Plus loin avec Hy­per-V sous Win­dows 8 et Win­dows Server 2012

L'Informaticien - - SOLUTIONS IT - Loïc Du­val

Né en 2008 avec la sor­tie de Win­dows Server 2008, l’hy­per­vi­seur na­tif Win­dows a de­puis consi­dé­ra­ble­ment évo­lué. Sa ver­sion 3.0 in­té­grée à Win­dows Server 2012 est au­jourd’hui taillée pour les tra­vaux in­ten­sifs im­po­sés par le Cloud. Mais une ver­sion « Client » a aus­si fait son ap­pa­ri­tion sous Win­dows 8. Tout le monde peut donc, dé­sor­mais, ti­rer par­ti des per­for­mances de cette vir­tua­li­sa­tion an­crée au coeur même du noyau. Et, comme nous al­lons le voir, l’Hy­per-V com­mence à drai­ner un vé­ri­table éco­sys­tème der­rière lui.

Rap­pel des amé­lio­ra­tions

Avec la ver­sion 3.0 d’Hy­per-V, Mi­cro­soft réa­lise un saut gi­gan­tesque en ma­tière de per­for­mances et de ri­chesse fonc­tion­nelle et n’a plus à rou­gir d’une

L’hy­per­vi­seur Win­dows est dé­sor­mais ma­ture et pa­ré pour af­fron­ter tous les dé­fis des in­fra­struc­tures et du Cloud. Au­jourd’hui, il se dé­cline même sur les postes au tra­vers de Win­dows 8. Pour tous ceux qui sou­haitent le dé­cou­vrir ou l’ex­ploitent dé­jà au quo­ti­dien, voi­ci quelques as­tuces et ou­tils très pra­tiques.

confron­ta­tion di­recte avec VM­ware. Tech­ni­que­ment, les deux pro­duits sont au­jourd’hui ali­gnés et c’est es­sen­tiel­le­ment la ma­tu­ri­té de l’éco­sys­tème tierce par­tie qui dé­marque en­core les so­lu­tions. Hy­per-V 3.0 s’af­fran­chit des li­mites des pré­cé­dentes édi­tions. Il peut cette fois gé­rer jus­qu’à 160 coeurs et 2 To de RAM par ma­chine phy­sique, pi­lo­ter jus­qu’à 1 024 VM par noeud phy­sique et jus­qu’à 4 000 VM par clus­ters. Les VM peuvent dis­po­ser jus­qu’à 32 coeurs vir­tuels et jus­qu’à 512 Go de RAM et le nou­veau for­mat de fi­chier vir­tuel VHDX sup­porte jus­qu’à 64 To d’es­pace de sto­ckage. Les VM peuvent être hé­ber­gés sur des dos­siers par­ta­gés clas­siques et les fonc­tion­na­li­tés de « Live Mi­gra­tion » peuvent dès lors être im­plé­men­tées sans pour au­tant mettre en oeuvre un clus­ter au-des­sus d’un SAN. Par ailleurs, plu­sieurs Live Mi­gra­tion peuvent être réa­li­sées si­mul­ta­né­ment. La nou­velle fonc­tion de « ré­pli­cas » est à la fois très utile et très simple à mettre en oeuvre puis­qu’elle fonc­tionne quels que soient les tra­vaux, le ré­seau sous-ja­cent ou le sto­ckage uti­li­sé. Elle per­met de concré­ti­ser des scé­na­rios de PRA (re­prise d’ac­ti­vi­té) à moindre coût en du­pli­quant au­to­ma­ti­que­ment une ou plu­sieurs VM sur un ser­veur de se­cours lo­cal ou dis­tant – via des ré­pli­cas asyn­chrones. À ce­la viennent s’ajou­ter d’autres nou­veau­tés, comme le sup­port du NIC Tea­ming na­tif (agré­ga­tion des cartes ré­seau) et le sup­port de ports Fibre Cha­nel vir­tuels.

