L’hé­ber­ge­ment de sites web fait tou­jours recette

L'Informaticien - - DOSSIER -

Grâce à l’ex­plo­sion de l’e-com­merce, les hé­ber­geurs web ont en­re­gis­tré une crois­sance à deux chiffres en 2012 avec de bonnes pers­pec­tives pour 2013. Plus que jamais, l’ac­ti­vi­té d’hé­ber­ge­ment de sites web consti­tue un fort le­vier de crois­sance pour le sec­teur.

Comme nous l’évo­quions l’an­née der­nière, le sec­teur de l’hé­ber­ge­ment in­for­ma­tique ré­siste par­ti­cu­liè­re­ment bien à la crise avec, se­lon IDC, une crois­sance de l’ordre de 23 % par an jus­qu’en 2013. Mais pour main­te­nir cette forte crois­sance, un nombre gran­dis­sant d’ac­teurs dé­laisse le « hou­sing » clas­sique pour dé­ve­lop­per des ser­vices à va­leur ajou­tée, au pre­mier rang des­quels l’hé­ber­ge­ment de sites web. Les ac­teurs po­si­tion­nés sur ce cré­neau ajoutent des ser­vices à haute va­leur ajou­tée à leur ca­ta­logue et se dif­fé­ren­cient de concur­rents plus tra­di­tion­nels. « Les gros ac­teurs, comme Equi­nix ou Glo­bal Switch, res­tent fo­ca­li­sés sur l’hé­ber­ge­ment clas­sique. Mais il y a une ten­dance réelle chez des ac­teurs plus pe­tits à se po­si­tion­ner sur des mé­tiers com­plé­men­taires tels que l’hé­ber­ge­ment web » , ob­serve Vincent Ber­ny, Prac­tice Ma­na­ger Cloud Com­pu­ting et Trans­for­ma­tions chez GFI In­for­ma­tique. L’hé­ber­ge­ment de sites web per­met au­jourd’hui de « pro­duire de la va­leur » sur un mar­ché en plein es­sor, pour­suit la SSII. Te­le­house pro­pose des ser­vices de « hos­ting web » de­puis trois ans, en com­plé­ment de l’hé­ber­ge­ment neutre clas­sique. « La pre­mière rai­son était de ré­pondre à une de­mande de clients qui sou­hai­taient dé­ployer une in­fra­struc­ture hybride, ba­sée à la fois sur des équi­pe­ments phy­siques hé­ber­gés en co­lo­ca­tion clas­sique et sur des ser­veurs vir­tua­li­sés en mode “on-de­mand ” pour bé­né­fi­cier de la sou­plesse du mo­dèle éco­no­mique du cloud » , ex­plique Gilles Pec­que­ron, Com­mu­ni­ca­tion and Mar­ke­ting Ma­na­ger chez Te­le­house. « Cette de­mande hybride s’est confir­mée, avec pour heu­reuses consé­quences d’ajou­ter de la va­leur aux mètres car­rés et de nous dif­fé­ren­cier par rap­port aux autres hé­ber­geurs. Nous pou­vons ain­si lais­ser au client le choix de pla­cer lui-même le cur­seur entre les deux mondes se­lon les en­jeux de son propre bu­si­ness. » D’autres hé­ber­geurs ont mi­sé sur le Web dès le lan­ce­ment de leur ac­ti­vi­té, à l’image de l’al­le­mand 1&1, au­jourd’hui nu­mé­ro un mon­dial du sec­teur. C’est éga­le­ment le cas d’OVH en France, ain­si que de Cla­ra­net ou en­core Nuxit. Mais pour eux aus­si, le mé­tier évo­lue vers en­core plus d’im­pli­ca­tion de l’hé­ber­geur qui se trans­forme qua­si­ment en SSII. « Nous ne sommes plus uni­que­ment de simples par­te­naires tech­niques et mon­tons dans les couches de l’in­fo­gé­rance pour tendre à de­ve­nir des in­té­gra­teurs de ser­vices web » , ex­plique Mathieu Chou­teau, PDG de Nuxit.

