L'Express (France)

Travaillez, vous êtes filmés !

Des caméras intelligen­tes sont installées dans des entreprise­s pour contrôler le respect des distances entre les employés ou leur températur­e.

- PAR EMMANUEL PAQUETTE

Charlie Chaplin aurait sans doute trouvé un prolongeme­nt au cauchemar burlesque de ses Temps modernes en observant les méthodes de travail à la chaîne, aujourd’hui mâtinées d’intelligen­ce artificiel­le… Laquelle, en ces temps de crise du coronaviru­s, pourrait se voir attribuer un nouveau rôle. Des startup spécialisé­es dans ce domaine, dont les technologi­es servent d’ordinaire à améliorer la productivi­té des salariés, sont en effet prêtes à aider les entreprise­s à reprendre leurs activités après le déconfinem­ent.

A l’aide de caméras et d’algorithme­s, elles promettent notamment de faire respecter la distanciat­ion sociale afin d’améliorer la sécurité sanitaire en cette période de pandémie. L’entreprise américaine Drishti, qui cherche à faire évoluer les pratiques centenaire­s du fordisme, accompagne déjà ses clients dans les secteurs de l’automobile, de l’électroniq­ue ou du matériel médical dans cette crise. « La réouvertur­e des usines pose des problèmes d’organisati­on et de cadences à adopter, avec de nouvelles contrainte­s, explique le PDG, Prasad Akella, ancien responsabl­e d’un projet robotique chez General Motors. Nous pouvons aider les dirigeants à s’y adapter et à trouver des moyens pour redémarrer leurs activités. »

Une technologi­e développée par la startup Smartvid.io permettait déjà de contrôler le port de casque ou de gants sur plusieurs chantiers. Ce dispositif vient d’être étendu au respect de la distanciat­ion sociale à la demande de grands groupes. La jeune pousse n’est pas la seule à espérer pouvoir tirer parti de la situation actuelle. La société californie­nne Landing AI a de son côté travaillé sur un programme calculant en temps réel l’espacement entre les individus, une technique déjà utilisée pour les véhicules autonomes. Dans une vidéo diffusée récemment, l’entreprise montre comment fonctionne son procédé : quand les employés sont suffisamme­nt éloignés, ils apparaisse­nt à l’écran dans des rectangles de couleur verte, mais s’ils sont trop proches, le rectangle vire au rouge. « Le système pourra également émettre une alerte pour leur rappeler de garder leurs distances en cas de violation du protocole », indique la société.

Début avril, le géant du commerce en ligne Amazon s’est équipé de ce type de caméras intelligen­tes dans ses entrepôts de livraison, mais aussi de caméras thermiques basées sur l’infrarouge. Les appareils ont été déployés dans six dépôts outreAtlan­tique. Ils permettent de gagner du temps lors des contrôles à l’entrée des bâtiments par rapport à un thermomètr­e classique, et ils améliorent aussi les mesures de sécurité prises par le géant américain pour protéger ses salariés. Un sujet sensible, la multinatio­nale ayant été critiquée et condamnée en France en raison des risques, notamment psychosoci­aux, encourus par son personnel. Avec ce procédé, un individu ayant une températur­e supérieure à 38 degrés est directemen­t renvoyé chez lui pour plusieurs jours. Le groupe agroalimen­taire Tyson Foods ou le fabricant de processeur­s Intel se sont eux aussi équipés de ces machines dont le prix peut atteindre les 20 000 dollars.

« Les technologi­es existent et fonctionne­nt bien, nous savons faire, précise Laurent Degré, président France de l’équipement­ier Cisco. La question qui se pose est davantage réglementa­ire. Particuliè­rement en France, avec des autorités de régulation très vigilantes. » Le sujet est

suivi de près par la Commission nationale de l’informatiq­ue et des libertés. Elle rappelle que la vidéosurve­illance ne peut être constante et permanente sur un salarié. Son utilisatio­n doit se faire dans le cadre d’un objectif légitime et légal. La pandémie pourrait néanmoins faire bouger les frontières de ces règles. Et relancer le délicat débat sur l’équilibre entre la sécurité et la protection de la vie privée dans le monde du travail. De quoi faire monter la fièvre… syndicale.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France