Un hy­per­vi­seur client

Win­dows 7 of­frait une fonc­tion de vir­tua­li­sa­tion connue sous le nom de XP Mode et s’ap­puyant non pas sur un hy­per­vi­seur, mais sur un lo­gi­ciel de vir­tua­li­sa­tion ( Win­dows Vir­tual PC). Le XP Mode dis­pa­raît avec Win­dows 8. En échange, les uti­li­sa­teurs des édi­tions Pro et En­tre­prise, dis­posent d’une ver­sion spéciale de l’hy­per­vi­seur Hy­per-V dé­nom­mée « Hy­per-V Client ». Il s’agit ni plus ni moins du même hy­per­vi­seur que Hy­per-V 3.0 avec quelques ajus­te­ments. Les fonc­tions avan­cées de Live Mi­gra­tion, de ré­pli­cas, de vir­tua­li­sa­tion ré­seau, et de fai­lo­ver/fail­back ne sont pas sup­por­tés par exemple, tout comme le Fibre Cha­nel. En re­vanche, le switch vir­tuel

« ver­sion client » peut s’at­ta­cher à la connexion Wi-Fi ou 3G de votre PC pour of­frir un ac­cès in­ter­net aux VM. De même, la mise en veille et la sor­tie de veille de la ma­chine sont cor­rec­te­ment gé­rés par l’Hy­per-V qui prend au­to­ma­ti­que­ment les bonnes me­sures pour évi­ter le crash et la perte de don­nées des VM. En un mot, l’Hy­per-V a été re­vi­si­té pour sup­por­ter des scé­na­rios ty­pi­que­ment « works­ta­tion » et s’af­fran­chir des fonc­tion­na­li­tés qui n’ont de sens que cô­té ser­veur.

Quelques scé­na­rios d’usage

Mais au juste, quel in­té­rêt y a-t-il à ex­ploi­ter l’Hy­per-V sur un poste client ? Outre la ca­pa­ci­té de pou­voir faire tour­ner d’an­ciens Win­dows ou des Li­nux dans une fe­nêtre, l’ins­tal­la­tion de l’hy­per­vi­seur concré­tise cer­tains scé­na­rios mé­tier et sim­pli­fie la vie au quo­ti­dien des ad­mi­nis­tra­teurs et des dé­ve­lop­peurs, no­tam­ment si les ser­veurs de l’en­tre­prise sont vir­tua­li­sés sous Win­dows Server 2012/Hy­per-V 3.0. Ty­pi­que­ment, ce­la per­met de créer une in­fra­struc­ture de tests sur son PC, co­hé­rente avec l’in­fra­struc­ture vir­tua­li­sée de pro­duc­tion, et, dès lors, de fa­ci­le­ment dé­pla­cer une VM de l’en­vi­ron­ne­ment de tests vers les ser­veurs de pro­duc­tion. Dans un même ordre d’idées, il de­vient plus fa­cile d’ex­por­ter ou co­pier une VM de pro­duc­tion pour la dé­bug­ger et la cor­ri­ger tran­quille­ment à par­tir de son PC, puis la ré­im­plan­ter en pro­duc­tion en un clic, une fois les cor­rec­tions réa­li­sées. Grâce aux fonc­tions de « Live Sto­rage Mi­gra­tion », il est pos­sible sous Hy­per-V 3.0 comme sous Hy­per-V Client de dé­pla­cer le fi­chier VHD/ VHDX de la VM sans en in­ter­rompre le fonc­tion­ne­ment. Ain­si, sur un PC, on peut ai­sé­ment trans­fé­rer un fi­chier VHD du disque in­terne sur une clé USB sans in­ter­rompre les trai­te­ments. En­fin, l’uti­li­sa­tion d’Hy­per-V sim­pli­fie la créa­tion et l’ex­ploi­ta­tion d’une des fonc­tion­na­li­tés les plus sous-ex­ploi­tées de Win­dows 8 : la pos­si­bi­li­té de dé­mar­rer le PC à par­tir d’un fi­chier VHD. Vous pou­vez de­puis l’Hy­per-V pré­pa­rer vos dif­fé­rents en­vi­ron­ne­ments de tests et de tra­vail et créer au­tant de VHD que né­ces­saire. Une fois les VHD ain­si pré­pa­rés, vous n’au­rez plus qu’à re­dé­mar­rer la ma­chine phy­sique sur le VHD dont vous avez be­soin au mo­ment où vous en avez be­soin.

