Des ca­mé­ras au ser­vice de la sé­cu­ri­té sa­ni­taire

Les ou­tils in­tel­li­gents veillent au res­pect des gestes-bar­rière. Quitte, par­fois, à faire fi du droit.

L'Express (France) - - Nos Futurs - PAR EM­MA­NUEL PAQUETTE ET SÉ­BAS­TIEN POM­MIER

La pan­dé­mie a sans doute sau­vé Xa­vier Fi­scher et son frère Lu­cas. Tout au moins leur so­cié­té, âgée de 3 ans seule­ment, Da­ta­ka­lab. Les jeunes di­ri­geants ont re­vu en­tiè­re­ment leurs plans à l’aune de la crise du co­ro­na­vi­rus et mo­di­fié le fonc­tion­ne­ment de leurs al­go­rithmes, ren­dus in­utiles de­puis plu­sieurs mois. Avec l’aide du troi­sième co­fon­da­teur, Frank Ta­pi­ro, an­cien com­mu­ni­cant de Ni­co­las Sar­ko­zy lors de la cam­pagne pré­si­den­tielle de 2007, ils ont dé­ci­dé d’ou­blier les pro­messes du neu­ro­mar­ke­ting pour se mettre au ser­vice du dé­con­fi­ne­ment. « A l’ori­gine, nous cher­chions à re­con­naître les émo­tions des consom­ma­teurs ex­po­sés à la pu­bli­ci­té d’un an­non­ceur, ex­plique Xa­vier Fi­scher. Puis nous avons com­pris que notre tech­no­lo­gie pou­vait aus­si être un ou­til pour lut­ter contre l’épi­dé­mie. » Cou­plée à des ca­mé­ras de sur­veillance, leur créa­tion per­met en ef­fet de sa­voir si une per­sonne porte un masque, sans tou­te­fois être ca­pable de l’iden­ti­fier. Trois mar­chés de la ville de Cannes se sont dé­jà équi­pés de cet ap­pa­reil de­puis la fin avril – un test me­né avec l’aval du maire Da­vid Lis­nard (LR) pour une du­rée maxi­male d’un an. Les pre­miers ré­sul­tats montrent que plus de 70 % des ha­bi­tants sont mu­nis d’une pro­tec­tion fa­ciale.

La RATP a éga­le­ment fran­chi le pas. Elle teste de­puis le 6 mai ce dis­po­si­tif – pas­sé de 6 à 12 ca­mé­ras – dans la sta­tion de mé­tro Châ­te­let-Les Halles, l’une des plus fré­quen­tées de la ca­pi­tale. « Il ne s’agit pas de re­pé­rer et de ver­ba­li­ser les contre­ve­nants, af­firme la ré­gie des trans­ports. En re­vanche, ce­la pour­rait nous ai­der à me­ner des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion au­près des per­sonnes qui ne se pro­tègent pas. » Un pre­mier bi­lan de cette ex­pé­ri­men­ta­tion se­ra fait d’ici à trois mois.

D’autres sys­tèmes de contrôle sa­ni­taire liés au Co­vid-19 se dé­ploient grâce aux yeux de verre mé­ca­niques. Mises en place dans l’ur­gence, ces me­sures in­quiètent les dé­fen­seurs de la vie pri­vée, qui re­doutent l’ins­tal­la­tion dans la du­rée de ces nou­veaux ou­tils de sur­veillance ain­si que leur dé­ve­lop­pe­ment à grande échelle. L’exemple le plus ré­cent, avec la prise de tem­pé­ra­ture cor­po­relle des voya­geurs dans les aé­ro­ports, ne fait que ren­for­cer leurs craintes.

Sur le ter­rain, le se­cré­taire d’Etat aux Trans­ports, Jean-Baptiste Djeb­ba­ri, a pu se faire une idée. Ses équipes ont mon­té très ra­pi­de­ment, jeu­di der­nier, une vi­site à l’aé­ro­port de Rois­sy-Charles-de-Gaulle pour qu’il juge sur pièces du tra­vail ef­fec­tué par Aé­ro­ports de Pa­ris (ADP) avec des ca­mé­ras ther­miques. Jus­qu’à pré­sent, le gou­ver­ne­ment s’était mon­tré fri­leux à l’idée de prendre sys­té­ma­ti­que­ment la tem­pé­ra­ture des pas­sa­gers. « Les tests me­nés à l’étran­ger n’ont pas mon­tré leur ef­fi­ca­ci­té », sou­li­gnait même l’en­tou­rage du se­cré­taire d’Etat en mars, au dé­but de la crise sa­ni­taire. Après quelques se­maines de confi­ne­ment, chan­ge­ment de ton. Un peu par­tout en Eu­rope, le dé­ploie­ment de ces équipement­s dans les aé­ro­ports est en train de s’in­ten­si­fier.

D’im­por­tantes dis­cus­sions ont lieu à Bruxelles pour uni­for­mi­ser les pro­cé­dures, afin d’évi­ter d’avoir à gé­rer des voya­geurs par­tis avec de la fièvre et dont on ne sau­ra pas quoi faire à l’ar­ri­vée. La Com­mis­sion eu­ro­péenne a ain­si ac­cé­lé­ré les tra­vaux avec les com­pa­gnies aé­riennes et les ges­tion­naires. A ce jour, 32 aé­ro­ports eu­ro­péens sont dans les star­ting-blocks pour éta­blir ces cor­ri­dors sa­ni­taires au sein même de l’Union. Mais cha­cun à sa fa­çon, plus ou moins res­tric­tive. Un casse-tête d’har­mo­ni­sa­tion au mo­ment où les Etats com­mencent à dé­con­fi­ner.

