Is­raël, pierre an­gu­laire de l’in­no­va­tion d’In­tel

L'Informaticien - - IT & ENTREPRISE­S - Na­tha­lie Ha­mou, en Is­raël

Le nu­mé­ro un mon­dial des se­mi-con­duc­teurs, qui éta­bli­ra en Ir­lande son usine spé­cia­li­sée dans la technologi­e des pro­ces­seurs 14 na­no­mètres, reste très at­ta­ché au sa­voir-faire is­raé­lien. In­tel Is­raël, qui a re­pré­sen­té l’an pas­sé 20 % des ex­por­ta­tions high tech de l’État hé­breu, mise no­tam­ment sur la R&D lo­cale dans l’uni­vers de la mo­bi­li­té.

Is­raël reste une des­ti­na­tion de pre­mier choix pour In­tel. Le groupe de San­ta Cla­ra to­ta­lise 8 542 sa­la­riés dans le pays, contre un mil­lier de per­sonnes en France à titre de com­pa­rai­son. Pre­mier em­ployeur pri­vé du pays, avec deux uni­tés de pro­duc­tion, si­tuées à Jé­ru­sa­lem et Ki­ryat Giat, et quatre centres de re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment, ba­sés à Haï­fa, Jé­ru­sa­lem, Pe­tach Tik­va et Ya­kum, le géant des mi­cro­pro­ces­seurs s’est sur­tout im­po­sé comme l’un des poids lourds de la Si­li­con Val­ley is­raé­lienne. L’an der­nier, In­tel Is­rael a plus que dou­blé ses ex­por­ta­tions (4,6 mil­liards de dol­lars), no­tam­ment grâce à la mon­tée en puis­sance de son usine de Ki­ryat Gat ( Fab 28) spé­cia­li­sée dans la technologi­e des pro­ces­seurs avec une gra­vure à 22 na­no­mètres, qui fonc­tionne à plein régime. Au­tre­ment dit, In­tel a re­pré­sen­té 20 % des ex­por­ta­tions high tech d’Is­raël en 2012. « Avec un tel poids à l’ex­port, il est clair que la contri­bu­tion d’In­tel à l’éco­no­mie is­raé­lienne n’est rien de moins qu’im­mense » , a ré­su­mé so­bre­ment Moo­ly Eden, pré­sident d’In­tel Is­raël, à la mi-fé­vrier lors de la pré­sen­ta­tion des ré­sul­tats an­nuels de la branche.

Vers les 10 na­no­mètres

En­ga­gé dans la course à la mi­nia­tu­ri­sa­tion, le nu­mé­ro un mon­dial des se­mi-con­duc­teurs a in­ves­ti lo­ca­le­ment près de 10,5 mil­liards de dol­lars au cours des dix der­nières an­nées – et re­çu 1,3 mil­liard de dol­lars de sub­sides de l’État hé­breu. In­tel a certes pris l’in­dus­trie high tech is­raé­lienne à re­vers en an­non­çant voi­là en­vi­ron un an qu’il éta­bli­rait en Ir­lande sa pro­chaine uni­té dé­diée à la technologi­e des pro­ces­seurs 14 na­no­mètres… Pour au­tant, le fon­deur de San­ta Cla­ra ré­flé­chit dé­jà à la lo­ca­li­sa­tion des nou­velles uni­tés qui fa­bri­que­ront les pro­ces­seurs 10 na­no­mètres et les res­pon­sables d’In­tel Is­raël es­pèrent cette fois rem­por­ter la mise. « La du­rée de vie moyenne d’une technologi­e est de l’ordre de 2 à 6 ans et nous de­vons nous te­nir prêt pour la pro­chaine étape » , a confié Maxine Fass­berg, la di­rec­trice gé­né­rale d’In­tel Is­raël. Reste que pour le groupe amé­ri­cain, l’avan­tage com­pé­ti­tif de la di­vi­sion is­raé­lienne reste avant tout lié à son sa­voir­faire en ma­tière d’in­no­va­tion. In­tel Is­raël qui a dé­mar­ré ses ac­ti­vi­tés en 1974 à Haï­fa, il est en ef­fet cré­di­té de plu­sieurs contri­bu­tions tech­no­lo­giques ma­jeures. On doit à l’ar­ti­san de la branche is­raé­lienne, Dov Froh­man, l’in­ven­tion de l’Efrom (mé­moire morte re­pro­gram­mable), l’an­cêtre de la « flash me­mo­ry ». Des in­gé­nieurs is­raé­liens sont éga­le­ment à l’ori­gine du pro­ces­seur 8088 (le « cer­veau » du pre­mier PC), de la technologi­e MMX ou en­core de la technologi­e mo­bile Cen­tri­no. Au dé­but des an­nées 2000, le pre­mier pro­duit In­tel à « avoir mis Is­raël sur la carte », est le mi­cro­pro­ces­seur Pen­tium M, dit Ba­nias, qui a per­mis l’avè­ne­ment des por­tables, comme le rap­pelle Ro­ny Fried­man, vice-pré­sident corporate et di­rec­teur gé­né­ral du dé­ve­lop­pe­ment mi­cro­pro­ces­seurs et com­po­sants.

