Il ac­cé­lère la BI de Ge­mal­to

La forte in­té­gra­tion des fonc­tions de « Bu­si­ness In­tel­li­gence » de SQL Server à la suite Of­fice, et à Ex­cel en par­ti­cu­lier, a sé­duit les uti­li­sa­teurs de Ge­mal­to. Toute la BI de l’en­tre­prise re­pose au­jourd’hui sur les so­lu­tions Mi­cro­soft.

L'Informaticien - - SQL SERVER 2012 : L’AFFIRMATIO­N D’UN LEADERSHIP -

Lea­der mon­dial de la sé­cu­ri­té nu­mé­rique, Ge­mal­to ac­com­pagne les en­tre­prises dans la mise en oeuvre de so­lu­tions de confiance et de ser­vices nu­mé­riques pra­tiques des­ti­nés à des mil­liards d’in­di­vi­dus. La Bu­si­ness In­tel­li­gence, in­té­gra­le­ment ba­sée sur les ou­tils SQL Server, y joue un rôle es­sen­tiel et trans­ver­sal au coeur de tous les pro­jets. Arnaud Che­vet, BI et Mas­ter Da­ta Pro­gram Ma­na­ger chez Ge­mal­to, nous dé­crypte l’uti­li­sa­tion de la BI de SQL Server dans l’en­tre­prise.

Uti­li­siez-vous SQL Server au­pa­ra­vant ou l’avez-vous fait en­trer dans votre port­fo­lio spé­ci­fi­que­ment pour votre pro­jet BI ?

En 2006, lors de l’union de Gem­plus et Axal­to, Ge­mal­to a fu­sion­né ses sys­tèmes d’in­for­ma­tion. Des choix uni­fiant ont été opé­rés pour toutes les grandes ap­pli­ca­tions. Dans le contexte BI, chaque en­tre­prise avait op­té pour des so­lu­tions dif­fé­rentes – Co­gnos pour les uns, Bu­si­ness Ob­jects pour les autres. Ces ap­pli­ca­tions étaient uti­li­sées prin­ci­pa­le­ment comme des « pompes à don­nées » pour ex­por­ter les don­nées vers Ex­cel et réa­li­ser toutes sortes d’ana­lyses à tra­vers des ta­bleaux croisés dy­na­miques. Plu­tôt que de voir Ex­cel en concur­rent de la BI, nous avons pris la dé­ci­sion de faire d’Ex­cel l’ou­til de Bu­si­ness In­tel­li­gence pour nos uti­li­sa­teurs. En op­tant pour SQL Server et la suite BI Mi­cro­soft, ils peuvent in­ter­ro­ger toutes nos ap­pli­ca­tions (Cubes) di­rec­te­ment de­puis Ex­cel et y faire leurs ana­lyses. L’in­té­gra­tion de la BI SQL Server à Mi­cro­soft Of­fice est un atout es­sen­tiel de cette so­lu­tion…

Pour­quoi mi­grer vers SQL Server 2012 ? Qu’at­ten­dez-vous de cette évo­lu­tion ?

Avant tout un gain de per­for­mances ! Jus­qu’à ce jour, nous sommes tou­jours sur une in­fra­struc­ture vieillis­sante, pré­vue à l’ori­gine pour une quin­zaine de Cubes et un mil­lier d’uti­li­sa­teurs. Mais au­jourd’hui, c’est plus d’une cin­quan­taine d’ap­pli­ca­tions BI qui sont mises à dis­po­si­tion des uti­li­sa­teurs et qui couvrent tout le spectre fonc­tion­nel de l’en­tre­prise, fi­nance, achat, pro­duc­tion, vente, RH... Et cer­tains da­sh­boards sont pous­sés à plus de 5 000 uti­li­sa­teurs. Nous avons donc lan­cé un pro­jet d’évo­lu­tion de notre in­fra­struc­ture. Nous al­lons dé­ployer une « ap­pliance » FastT­rack pour BI (so­lu­tion Bull) et nous avons sai­si l’op­por­tu­ni­té de par­tir di­rec­te­ment sous SQL Server 2012.

Comment gérez-vous l’ac­cès aux ap­pli­ca­tions BI ?

Au tra­vers d’un por­tail Sha­re­point qui offre un ac­cès à l’en­semble des res­sources BI. Ce por­tail com­porte éga­le­ment des mo­dules d’e-Lear­ning et toute la do­cu­men­ta­tion uti­li­sa­teur. Ain­si les uti­li­sa­teurs peuvent gé­né­ra­le­ment trou­ver des ré­ponses à leurs ques­tions sans joindre le sup­port.

Outre les as­pects Ex­cel et gé­né­ra­tion/ges­tion des Cubes, quelles autres fonc­tions de la BI SQL Server uti­li­sez-vous au sein de Ge­mal­to ?

Outre l’ETL SSIS, ex­ploi­té jusque dans ses der­niers re­tran­che­ments, le mo­dule Re­por­ting Ser­vices est de plus en plus uti­li­sé no­tam­ment pour mettre en place les Da­sh­boards qui conso­lident l’en­semble des don­nées et in­for­ma­tions ve­nant de do­maines fonc­tion­nels dif­fé­rents – et donc de cubes dif­fé­rents.

Plus de 5 000 uti­li­sa­teurs pour cer­tains da­sh­boards

On dit que vous uti­li­se­riez même la BI pour su­per­vi­ser… la BI ?

Sur une grosse in­fra­struc­ture les pro­blèmes sont quo­ti­diens : pro­blèmes ré­seau, pro­blèmes de sau­ve­garde, mises en pro­duc­tion ap­pli­ca­tives, etc. Nous avons mis en place tout un en­semble de Da­sh­boards et de rap­ports qui nous per­mettent de sur­veiller et contrô­ler les quelque 500 flux BI qui tournent toutes les nuits, de vé­ri­fier que tout a bien été mis en ligne, de re­ce­voir dif­fé­rentes alertes, de réa­li­ser du pro­fi­ling d’uti­li­sa­teurs, etc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.