Ce qui manque en­core à Hy­per-V Client

Hy­per­vi­seur « ba­re­me­tal » – au plus proche du hard­ware –, l’Hy­per-V dis­pose d’une concep­tion éton­nante et très flexible mal­heu­reu­se­ment en­core lar­ge­ment sous ex­ploi­tée par Mi­cro­soft. Ain­si, alors même que l’Hy­per-V met en oeuvre un mé­ca­nisme de tun­nel per­met­tant aux VM d’ex­ploi­ter les pé­ri­phé­riques ma­té­riels via un VM Bus, l’édi­teur n’a pas ju­gé utile de dé­ve­lop­per des pi­lotes pour ti­rer par­ti de l’ac­cé­lé­ra­tion ma­té­rielle 3D ou du sup­port de l’USB. Du coup, im­pos­sible de jouer aux jeux sur les VM puisque ni Di­rectX, ni OpenGL ne sont sup­por­tés. Et si Hy­per-V 3.0 ex­ploite ef­fec­ti­ve­ment une technologi­e de

vir­tua­li­sa­tion des GPU – dé­nom­mée Re­mo­teFX –, celle-ci n’a mal­heu­reu­se­ment pas été in­té­grée sous Hy­per-V Client. Certes, si la VM est sous Win­dows 8, Hy­per-V Client lui four­nit une sorte de carte gra­phique 3D lo­gi­cielle qui per­met d’exé­cu­ter les ap­pli­ca­tions Di­rectX mais sans pour au­tant pro­fi­ter des ac­cé­lé­ra­tions ma­té­rielles. Bref, Mi­cro­soft ne sou­haite a prio­ri pas voir les jeux s’exé­cu­ter sous Hy­per-V Client, alors même que le VM Bus et les drivers gra­phiques WDM sont pen­sés pour un tel usage. Autre li­mite phare de l’ac­tuel Hy­per-V Client, il n’existe au­cun sup­port na­tif des ports USB. On peut ce­pen­dant tri­cher avec des so­lu­tions de re­di­rec­tion USB – comme USB Re­di­rec­tor d’In­cen­tives Pro, http://www.in­cen­ti­ves­pro.com/hy­per-v-usb.html – ou en­core user d’une pseu­do prise de contrôle à dis­tance via RDP, mais ces bi­douilles ne sont pas équi­va­lentes à un sup­port na­tif de l’USB comme ce­lui-ci pou­vait exis­ter avec Win­dows Vir­tual PC sous Win­dows 7.

Avant d’ins­tal­ler Hy­per-V Client

Les pré­re­quis à l’ins­tal­la­tion d’Hy­per-V Client tiennent en quatre mots : Pro, x64, SLAT et 4Go. • Hy­per-V ne peut être ins­tal­lé que sur les ver­sions 64 bits de Win­dows 8 Pro. Si vous n’avez que Win­dows 8 Home, vous de­vrez com­men­cer par réa­li­ser une up­grade vers la ver­sion Pro : lan­cez une re­cherche du mot « fonc­tion­na­li­tés » sur les pa­ra­mètres ( Win­dows+W) et sé­lec­tion­nez « Ajou­ter des fonc­tion­na­li­tés à Win­dows 8 ». Si l’ins­tal­la­tion d’Hy­per-V se li­mite à la ver­sion x64, les ma­chines vir­tuelles peuvent, elles, hé­ber­ger aus­si bien des sys­tèmes 32 que 64 bits ; rap­pe­lons que Win­dows Vir­tual PC sous Win­dows 7 n’au­to­ri­sait que la vir­tua­li­sa­tion d’OS 32 bits). • De même, pour ins­tal­ler Hy­per-V, votre ma­chine doit of­frir au moins 4 Go de RAM. Ce­ci dit, moins de mé­moire ren­drait de toute fa­çon qua­si im­pos­sible la vir­tua­li­sa­tion de PC puis­qu’il faut gé­né­ra­le­ment ac­cor­der au mi­ni­mum 1 Go de RAM à la ma­chine vir­tuelle. • En­fin, l’Hy­per-V ne peut s’ins­tal­ler que sur des ma­chines équi­pées de pro­ces­seurs do­tés de la technologi­e SLAT. Voi­là bien la li­mi­ta­tion la plus dif­fi­cile à maî­tri­ser. En ef­fet, il n’est jamais simple de sa­voir quels sont les pro­ces­seurs qui en sont équi­pés ou non. Le plus simple pour le sa­voir est de faire ap­pel à des utilitaire­s. Com­men­cez par ac­ti­ver le sup­port de la vir­tua­li­sa­tion dans le BIOS de la ma­chine. Puis té­lé­char­gez et lan­cez l’ou­til en ligne de com­mandes Co­rein­fo de SysIn­ter­nals. Autre so­lu­tion, lan­cez Po­wer­Shell et sai­sis­sez la com­mande « Get-CimIns­tance -ClassName Win32_ Pro­ces­sor | For­mat-List Name, Se­condLe­velAd­dress Trans­la­tionEx­ten­sions ». Co­rein­fo, tout comme la com­mande Po­wer­Shell, ne re­tourne un ré­sul­tat vé­ri­dique que si l’Hy­per-V – ou tout autre hy­per­vi­seur – n’est pas dé­jà ins­tal­lé.

