Les « vieux » lan­gages font de la ré­sis­tance

L'Informaticien - - DÉVELOPPEM­ENT -

Deux clas­se­ments se dis­putent l’ana­lyse des lan­gages uti­li­sés par les dé­ve­lop­peurs. Du fait de leur choix par­ti­cu­liers dans les ins­tru­ments de me­sure, ils ap­portent des éclai­rages dif­fé­rents. Un point en com­mun : ils montrent tous les deux que les lan­gages plus an­ciens ne dis­pa­raissent pas, loin de là, même si des lan­gages plus mo­dernes tiennent dé­sor­mais la haut du pa­vé.

C# ou Ob­jec­tive-C ? Deux clas­se­ments pour deux ré­sul­tats to­ta­le­ment dif­fé­rents. Les deux lan­gages se dis­putent la palme du lan­gage de pro­gram­ma­tion ayant connu la plus forte crois­sance lors de l’an­née écou­lée. Pour PYPL (Po­pu­la­ritY Pro­gram­ming Lan­guage In­dex) C# a connu la plus forte crois­sance (+ 1,8%) par rap­port à l’an­née pré­cé­dente. Ce clas­se­ment prend en compte le nombre de char­ge­ments de tu­to­riels en sui­vant les chiffres four­nis par Google Trends. L’autre clas­se­ment, Tiobe, compte lui le nombre de pages consa­crées à un lan­gage de pro­gram­ma­tion. Tiobe a ce­pen­dant une dé­fi­ni­tion res­tric­tive des lan­gages de pro­gram­ma­tion. Ceux-ci doivent avoir une en­trée dans Wikipedia et être « Tu­ring com­plete », concrè­te­ment il faut que le pro­gramme puisse fonc­tion­ner uni­ver­sel­le­ment sur des or­di­na­teurs. Cet or­ga­nisme dé­cerne lui la palme à Ob­jec­tive-C avec une crois­sance de 3,37 % d’une an­née sur l’autre. Des pages spé­ci­fiques sur cha­cun des sites ex­pliquent les mé­thodes pour ob­te­nir ces ré­sul­tats. Nous ne pou­vons que vous en­cou­ra­ger à les consul­ter. Si ces deux lan­gages croissent vite, ils ne trustent pas pour au­tant les pre­mières places de ces clas­se­ments. Il est in­té­res­sant d’ailleurs de voir que les pre­mières places res­tent te­nues pour ces deux clas­se­ments par C et Ja­va.

Cherche spé­cia­liste Ja­va déses­pé­ré­ment !

Il est pos­sible de confir­mer cette ten­dance en croi­sant avec les chiffres is­sus d’une étude de Dice qui dé­montre que les re­cherches d’em­ploi concernent en pre­mier lieu des dé­ve­lop­peurs Ja­va. Suivent les de­mandes pour des dé­ve­lop­peurs d’ap­pli­ca­tions sur mo­biles ( pour le lan­gage C) et en­suite .Net. Emergent dans ce clas­se­ment les de­mandes de postes pour des dé­ve­lop­peurs au­tour des ques­tions du Big Da­ta. Ce sondage, re­flé­tant les ten­dances aux USA, montrent éga­le­ment que la ré­gion de New-York est la plus dy­na­mique en termes de re­cru­te­ment et ar­rive presque à ri­va­li­ser avec la Si­li­con Val­ley. Wa­shing­ton et Baltimore com­plètent ce po­dium, dis­tan­çant Chi­ca­go et Los An­geles. Glo­ba­le­ment les lan­gages ob­jets do­minent et conti­nuent de croître avec plus de 60 % d’uti­li­sa­tion lar­ge­ment de­vant les lan­gages pro­cé­du­raux et fonc­tion­nels. Les lan­gages lo­giques res­tent confi­den­tiels. Les ou­tils uti­li­sés sont à plus de 70 % sta­tiques. Si les phé­no­mènes de mode existent même dans le monde de la pro­gram­ma­tion, il n’en de­meure pas moins que les lan­gages plus an­ciens et donc plus connus font mieux que ré­sis­ter à l’usure du temps.

Une équa­tion éco­no­mique fa­vo­rable

Pa­trick Ra­taud est le di­rec­teur gé­né­ral de Mi­cro­fo­cus, édi­teur de lo­gi­ciels spé­cia­li­sés dans le cycle de vie des ap­pli­ca­tions et qui a ré­cem­ment ac­quis les lignes de pro­duits de Bor­land dans le do­maine, a son ex­pli­ca­tion. Pour lui, « les ap­pli­ca­tions dans ces lan­gages res­tent per­ti­nentes pour els en­tre­prises. Elles font en­core sens dans le mé­tier et as­sure ain­si la pé­ren­ni­té des lan­gages. Même sur des lan­gages comme Co­bol, nous ne voyons pas de re­mise en cause réelle mais une évo­lu­tion des tech­no­lo­gies sous-ja­centes pour leur per­mettre de com­mu­ni­quer avec d’autres ap­pli­ca­tions pour qu’elles ne soient pas iso­lées. C’est en­core entre 25 et 30 % de notre chiffre d’af­faires » . Il concède ce­pen­dant que cette ten­dance est à tem­pé­rer se­lon les coûts de main­te­nance et la ren­ta­bi­li­té. La maî­trise des coûts de dé­ve­lop­pe­ment et d’amé­lio­ra­tion des ap­pli­ca­tions reste le point cen­tral en ce dé­but d’an­née 2013 alors que les en­tre­prises donnent la prio­ri­té à la conser­va­tion du sys­tème d’in­for­ma­tion en condi­tion de fonc­tion­ne­ment (80 %) et que les pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment ou in­no­vants n’ob­tiennent que la por­tion congrue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.