Le PaaS sans im­pair !

L'Informaticien - - DÉVELOPPEM­ENT -

Un des der­nières ten­dances fortes dans le monde du dé­ve­lop­pe­ment est le re­cours à des pla­tes­formes ex­ter­na­li­sées dans le Cloud. De nou­veaux ac­teurs émergent et élar­gissent leur au­dience alors que les ac­teurs lea­ders du mar­ché comme Mi­cro­soft ou IBM at­teignent dé­jà une grande ma­tu­ri­té.

DevOps ! Il n’est pas sûr que vous ayiez dé­jà ren­con­tré ce terme qui n’a rien à voir avec un com­man­do de dé­ve­lop­peurs dans les sous-sols de la CIA ! Il s’agit d’un concept ou d’un mou­ve­ment vi­sant à ali­gner les dé­ve­lop­pe­ments sur les be­soins des mé­tiers et qui se concentre sur l’ex­pé­rience et l’em­pi­risme. Cette ap­proche a pour ter­reau la mul­ti­pli­ca­tion des sys­tèmes in­tel­li­gents dans les équi­pe­ments pro­vo­quant une aug­men­ta­tion de la com­plexi­té dans les sys­tèmes. Ain­si, les be­soins mé­tiers doivent être pris en consi­dé­ra­tion avant l’écri­ture de la moindre ligne de code. Mé­tho­do­lo­gi­que­ment, elle ac­com­pagne la mon­tée en puis­sance des mé­thodes agiles et dans une moindre me­sure du Lean IT, mé­thode que nous avons évo­quée dans notre der­nier nu­mé­ro et qui vise à par­tir des consta­tions de ter­rain et de l’ex­pé­rience concrète pour dé­ve­lop­per ce qui se­ra né­ces­saire à l’exé­cu­tion opé­ra­tion­nelle. Cette ap­proche ne s’obli­tère pas des ten­dances de fond que sont le rac­cour­cis­se­ment des cycles et la ré­duc­tion des coûts.

Un mar­ché qui prend de l’am­pleur

Se­lon le Gart­ner Group, le mar­ché du PaaS a at­teint 1,2 mil­liards de dol­lars en 2012. Le mar­ché se concentre prin­ci­pa­le­ment dans les pays éco­no­mi­que­ment ma­tures. Les USA re­pré­sentent 42 % du mar­ché de­vant l’Eu­rope et des pays asia­tiques comme le Ja­pon. Le ca­bi­net d’ana­lyse le dé­fi­nit comme la com­bi­nai­son d’une plate-forme ap­pli­ca­tive sous forme de ser­vice en ligne et d’une plate-forme d’in­té­gra­tion re­po­sant sur une in­fra­struc­ture en ligne. Les lea­ders de ce mar­ché sont Mi­cro­soft avec Azure et IBM qui a com­plé­té les offres de Ra­tio­nal avec des ac­qui­si­tions dans le do­maine. De nou­veaux ac­teurs prennent ce­pen­dant date et se lancent sur ce mar­ché qui est le moins évo­lué et le plus ou­vert dans l’en­vi­ron­ne­ment Cloud. He­ro­ku, un PaaS au­jourd’hui dans le gi­ron de Sa­les­force.com, re­ven­dique plus d’un mil­lion d’uti­li­sa­teurs et étend sa plate-forme à de plus en plus d’en­vi­ron­ne­ments de dé­ve­lop­pe­ment et pro­pose un cadre d’in­fra­struc­ture et d’ou­tils pour les dé­ve­lop­peurs. En­gine Yard est dans la même con­fi­gu­ra- tion et vient de si­gner un ac­cord im­por­tant avec Oracle. Il fait fi­gure d’OEM de la firme de Red­wood Shores dans le do­maine tout en gar­dant son in­dé­pen­dance ca­pi­ta­lis­tique.

Une ré­ponse au pro­blème or­ga­ni­sa­tion­nel

En plus de la ra­pi­di­té de dé­ploie­ment et des pos­si­bi­li­tés de ré­duire les coûts dans les équipes de dé­ve­lop­pe­ment, le PaaS ap­porte une ré­ponse au pro­blème de conver­gence des équipes la plu­part du temps ré­par­ties en si­los tech­no­lo­giques avec peu de passerelle­s entre elles, une faible col­la­bo­ra­tion et des dif­fi­cul­tés à por­ter une ap­pli­ca­tion d’un en­vi­ron­ne­ment à un autre. Le PaaS aide à uni­for­mi­ser le tra­vail des équipes au­tour d’un fra­me­work com­mun et à l’aban­don d’ou­tils dé­diés se­lon les en­vi­ron­ne­ments tech­no­lo­giques. Eclipse est un point de conver­gence et do­mine au­jourd’hui. Pa­trick Ra­taud de Mi­cro­fo­cus pré­cise : « c’est un vrai dé­bat chez cer­tains de nos clients mais ce n’est pas une lame de fond et il s’ap­plique sur cer­taines fonc­tions pré­cises comme les tests, en par­ti­cu­lier pour les tests de charge et de gé­né­ra­tion de vo­lu­mé­trie. Nous voyons as­sez peu d’exemples au­tour du poste de tra­vail des dé­ve­lop­peurs du fait de la ques­tion des don­nées. Les contrainte­s dans ce cas sont sou­vent en de­hors du ser­vice in­for­ma­tique et dé­pendent beau­coup de l’or­ga­ni­sa­tion et de l’ar­chi­tec­ture choi­sie » . Eric Chaus­sier, de HP Soft­ware, constate lui que les pro­jets PaaS exigent de l’en­tre­prise une cer­taine ma­tu­ri­té mais il constate des de­mandes des ser­vices études et des équipes de dé­ve­lop­pe­ment sur le PaaS à la fois pour les tests mais aus­si pour l’au­to­ma­ti­sa­tion des dé­ploie­ments ou les dé­buts d’une in­dus­tria­li­sa­tion des dé­ploie­ments. Il voit aus­si dans le Cloud une pos­si­bi­li­té nou­velle de stan­dar­di­sa­tion entre les ser­vices de dé­ploie­ments et la pro­duc­tion in­for­ma­tique.

« Le PaaS est un vrai dé­bat chez cer­tains de nos clients mais ce n’est pas une lame de fond et il s’ap­plique sur cer­taines fonc­tions pré­cises comme les tests, en par­ti­cu­lier pour les tests de charge et de gé­né­ra­tion de vo­lu­mé­trie ». Patrick Ra­taud...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.