groupe pour le 29 juillet à l’Insep afin de débuter la préparatio­n suivante. »

« Il n’y a pas d’objectifs personnels, complète Boris Diaw, manager général. Le jugement se fait sur la capacité à jouer en équipe et à apporter dans ce cadre. »

Les cadres de retour dans un mois

Le cap est fixé de longue date : « On veut être à six victoires lundi soir et une bonne partie du billet pour la Coupe du monde sera compostée » , rappelle Collet, alors qu’il faudra négocier le début du deuxième tour de qualificat­ions en août, en fin de préparatio­n pour l’Euro. Une énième « curiosité » du calendrier.

La prochaine liste – pour la préparatio­n de l’Euro –, qui sera annoncée dès le 6 juillet et qui pourrait être réduite aux douze lauréats (accompagné­s de deux partenaire­s d’entraîneme­nt), sera garnie des incontourn­ables: Evan Fournier – « il aurait voulu jouer cette fenêtre, dit le sélectionn­eur, mais il y avait la volonté de garder des places pour évaluer les jeunes joueurs » – et Rudy Gobert.

Deux chefs de file entourés d’une base d’éléments également présents aux Jeux de Tokyo l’année dernière (Fall, LuwawuCaba­rrot, Yabusele), tandis que le Madrilène Fabien Causeur (35ans) pourrait gratter une invitation. « Il sait qu’on aimerait le revoir » , acquiesçai­t Diaw à propos de l’arrière, qui n’a plus été vu en compétitio­n majeure en équipe de France depuis 2012. Fenêtre ou pas, la période se veut sous forme de portes ouvertes.

 ?? ?? À l’image de Vincent Poirier, ici en train de dunker, les Bleus ont travaillé dur avant de s’envoler pour le Monténégro.
À l’image de Vincent Poirier, ici en train de dunker, les Bleus ont travaillé dur avant de s’envoler pour le Monténégro.

Newspapers in French

Newspapers from France