Ins­tal­ler Hy­per-V Client sous Win­dows 8

L’Hy­per-V n’est bien évi­dem­ment pas ins­tal­lé par dé­faut. Vous pou­vez à tout mo­ment l’ins­tal­ler ou le dés­ins­tal­ler sans perdre votre confi­gu­ra­tion sys­tème. Pour l’ins­tal­ler, le plus simple est de pas­ser par la re­cherche en mode Pa­ra­mètres ( WIN­DOWS+W). Sai­sis­sez Fonc­tion­na­li­tés dans le champ de re­cherche, puis cli­quez sur « Ac­ti­ver ou désac­ti­ver des fonc­tion­na­li­tés Win­dows ». La liste des fonc­tion­na­li­tés de Win­dows ap­pa­raît. No­tez que la case Hy­per-V est dé­co­chée. Co­chez-la puis cli­quez sur OK. Win­dows va ins­tal­ler l’hy­per­vi­seur puis re­dé­mar­rer le PC. Votre confi­gu­ra­tion ac­tuelle se­ra consi­dé­rée comme la par­ti­tion « maître » de l’hy­per­vi­seur.

Pi­lo­ter Hy­per-V sous Po­wer­Shell

L’ins­tal­la­tion d’Hy­per-V s’ac­com­pagne de celle du ges­tion­naire d’Hy­per-V stric­te­ment iden­tique à ce­lui de la ver­sion ser­veur. De cette con­sole convi­viale, on peut ai­sé­ment créer des VM, dé­pla­cer des VHD, prendre le contrôle des ma­chines vir­tua­li­sées, etc. Mais cette so­lu­tion d’ad­mi­nis­tra­tion, à la fois simple et convi­viale, n’est pas unique. Au­jourd’hui, il est pos­sible de tout contrô­ler et tout au­to­ma­ti­ser à par­tir de Po­wer­Shell v3. Le lan­gage en lignes de com­mandes s’est consi­dé­ra­ble­ment enrichi. Des com­mandes per­mettent tout aus­si bien d’ad­mi­nis­trer les VM et leur sto­ckage, que de sur­veiller leur exé­cu­tion et leur consom­ma­tion de res­sources. Ain­si, via Po­wer­Shell lan­cé en tant qu’ad­mi­nis­tra­teur, on peut ai­sé­ment au­to­ma­ti­ser la créa­tion de mul­tiples ma­chines à l’aide d’une simple boucle: $lis­tevm = @(" VM1"," VM2"," VM3"," VM4"," VM5") Fo­reach($i in $lis­tevm) {

New-VM -Name $i -AsJob Pour ob­te­nir la liste des VM et leur état de fonc­tion­ne­ment, uti­li­sez sim­ple­ment la com­mande : Get-VM Les com­mandes « Start-VM -Name * », « Sus­pend-VM -Name * » et « Stop-VM -Name * -Save » per­mettent res­pec­ti­ve­ment de dé­mar­rer d’un seul coup toutes les VM, de sus­pendre d’un seul coup toutes les VM ou en­core de les ar­rê­ter en mode « En­re­gis­trer » – la VM est ar­rê­tée mais son état est préa­la­ble­ment sau­ve­gar­dé afin de pou­voir la re­dé­mar­rer à tout mo­ment. Autre exemple, la com­mande sui­vante per­met de lis­ter l’en­semble des disques vir­tuels uti­li­sés et leur emplacemen­t phy­sique : Get-VMHardDisk­D­rive -VMName * | For­mat-List VMname, Path Po­wer­Shell se montre aus­si très pra­tique pour me­su­rer la consom­ma­tion de res­sources et gar­der des traces dans des logs per­son­na­li­sés. On uti­li­se­ra ty­pi­que­ment les com­mandes : En­able-VMRe­sour­ceMe­te­ring -VMName VM1 Mea­sure-VM -Name VM1