De 10 à 35 % de crois­sance pour les hé­ber­geurs web

Le sec­teur de l’hé­ber­ge­ment web n’a pas connu la crise en 2012. La de­mande du cô­té du grand pu­blic reste forte, grâce no­tam­ment au phé­no­mène des blogs. Mais c’est sur­tout grâce aux clients pro­fes­sion­nels que les hé­ber­geurs web main­tiennent leur crois­sance. « Au­jourd’hui, plus au­cune en­tre­prise ne peut se pas­ser d’une pré­sence sur le Web » , sou­ligne Cé­cile Esch PR Ma­na­ger chez 1&1. Même s’il pro­pose des offres s’adres­sant aux par­ti­cu­liers comme aux pro­fes­sion­nels, le coeur de cible de l’hé­ber­geur al­le­mand reste prin­ci­pa­le­ment consti­tué de PME, d’en­tre­pre­neurs in­dé­pen­dants, de com­mer­çants et d’ar­ti­sans. Ils hé­bergent ma­jo­ri­taires de simples sites vi­trines. Pour l’an­née 2012, Uni­ted In­ter­net, la mai­son mère de 1&1, table sur une pro­gres­sion de son chiffre d’af­faires de l’ordre 15 %. Le fran­çais OVH, nu­mé­ro un eu­ro­péen de l’hé­ber­ge­ment

web, fait en­core mieux avec une crois­sance d’ac­ti­vi­té de 35 % en 2012. « En­vi­ron 85 % de notre ac­ti­vi­té est au­jourd’hui réa­li­sée au­près de pro­fes­sion­nels, avec un grand nombre de TPE et PME » , pré­cise son di­ri­geant. Mêmes bonnes per­for­mances du cô­té des ac­teurs plus po­si­tion­nés sur l’hé­ber­ge­ment de sites web B2B. Leurs offres couvrent l’hé­ber­ge­ment d’ap­pli­ca­tifs mé­tier al­lant de l’extranet aux por­tails lo­gis­tiques à des­ti­na­tion des par­te­naires et four­nis­seurs. Cla­ra­net en­re­gistre ain­si une crois­sance d’ac­ti­vi­té de l’ordre de 20 % en 2012, avec un tiers des re­ve­nus réa­li­sés sur ce seg­ment B2B. Même chose chez Sig­ma, qui évoque, sans la chif­frer, une belle crois­sance en 2012 sur ce seg­ment. « Nous réa­li­sons dé­sor­mais une bonne moi­tié de notre chiffre d’af­faires de l’ac­ti­vi­té web sur le B2B qui est en pleine crois­sance » , in­dique Ch­ris­tophe Le Jeune, son di­rec­teur gé­né­ral. Les autres prin­ci­paux ac­teurs du sec­teur af­fichent en moyenne des crois­sances com­prises entre 10 et 15 % en 2012, confir­mant ain­si les bonnes per­for­mances du sec­teur.

E-com­merce : « La co­lonne ver­té­brale du sec­teur »

Même si les blogs et les sites vi­trines d’en­tre­prise re­pré­sentent le gros du vo­lume des sites qu’ac­cueillent les hé­ber­geurs, les por­tails e-com­merce consti­tuent une part gran­dis­sante de leurs re­ve­nus. « L’e-com­merce est la co­lonne ver­té­brale de la crois­sance de l’hé­ber­ge­ment web » , confie Oli­vier Beau­det, PDG de Cla­ra­net. « Pour beau­coup de nos clients, l’ac­ti­vi­té e-com­merce était mar­gi­nale il y a en­core quelques an­nées et de­vient au­jourd’hui si­gni­fi­ca­tive. » D’après la Fe­vad (Fé­dé­ra­tion e-com­merce et vente à dis­tance), le com­merce en ligne en France a bat­tu un nou­veau re­cord en 2012. Le chiffre d’af­faires cu­mu­lé des e-com­mer­çants at­teint les 45 mil­liards d’eu­ros, soit une crois­sance de 19 % par rap­port à 2011. Cette crois­sance a lar­ge­ment bé­né­fi­cié d’une forte aug­men­ta­tion de la de­mande et l’ar­ri­vée de nou­veaux ache­teurs en ligne, ex­plique la fé­dé­ra­tion. En 2012, le nombre de sites mar­chands fran­çais at­teint le chiffre re­cord de 117 500 sites ac­tifs, soit une aug­men­ta­tion de 17 % par rap­port à l’an­née pas­sée. Entre 2005 à 2012, le nombre de sites mar­chands a été mul­ti­plié par huit. « Il continue de se créer un nou­veau site toutes les de­mi-heures » , sou­ligne la Fe­vad. Et pour 2013, la fé­dé­ra­tion s’at­tend à en­core un re­cord. Les hé­ber­geurs web ont donc de bonnes pers­pec­tives sur ce mar­ché de l’e-com­merce.<

Le Fran­çais OVH, pre­mier hé­ber­geur in­ter­net en Eu­rope et qua­trième mon­dial, a en­re­gis­tré une crois­sance d’ac­ti­vi­té de 35 % en 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.