EXIT MU­SIQUE EN STREA­MING

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

Cou­rant al­ter­na­tif sur les ondes du web ......................................... p. 77

À l’ombre de Dee­zer ou de Spo­ti­fy, les sites de mu­sique en strea­ming comme Sound­Cloud, Groo­veS­hark ou le Fran­çais Qo­buz mé­ritent eux aus­si une écoute !

Ecou­ter, dé­cou­vrir et par­ta­ger de la mu­sique n’a jamais été aus­si fa­cile ces der­nières an­nées. De­puis le mi­lieu des an­nées 2000, de nom­breux sites de mu­sique en strea­ming ont vu le jour sur In­ter­net. Au­jourd’hui, ils sont près d’une di­zaine à se pa­rer de leurs plus beaux atours pour sé­duire et en­chan­ter les oreilles des in­ter­nautes mé­lo­manes. Mais que l’on ne s’y trompe pas, en quelques an­nées ce nou­vel el­do­ra­do en a lais­sé plus d’un sur la paille : Ji­wa, par exemple, a mis la clef sous la porte en mi­lieu d’an­née der­nière ou LastFm qui ne dif­fuse plus en France de­puis la mi-jan­vier. Et on as­siste de plus en plus à un phé­no­mène de concen­tra­tion comme le sou­ligne Yves Rie­sel, le co-fon­da­teur du site fran­çais Qo­buz : « Des sites ont le­vé de l’ar­gent qui leur per­met d’éli­mi­ner la concur­rence. » Ce n’est pas tout, car l’écoute en strea­ming a sur­tout for­te­ment évo­lué de­puis ses dé­buts. Alors que la plu­part des sites ont dé­mar­ré leur ac­ti­vi­té avec du « free­mium » tout en gé­né­rant des re­ve­nus – plu­tôt faibles – avec de la pu­bli­ci­té, ce sché­ma éco­no­mique s’est très vite es­souf­flé. Ain­si, des poids lourds comme Dee­zer, fon­dé en 2007 par Da­niel Ma­rhe­ly, ou Spo­ti­fy – créé par Da­niel Ek et Mar­tin Lo­rent­zon en 2006 – ont ra­pi­de­ment chan­gé leur fu­sil d’épaule en pro­po­sant des abon­ne­ments men­suels avec des prix al­lant de 5 à 10 eu­ros en­vi­ron. Avec No­kia Mu­sic +, No­kia a éga­le­ment fait évo­luer son offre en pro­po­sant un ser­vice d’écoute illi­mi­tée à 3,99 eu­ros par mois pour les pos­ses­seurs de té­lé­phone Lu­mia. De­puis le dé­but des an­nées 2010, la ba­taille se joue de plus en plus du cô­té du ca­ta­logue et de la qua­li­té d’écoute. Les sites comme Spo­ti­fy, Dee­zer, mu­sicMe – pro­cé­dure de sau­ve­garde de­puis juillet 2012 –, Groo­veS­hark, Qo­buz, etc. misent sur le nombre de titres dis­po­nibles. Ré­sul­tat : Dee­zer avance un nombre de 20 mil­lions de titres, Spo­ti­fy s’ap­puie éga­le­ment sur plus de 20 mil­lions de titres, Groo­veS­hark pu­blie le nombre de 15 mil­lions, Qo­buz an­nonce plus de 12 mil­lions de titres et Mu­sicMe en­vi­ron 5 mil­lions… Outre l’écoute en strea­ming, cer­tains ac­teurs pro­posent aus­si à leurs clients la pos­si­bi­li­té d’ache­ter et de té­lé­char­ger des titres – avec ou sans DRM.

Par­ta­ger ses play­lists

Bref, c’est un peu la course à ce­lui qui pro­po­se­ra le plus de chan­sons et de ra­dios. Mais ce­la suf­fit-il à sé­duire les in­ter­nautes ? La ques­tion mé­rite d’être po­sée. C’est un fait, la ri­chesse du ca­ta­logue – un lourd in­ves­tis­se­ment pour les sites – les at­tire mais il en faut plus à l’heure du tout nu­mé­rique et sur­tout avec le nu­mé­rique nomade. À ce su­jet, les plus im­por­tants ont in­ves­ti les plates-formes mo­biles que sont iOS, An­droid, Win­dows Phone, Black­Ber­ry, Sym­bian… pour ré­pondre à la de­mande des uti­li­sa­teurs. De­puis des mois, les dif­fu­seurs se sont dé­ve­lop­pés sur les sites de ré­seaux so­ciaux (Fa­ce­book, Twit­ter sans ou­blier les blogs et les e-mails…) pour aug­men­ter l’as­pect com­mu­nau­taire. Il de­vient alors pos­sible de se connec­ter soit par un iden­ti­fiant propre au site, soit de pas­ser par un ré­seau so­cial – Spo­ti­fy et Fa­ce­book par exemple. Les in­ter­nautes n’ont plus qu’à par­ta­ger leurs play­lists.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.