Quelques ou­tils in­dis­pen­sables pour l’Hy­per-V

DISK2VHD de SysIn­ter­nals ( http://bit.ly/ VL8gT) est une for­mi­dable trou­vaille pour conver­tir une ma­chine phy-

sique en ma­chine vir­tuelle ! La force de l’utilitaire est de fonc­tion­ner « en ligne » : on le lance di­rec­te­ment de la ma­chine à cap­tu­rer sans avoir à dé­mar­rer à par­tir d’un autre sys­tème ou d’une clé USB. Il cap­ture vos par­ti­tions phy­siques et en fait des disques VHD. Il ne reste plus qu’à dé­fi­nir une VM dé­mar­rant sur le fi­cher VHD gé­né­ré et votre PC/Ser­veur phy­sique est vir­tua­li­sé ! VDMK2VHD de VMTool­kit ( http://bit.ly/9k68a) trans­forme vos an­ciennes ma­chines vir­tuelles VM­ware en ma­chines vir­tuelles Hy­per-V. Il fau­dra en­core retirer les ou­tils in­té­gra­tions VM­ware et ins­tal­ler ceux d’Hy­per-V, mais le pro­gramme ac­cé­lère quand même gran­de­ment le pro­ces­sus de conver­sion. WIM2VHD ( http:// bit.ly/ ibaQlk) peut faire ga­gner bien du temps dans l’ins­tal­la­tion de Win­dows 7, Win­dows 8 ou Win­dows Server dans une ma­chine vir­tuelle. Plu­tôt que d’avoir à réa­li­ser une ins­tal­la­tion com­plète, on dé­marre ici di­rec­te­ment de l’image WIM pré-conver­tie en disque vir­tuel. B2VHD As­sis­tant de Scor­pio­tek ( http:// bit.ly/8rHUN8) est un pe­tit utilitaire ex­trê­me­ment pra­tique pour re­dé­mar­rer votre PC sur un disque VHD vir­tuel – après avoir pré­pa­ré ce der­nier avec l’Hy­per-V. Il évite d’avoir à jouer avec la com­mande BCDE­dit et d’en­dom­ma­ger son ins­tal­la­tion en sai­sie des in­for­ma­tions er­ro­nées. 5nine Ma­na­ger Free for Hy­per-V ( http://bit.ly/hL8Alf) est un ou­til sim­pliste mais ef­fi­cace de ges­tion des VM. On peut fa­ci­le­ment sur­veiller l’état des VM, les ar­rê­ter, les re­dé­mar­rer, etc. La ver­sion payante offre des ou­tils de mo­ni­to­ring plus com­plets que cette ver­sion gra­tuite. Vir­tualIQ Free de ToutVir­tual ( http://bit.ly/ Yx7R95) est un ou­til d’ad­mi­nis­tra­tion avec une in­ter­face web par­ti­cu­liè­re­ment com­plète. Il per­met de sur­veiller les per­for­mances des en­vi­ron­ne­ments phy­siques et vir­tua­li­sés, de contrô­ler les VM, de sur­veiller l’impact des hy­per­vi­seurs, etc. Veeam Ba­ckup Free ( www.veeam.com) et Al­ta­ro Free Hy­per-V Ba­ckup ( www.al­ta­ro.com) sont deux ver­sions mi­ni­ma­listes de lo­gi­ciels de sau­ve­gardes spé­cia­le­ment conçus pour as­su­rer le ba­ckup de vos VM en toute sim­pli­ci­té. Veeam One Free ( www.veeam.com) est une ver­sion al­lé­gée de l’un des ou­tils de sur­veillance et re­por­ting des ma­chines vir­tua­li­sées les plus com­plets et les plus convi­viaux du mar­ché. vtU­ti­li­ties de VT Tech­no­lo­gy ( vtu­ti­li­ties.com)

n’est pas gra­tuit – une ver­sion d’évaluation est dis­po­nible –, mais offre une al­ter­na­tive au Ges­tion­naire Hy­per-V li­vré en stan­dard que cer­tains trou­ve­ront pro­ba­ble­ment plus convi­viale et plus riche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.