En at­ten­dant, sur le tar­mac pa­ri­sien, les pre­miers tests ef­fec­tués sous l’oeil de la Com­mis­sion na­tio­nale de l’in­for­ma­tique et des li­ber­tés (Cnil), grâce au concours de deux en­tre­prises, et avec l’aide de per­son­nel vo­lon­taire du groupe, sont plu­tôt sa­tis­fai­sants. Sur les deux tech­no­lo­gies uti­li­sées, la pre­mière, dé­ve­lop­pée par la so­cié­té belge Xe­nics, équipe dé­jà 18 sites gé­rés par ADP hors de l’Hexa­gone, en Afrique no­tam­ment. Mais pour les flux im­por­tants de Rois­sy-Charles-de-Gaulle, c’est un dis­tri­bu­teur néer­lan­dais, TKH Group, qui a dé­cro­ché le contrat de 12 ca­mé­ras fa­bri­quées par le chi­nois Hik­vi­sion. « Nous avons choi­si de pla­cer ces ap­pa­reils à l’ar­ri­vée, au ni­veau de la col­lecte de ba­gages, car ce­la doit s’ins­crire dans un pro­ces­sus co­or­don­né avec les pou­voirs pu­blics. Si un pas­sa­ger pré­sente de la fièvre, nous l’en in­for­me­rons et lui pro­po­se­rons de s’ins­crire dans un par­cours de soins », ex­plique Ed­ward Ark­wright, le di­rec­teur gé­né­ral d’ADP. Ses pré­ro­ga­tives s’ar­rêtent là. Pas ques­tion pour lui d’iso­ler le voya­geur ou de le pla­cer en qua­ran­taine. La suite re­lève de la com­pé­tence de l’Etat.

Le gou­ver­ne­ment a eu moins d’hé­si­ta­tion à en­voyer des drones contrô­ler les mou­ve­ments de sa po­pu­la­tion. La sé­quence fil­mée fin mars et dif­fu­sée sur In­ter­net par Vic­tor L. – avec ce mot : « la vi­déo flip­pante du jour » – le prouve.

D’abord, un bruit de bour­don­ne­ment se fait en­tendre dans les airs. En­suite, la ma­chine ap­pa­raît dans le ciel près de la py­ra­mide du Louvre, à Pa­ris. Très vite, une voix sort des en­trailles de la ma­chine : « Res­tez chez vous, vous ne pou­vez pas res­ter sur cette zone. » Metz, SaintE­tienne, Bure, Com­mer­cy… Ces épi­sodes se sont ré­pé­tés dans plu­sieurs villes fran­çaises ces der­nières se­maines. Et pour cause. Ja­mais au­tant d’ap­pa­reils n’ont été dé­ployés par les forces de l’ordre que du­rant la pan­dé­mie. Dans un rap­port sé­na­to­rial de la com­mis­sion des lois sur les me­sures d’ur­gence, les élus notent qu’entre la fin mars et la fin avril, 535 mis­sions de drones ont été dé­cla­rées par la po­lice na­tio­nale, dont près de la moi­tié pour la sur­veillance et l’autre pour l’in­for­ma­tion des ci­toyens. Inac­cep­table pour la Ligue des droits de l’homme et la Qua­dra­ture du Net, l’as­so­cia­tion de dé­fense des li­ber­tés sur In­ter­net. Les deux or­ga­nismes ont sai­si la jus­tice dé­but mai afin d’at­ta­quer la pré­fec­ture de Pa­ris. « Ce dé­fer­le­ment tech­no­lo­gique se fait en de­hors de tout cadre lé­gal spé­ci­fique, es­time Mar­tin Dra­go, ju­riste à la Qua­dra­ture. Des ques­tions se posent sur la lé­gi­ti­mi­té de ces sur­vols, et sur la cap­ta­tion des images ain­si que leur du­rée de con­ser­va­tion. »

Par le pas­sé, lors des ma­ni­fes­ta­tions de gi­lets jaunes ou des dé­fi­lés contre la ré­forme des re­traites, des drones avaient dé­jà été uti­li­sés pour contrô­ler le flot des par­ti­ci­pants, mais de fa­çon ponc­tuelle. In­ter­ro­gée sur ce su­jet, la pré­fec­ture de po­lice n’a pas sou­hai­té faire de com­men­taires en rai­son d’une en­quête en cours de la Cnil.

Cet éta­blis­se­ment a fort à faire en ce mo­ment. Il a été sai­si sur tous les dos­siers met­tant en cause des ca­mé­ras uti­li­sées lors du dé­con­fi­ne­ment. Et ses dé­ci­sions risquent fort de des­si­ner les contours du monde du fu­tur. Un fu­tur qui se conjugue dé­jà au pré­sent à Sin­ga­pour, où un chien ro­bot a été au­to­ri­sé à pa­trouiller du­rant deux se­maines dans un parc pour faire res­pec­ter la dis­tan­cia­tion so­ciale. Dé­ve­lop­pé par l’amé­ri­cain Bos­ton Dy­na­mics, le « ca­ni­dé » dé­am­bule de­puis le 8 mai aux heures de forte af­fluence pour sur­prendre les ba­dauds et les ser­mon­ner si né­ces­saire. Un su­jet que la Cnil n’a pas en­core eu à trai­ter en France. Mais ce chien de garde des li­ber­tés a dé­jà suf­fi­sam­ment d’os à ron­ger.

En un mois, la po­lice a dé­cla­ré 535 mis­sions de drones. Inac­cep­table pour cer­tains

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.