BOUYGUES AU­TO­RI­SÉ À LAN­CER LA 4G SUR LA BANDE 1 800 MHz

L'AR­CEP COM­PLÈTE L'AT­TRI­BU­TION DES FRÉ­QUENCES POUR LA 4G / LTE

L'Informaticien - - L’ESSENTIEL -

L’Ar­cep a tran­ché : Bouygues Té­lé­com au­ra bel et bien le droit d’uti­li­ser la bande 1 800 MHz pour faire du très haut dé­bit mo­bile (4G/LTE) et ce, en dé­pit des vives contes­ta­tions de la part de ses concur­rents SFR et Orange. De­puis plu­sieurs mois, Bouygues Té­lé­com ne sou­hai­tait pas s’ex­pri­mer sur la 4G, pour une simple rai­son : il at­ten­dait la dé­ci­sion de l’Ar­cep pour dé­fi­nir sa stra­té­gie de dé­ploie­ment. La dé­ci­sion tant at­ten­due est donc ar­ri­vée ces tout der­niers jours : Bouygues est au­to­ri­sé à réuti­li­ser les fré­quences de la bande 1 800 MHz qui servent ac­tuel­le­ment à la 2G pour de la 4G. Tou­te­fois, l’Ar­cep a mis quelques ré­serves dont la prin­ci­pale est l’obli­ga­tion de res­ti­tuer des fré­quences se­lon plu­sieurs mo­da­li­tés et un ca­len­drier pré­cis : « Au plus tard le 1er oc­tobre 2013, son pa­tri­moine de fré­quences dans la bande 1 800 MHz doit être ré­duit à un ni­veau in­fé­rieur ou égal à 23,8 MHz du­plex (…) » et Bouygues « de­vra, à comp­ter du 25 mai 2016, avoir res­ti­tué des fré­quences sup­plé­men­taires dans la bande 1 800 MHz afin de ne plus y dé­te­nir que 20 MHz du­plex » . En somme, l’Ar­cep ac­cepte que Bouygues réuti­lise ces fré­quences mais puis­qu’il est ac­tuel­le­ment avan­ta­gé par rap­port à ses concur­rents, le but est d’ar­ri­ver à une équi­té entre tous les opé­ra­teurs. « Les so­cié­tés SFR et Orange dis­posent, elles aus­si, de la pos­si­bi­li­té de de­man­der à tout mo­ment que leurs au­to­ri­sa­tions dans la bande 1 800 MHz soient éten­dues à la 4G », pré­cise d’ailleurs l’Ar­cep. Le qua­trième opé­ra­teur, Free Mo­bile, pour­ra quant à lui bé­né­fi­cier de fré­quences dans la bande 1 800 MHz, en ap­pli­ca­tion du ré­équi­li­brage de l’ac­cès au spectre pré­vu au titre des « me­sures ap­pro­priées afin que soient res­pec­tés le prin­cipe d’éga­li­té entre opé­ra­teurs et les condi­tions d’une concur­rence ef­fec­tive ». Bouygues est donc au­to­ri­sé lé­ga­le­ment par l’Ar­cep à réuti­li­ser ces fré­quences à comp­ter du 1er oc­tobre pro­chain. Ce qui de­vrait lui per­mettre de ra­pi­de­ment ac­cé­lé­rer en termes de dé­ploie­ment de la 4G au ni­veau na­tio­nal. Un mal pour un bien ? Ou un bien pour un mal…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.