BER­NARD CHAR­LÈS SONGE À QUIT­TER LA FRANCE !

PA­TRON DE DAS­SAULT SYS­TÈMES, 1ER ÉDI­TEUR DE LO­GI­CIELS FRAN­CAIS

L'Informaticien - - L’ESSENTIEL -

Il veut quit­ter la France : c’est la me­nace pro­fé­rée par Ber­nard Char­lès, pa­tron de Das­sault Sys­tèmes, 1er édi­teur de lo­gi­ciels fran­çais avec un peu plus de 2 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2012 (+14 %). Ber­nard Char­lès en­vi­sage de quit­ter la France sur une pro­po­si­tion de son conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. « Ce­la n’est pas lié au pro­jet de taxa­tion à 75 % des re­ve­nus au-de­là de 1 mil­lion d’eu­ros » , pré­cise-t-il mais il évoque ain­si la si­tua­tion des autres pays. Il ex­plique que « même en Chine », on offre aux cadres di­ri­geants la pos­si­bi­li­té de de­ve­nir ac­tion­naires de leur en­tre­prise. « Ce­la fonc­tionne ain­si dans le sec­teur du nu­mé­rique », ex­plique-t-il en­core. Pour ob­te­nir une part de ca­pi­tal, « l’en­tre­prise et son sa­la­rié vont de­voir payer en taxes et en im­pôts jus­qu’à 80 % de sa va­leur, ce n’est pas te­nable. » Un autre pro­blème se pose : ce­lui des em­bauches. Celles du top ma­na­ge­ment ne se fe­ront plus dans l’Hexa­gone. À l’étran­ger, on en­cou­rage les start-up, rap­pelle-t-il, « tout comme du cô­té de Mu­nich (…). Et que dire des États-Unis ou de la Co­rée ! (…) Ceux qui ar­rêtent ces me­sures n’ont pas conscience des consé­quences sur le sec­teur high-tech » . C’est ef­fec­ti­ve­ment em­bê­tant et peut-être même plus grave se­lon lui : « Si cet alour­dis­se­ment de la fis­ca­li­té se confirme, une so­cié­té comme Das­sault Sys­tèmes ne pour­ra plus se créer en France, créer des em­plois, et at­teindre une taille mon­diale, j’en ai bien peur. C’est toute la fi­lière nu­mé­rique qui est en dan­ger. » À mé­di­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.