Ivy Bridge dé­ve­lop­pé en Is­raël

Autre ja­lon phare pour l’équipe is­raé­lienne : la concep­tion de Me­rom, le pro­ces­seur à un ou deux coeurs pour or­di­na­teurs por­tables qui a pris la re­lève du Pen­tium M et a été in­tro­duit en 2006. Sans ou­blier les pro­duits ve­dette In­tel du mo­ment que sont les fa­milles de pro­ces­seurs San­dy Bridge et Ivy Bridge, toutes deux conçues, fa­bri­quées et gé­rées par l’an­tenne is­raé­lienne. « En 2012, quelque 140 nou­veaux ul­tra­books ont été mis sur le mar­ché et tous uti­lisent le pro­ces­seur Ivy Bridge qui a été dé­ve­lop­pé en Is­raël » ,a in­di­qué Moo­ly Eden. Par­mi les sa­tis­fe­cit d’In­tel Is­raël au cours de l’an­née écou­lée, fi­gure l’éla­bo­ra­tion d’un sys­tème per­met­tant de ra­me­ner la consom­ma­tion d’éner­gie des

ul­tra­books (de troi­sième gé­né­ra­tion) à 7 watts par heure contre 13 voire 15 watts pré­cé­dem­ment ; sans ou­blier le dé­ve­lop­pe­ment des pro­ces­seurs Clo­ver­view Atom, qui sont au coeur des ta­blettes uti­li­sant Win­dows 8. Dans les mois à ve­nir, la di­vi­sion par­ti­ci­pe­ra éga­le­ment au lan­ce­ment d’une nou­velle plate-forme pour les smart­phones hau­te­ment per­for­mants. À plus long terme, In­tel Is­raël de­vrait s’ap­puyer sur les re­cherches de son nou­vel ins­ti­tut spécialisé dans l’in­tel­li­gence com­pu­ta­tion­nelle pour avan­cer ses pions dans les do­maines du strea­ming vi­déo, de l’hy­per connec­ti­vi­té et de la sé­cu­ri­té. En­fin, In­tel n’est pas res­té pas­sif sur le front des ac­qui­si­tions. Tan­dis que sa branche d’in­ves­tis­se­ment, In­tel Ca­pi­tal, a ré­cem­ment an­non­cé qu’elle al­lait ac­croître ses opé­ra­tions en Is­raël, le groupe ca­li­for­nien a in­ves­ti dans quelque 64 start-up is­raé­liennes de­puis 1996. En 2012, In­tel a no­tam­ment ra­che­té In­de­sia Bio­me­trics, une jeune pousse dont la technologi­e bio­mé­trique est fon­dée sur le rythme car­diaque. Un an plus tôt, il avait je­té son dé­vo­lu sur la so­cié­té is­raé­lienne Tel­map (lire en­ca­dré) po­si­tion­née sur le mar­ché de la mo­bi­li­té, qui reste le prin­ci­pal dé­fi du géant du high tech, et se pré­sente comme une ba­taille plus dif­fi­cile à li­vrer…<

Le siège d'In­tel en Is­raël, à Hai­fa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.